THÈBES DE BÉOTIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Thèbes est située en Béotie, au nord du fleuve Asopos. Son acropole, la Cadmée, domine d'une centaine de mètres une plaine très fertile, arrosée par l'Isménios et la Dircé, deux petits cours d'eau aux sources renommées qui confluent au nord de la ville et se jettent dans le lac Hyliké. Cette plaine donne en abondance des céréales et permet d'élever du gros bétail et des chevaux (Pindare chantera dans sa VIe Olympique « Thèbes dompteuse de chevaux »). La prospérité du terroir explique la solidité de ses habitants, bons cavaliers et bons fantassins. D'autre part, cette acropole aisée à défendre a des communications faciles avec le Péloponnèse et l'Attique, avec la Béotie orientale et les ports d'embarquement vers l'Eubée, avec la Béotie occidentale et Delphes, avec la Grèce du Nord enfin.

Grèce : carte administrative

Grèce : carte administrative

Carte

Carte administrative de la Grèce. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Mise à part Orchomène, qui lui disputa longuement l'hégémonie, Thèbes l'emporte de loin sur les autres cités entre lesquelles est morcelée la Béotie par l'étendue et la fertilité de son territoire, par le nombre de ses habitants, par ses ressources. Elle en profite pour établir son hégémonie sur elles grâce à la confédération béotienne. Ainsi s'explique la puissance dont elle jouit à plusieurs époques, notamment au début du ive siècle avant J.-C., qui fut pour elle le temps d'un bref, mais brillant apogée.

Le second millénaire

La Cadmée, acropole autour de laquelle s'est constituée la ville de Thèbes, est occupée depuis la fin du IIIe millénaire, comme en témoignent les trouvailles de céramique dite Urfiniss. Au début du IIe millénaire surviennent les premiers envahisseurs grecs, sans doute des Ioniens, qui ont laissé de la céramique minyenne. Vers le milieu du millénaire intervient une nouvelle vague grecque, celle des Éoliens. À l'Helladique récent, Thèbes, centre d'un important royaume mycénien, connaît un premier apogée. L'acropole est ceinte de remparts. Un palais royal est élevé (le « palais de Cadmos »), édifice sans [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  THÈBES DE BÉOTIE  » est également traité dans :

ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 6 441 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Comment nous est connue l'histoire d'Alexandre »  : […] Rappelons les données du problème historiographique. Le récit le plus ancien est celui du Sicilien Diodore, contemporain de César et d'Auguste. Plus appréciée des Modernes, l' Anabase d'Alexandre, œuvre d'Arrien de Nicomédie, qui exerçait de hautes fonctions sous Hadrien, n'en est pas moins postérieure d'un demi-millénaire aux événements qu'elle relate. Qu'il se réfère à ces auteurs, ou encore a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-le-grand/#i_29840

AMPHION

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 278 mots

« Puis je vis Antiope [...] qui se vantait d'avoir dormi aux bras de Zeus ; elle en conçut deux fils, Amphion et Zéthos, les premiers fondateurs de la Thèbes aux sept portes, qu'ils munirent de tours, car, malgré leur vaillance, ils ne pouvaient sans tours habiter cette plaine. » Ces traits relevés par Ulysse lors de sa descente aux Enfers ( Odyssée , XI, 260-265) suffiraient à immortaliser Amphio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amphion/#i_29840

BÉOTIE

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 250 mots

Plaines et montagnes de Béotie forment l'arrière-pays immédiat et bientôt l'arrière-banlieue d'Athènes. L'Hélikon (où se dressait le temple des Muses, Zagora) et le Kithèron sont des massifs calcaires aux versants émoussés, largement déboisés, dont les villages qui vivaient de l'élevage et de l'agriculture traditionnels se sont dépeuplés. Dans les plaines argileuses de Thèbes et de Levadhia, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beotie/#i_29840

ÉPAMINONDAS (env. 420-362 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Herbert William PARKE
  • , Universalis
  •  • 728 mots

Général et homme d'État béotien, Épaminondas est né vers 420 avant J.-C. à Thèbes et mort en 362 avant J.-C. à Mantinée. Fils d'un aristocrate pauvre, Épaminondas reçoit néanmoins une bonne éducation auprès du pythagoricien Lysis de Tarente. Éloigné de la vie politique, il se lance dans des expéditions militaires. En 382, Sparte profite d'une expédition dans le nord de la Grèce pour prendre le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epaminondas/#i_29840

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 724 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sujets et l'action »  : […] Les sujets tragiques sont empruntés au vaste répertoire mythique popularisé par les épopées anciennes, dont il ne nous reste que L'Iliade et L'Odyssée . Le cycle légendaire le plus productif était précisément celui de la guerre de Troie, qui a fourni la matière de l' Ajax et du Philoctète de Sophocle, d' Iphigénie à Aulis , d' Hécube et des Troyennes d'Euripide. Les retours des héros victorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-theatre-et-musique/#i_29840

ŒDIPE, mythologie

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 440 mots
  •  • 1 média

Dans la tradition de L'Odyssée , Œdipe est l'homme que sa mère Jocaste épouse, sans le savoir, commettant ainsi le « grand forfait ». Il n'y a pas de mot en grec pour l'inceste. Quand Œdipe s'unit à sa mère, il a déjà tué son père Laïos et l'a dépouillé de ses armes. Les dieux révèlent aussitôt le crime. Pourtant Œdipe va régner sur Thèbes, mais torturé par les maux apportés par les Érinyes de sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oedipe-mythologie/#i_29840

PHILIPPE II (env. 382-336 av. J.-C.) roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 2 198 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'alliance thébaine »  : […] Si la destruction d'Olynthe scandalisa beaucoup de Grecs, d'autres virent en Philippe un souverain puissant et efficace. Ce fut le cas des Thébains qui, toujours aux prises avec les Phocidiens (dans l'interminable troisième guerre sacrée), firent appel au Macédonien (347 av. J.-C.). Celui-ci, retenu en Thrace où il réduisait méthodiquement Cersebleptès, attendit l'été de 346 avant J.-C. pour inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-ii/#i_29840

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LÉVÊQUE, « THÈBES DE BÉOTIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thebes-de-beotie/