MICROÉCONOMIEÉconomie du bien-être

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En économie, le mot « bien-être » est étroitement associé à l'expression « économie du bien-être », qui elle-même désigne la recherche des moyens à mettre en œuvre pour parvenir à des situations qui sont considérées comme les meilleures possibles pour, et par, la collectivité. Cette branche de l'analyse économique est au cœur même de l'économie politique depuis ses débuts. Par exemple, la Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776) d'Adam Smith, ouvrage souvent considéré comme fondateur de la discipline, ne se contente pas d'étudier, ou de décrire, les « causes » de la richesse des nations ; il comporte de multiples suggestions et propositions sur ce qu'il faut faire pour augmenter cette richesse – puisqu'elle contribue au bien-être de la communauté. Adam Smith consacre d'ailleurs la dernière partie de son ouvrage (le livre V) à ce que doit faire l'État (le « souverain ») pour améliorer le bien-être collectif.

On peut toutefois voir l'acte de naissance de l'économie du bien-être, dans sa version moderne, dans le livre publié en 1920 par l'économiste anglais Arthur Cecil Pigou, The Economics of Welfare. Comme Adam Smith, les propos de Pigou sont dans ce livre autant positifs (décrire ce qui est) que normatifs (déterminer ce qui doit être). Les recommandations qu'il fait et les politiques qu'il préconise s'appuient en effet sur les connaissances dont nous disposons concernant la psychologie des hommes et les relations d'ordre marchand qu'ils entretiennent, dans les sociétés telles que nous les connaissons, telles qu'elles sont.

En s'inspirant du plan suivi par Pigou dans ce livre, on commencera – dans ce qui suit – par traiter de la question du « bien-être » des individus : qu'entend-on exactement par là en économie ? Quel est le sens accordé à la notion d'utilité ? Puis, on abordera la dimension collective du bien-être, qui soulève la question délicate de sa répartition entre les membres de la communauté. On verra comment les économistes du bien-être traitent tant bien que mal cette question. Souvent, ils se limitent à la comparaison de situations où la répartition est à peu près la même et envisagent leur efficacité relative, mesurée selon le critère dit « de Pareto ». C'est dans cette perspective qu'ils énoncent ce qu'on a coutume d'appeler les « théorèmes de l'économie du bien-être », devenus des références obligatoires, même si leur signification et leur portée prêtent à discussion. On finira en évoquant les doctrines éthiques et les critères de justice qu'elles retiennent qui sous-tendent de nombreux travaux en économie du bien-être.

Bien-être et utilité

En économie, la notion de bien-être est souvent réduite à son expression la plus simple, celle de la satisfaction procurée par la consommation de ce que l'on appelle des paniers de biens. Le théoricien suppose que le consommateur attribue une note à chaque panier de biens, de sorte que si le panier A lui procure plus de satisfaction que le panier B, alors la note attribuée à A est supérieure à celle attribuée à B. Les économistes nomment « utilité » cette note – et l'expriment sous la forme d'une fonction mathématique U (Q) dans le cas d'un panier Q quelconque.

La fonction d'utilité

La fonction U(() est appelée fonction d'utilité du consommateur ; elle permet un classement des paniers de biens selon la note qu'il leur attribue et représente ses goûts ou, autrement dit, ses préférences. La note U (Q) attribuée au panier Q n'a, a priori, pas de signification précise. Elle n'a d'intérêt que parce qu'elle permet de comparer les paniers de biens (un panier ayant une note plus élevée qu'un autre lui est préféré). Ainsi, tout autre système de notes qui préserve le classement des paniers de biens peut être pris comme fonction d'utilité du même consommateur. Tel est le cas si, par exemple, on prend pour noter le panier Q la note aU(Q) + b (avec a > 0) ou la note U2(Q). On dit que la fonction d'utilité n'a qu'une signification ordinale.

Il existe pourtant une propension à donner, malgré tout, un sens au nombre U(Q) – soit par commodité, soit parce que cela permet de comparer, ou d'additionner, les utilités de plusieurs individus. Une telle approche est sous-jacente quand on avance, comme cela est fréquent en économie, que lorsque la quantité consommée d'un bien augmente, celle des autres biens demeurant constante, l'utilité du consommateur augmente aussi, mais de plus en plus lentement (hypothèse dite de l'utilité marginale décroissante). On parle alors d'approche cardinale de l'utilité.

Satisfaction ou bonheur ?

Si l'utilité est souvent assimilée à la satisfaction, celle-ci peut toutefois être envisagée de deux façons distinctes, à ne pas confondre. On peut voir dans la satisfaction un synonyme soit du bonheur ou du plaisir, soit, de façon plus large, de l'assouvissement des désirs. Ces deux sens du mot satisfaction renvoient à des approches distinctes en économie, notamment pour le courant des « utilitaristes », qui accorde une place centrale au critère du bien-être de la collectivité. Amartya Sen – lauréat en 1998 du prix de la banque de Suède en l'honneur d'Alfred Nobel pour ses travaux en économie du bien-être (et notamment ceux sur le choix collectif) écrit à ce propos : « le mot utilité a, bien sûr, des sens propres définis par les utilitaristes. (...) Il prend la forme (dans le prolongement de l'utilitarisme classique) du bonheur ou de la satisfaction, ou (suivant une version beaucoup plus moderne de l'utilitarisme) celle de la satisfaction des désirs » (Sen, 1985).

Lorsque Pigou définit le bien-être économique, il écrit : « Le bien-être d'une personne consiste en ses satisfactions. Mais qu'entend-on par là ? Non seulement le bonheur ou le plaisir ; car les désirs d'un homme peuvent porter sur d'autres choses et peuvent être satisfaits. (...) [J'emploierai le terme „utilité“] pour désigner la satisfaction, de sorte que le bien-être économique d'une personne se compose de ses „utilités“ » (Pigou, 1952). Pigou assimile donc le bien-être à la satisfaction des désirs. Mais il le fait en ayant en vue de décrire et d'étudier ce qui est. En ce qui concerne ce qui devait être (le normatif), Pigou dit clairement que la satisfaction ne peut constituer un critère : « Certaines satisfactions sont par nature meilleures que d'autres, et cela de manière indépendante des insatisfactions qu'elles génèrent par la suite. Si cela est correct, une situation comportant plus de satisfactions n'est pas nécessairement „meilleure“ qu'une autre qui en a moins. Pour notre propos, je propose de considérer le bien-être comme les satisfactions, et non comme ce qui est bon, en laissant donc la possibilité à l'État – qui cherche à promouvoir le bien – de favoriser une situa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en sciences économiques au laboratoire CRIISEA, universIté de Picardie Jules Verne

Classification

Autres références

«  MICROÉCONOMIE  » est également traité dans :

MICROÉCONOMIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Stéphane SAUSSIER
  •  • 653 mots

La théorie microéconomique étudie des unités économiques individuelles et leurs interactions. Elle s'intéresse ainsi, par exemple, aux consommateurs et aux producteurs mais aussi aux marchés sur lesquels ils se rencontrent. Elle propose une représentation simplifiée, comme toute théorie, du fonctionnement de la société. Pour réaliser cet objectif, elle repose sur un ensemble d'hypothèses portant s […] Lire la suite

MICROÉCONOMIE - Théorie microéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 6 000 mots
  •  • 1 média

La théorie microéconomique a pour objet l'étude des comportements économiques individuels et de leurs interactions dans les économies de marché, interactions analysées depuis Léon Walras dans le cadre de l'équilibre général. L'expression théorie microéconomique s'est imposée au milieu du xx […] Lire la suite

MICROÉCONOMIE - Théorie de l'équilibre général

  • Écrit par 
  • Antoine d' AUTUME
  •  • 1 682 mots

La théorie de l'équilibre général étudie l'allocation des ressources dans le cadre d'une économie de marché où règne la concurrence parfaite. Elle met en lumière la manière dont les marchés et les prix assurent la coordination des activités économiques. Se trouve ainsi formalisée l'idée avancée en 1776 par […] Lire la suite

MICROÉCONOMIE - Incitations et contrats

  • Écrit par 
  • Bernard SALANIÉ
  •  • 6 238 mots

De la fin du xixe siècle aux années 1960, la théorie économique a principalement cherché à comprendre la manière dont les prix se forment sur le marché et conditionnent les comportements des consommateurs et des producteurs. Ce long travail a abouti au « modèle d'équilibre gén […] Lire la suite

ACHAT POUVOIR D'

  • Écrit par 
  • Stéfan LOLLIVIER
  •  • 5 611 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie microéconomique prise en défaut »  : […] Dans les manuels de microéconomie, la théorie du consommateur fournit une définition de la notion d'indice du coût de la vie. Elle considère un consommateur à deux dates consécutives. Celui-ci choisit son panier de biens selon ses préférences, en fonction des prix et du revenu dont il dispose. À la première date, avec le système de prix en vigueur, et compte tenu de son revenu, il choisit un pani […] Lire la suite

CHÔMAGE - Politiques de l'emploi

  • Écrit par 
  • Christine ERHEL
  •  • 7 267 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aspects méthodologiques »  : […] L'enjeu central de l'évaluation des politiques de l'emploi est d'identifier et de quantifier l'impact des mesures sur des variables représentant leurs objectifs (emploi, chômage, fonctionnement du marché du travail). Pour les économistes, l'évaluation peut se faire à deux niveaux : au niveau des bénéficiaires des mesures (études microéconomiques), et au niveau de l'ensemble de l'économie (études m […] Lire la suite

COASE RONALD HARRY (1910-2013)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 306 mots

Dans le chapitre « La nature de la firme »  : […] Né le 29 décembre 1910 à Middlesex (Grande-Bretagne), Ronald Coase est diplômé de la London School of Economics où il enseigne de 1932 à 1951 en même temps qu'il rédige ses premiers articles, souvent à la frontière du droit et de l'économie. Dans les années 1930, il traverse une première fois l'Atlantique pour interroger les dirigeants de grandes entreprises (Ford, General Motors, Union Carbide) e […] Lire la suite

DROIT - Économie du droit

  • Écrit par 
  • Bruno DEFFAINS
  •  • 3 737 mots
  •  • 2 médias

L' analyse économique du droit constitue un mouvement de l'économie vers le droit puisqu'elle se propose d'utiliser les outils de l'analyse économique afin d'étudier des questions relevant de la sphère juridique. Plus précisément, elle peut se définir comme l'application des hypothèses théoriques (rationalité, maximisation de l'utilité, mécanismes incitatifs, etc.) et des critères de jugement (équ […] Lire la suite

ÉCONOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FLORENS
  •  • 7 370 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le domaine de l'économétrie »  : […] L'économétrie construit des modèles, c'est-à-dire des schématisations de phénomènes économiques, à l'aide de relations mathématiques. Ces phénomènes peuvent être microéconomiques et concerner des éléments du comportement des agents économiques : on étudie par exemple l'offre de travail des femmes, l'épargne des ménages ou la structure des coûts de production d'une catégorie d'entreprises. Ils pe […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « Analyse micro-économique et analyse macro-économique »  : […] Il faudrait ici faire appel à la distinction entre analyse micro-économique et analyse macro-économique. La science économique est-elle fondamentalement de type microscopique ou de type macroscopique ? C'est une question qui met en jeu une idée déjà connue des Grecs : pour connaître l'univers, faut-il aller de la partie vers le tout ou, inversement, du tout vers la partie ? En politique économiq […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuelle BÉNICOURT, « MICROÉCONOMIE - Économie du bien-être », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-economie-du-bien-etre/