ÉPAMINONDAS (env. 420-362 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Général et homme d'État béotien, Épaminondas est né vers 420 avant J.-C. à Thèbes et mort en 362 avant J.-C. à Mantinée.

Fils d'un aristocrate pauvre, Épaminondas reçoit néanmoins une bonne éducation auprès du pythagoricien Lysis de Tarente. Éloigné de la vie politique, il se lance dans des expéditions militaires.

En 382, Sparte profite d'une expédition dans le nord de la Grèce pour prendre le pouvoir à Thèbes. Pendant trois ans et demi, la cité est gouvernée par quelques dictateurs soutenus par une garnison spartiate postée dans la Cadmée (l'acropole). Homme politique en exil, Pélopidas rentre secrètement d'Athènes et renverse la dictature en 379, forçant les troupes spartiates à se rendre.

Durant les huit années qui suivent, Thèbes, alliée à Athènes, repousse Sparte avec succès et reprend la tête d'une fédération de cités de Béotie. En 371, la guerre prend fin, mais Sparte et Athènes s'unissent pour refuser de reconnaître la confédération béotienne, insistant pour que chaque ville négocie séparément le traité de paix. Thèbes demande en revanche que la fédération soit traitée comme une entité à part entière. Épaminondas, qui a été élu béotarque (l'un des cinq magistrats de la fédération), reste sur sa position, même si cela conduit à exclure Thèbes du traité de paix. Sparte possède une armée stationnée à la frontière occidentale de Thèbes, prête à faire suivre son succès diplomatique d'une attaque militaire foudroyante. Mais lors de la bataille de Leuctres, en 371, Épaminondas met en pratique une nouvelle tactique. Au lieu de faire avancer, comme le veut la tradition, une infanterie lourdement armée divisée en un nombre égal de rangées sur tout le front, il masse ses troupes sur l'aile gauche, formant 50 rangées, alors que l'armée spartiate n'en compte que 12. Cette dernière, qui conformément à l'habitude grecque a placé ses meilleures troupes sur son aile droite, est écrasée par la force de l'avancée thébaine. Épaminondas frappe ainsi le point fort [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉPAMINONDAS (env. 420-362 av. J.-C.)  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 753 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le ive siècle : crise de la cité »  : […] La guerre du Péloponnèse bouleversait donc l'équilibre qui s'était établi en Grèce dans les premières décennies du v e  siècle. Le monde grec au iv e  siècle porte la marque des transformations qui s'opérèrent alors. Toutes ne furent pas immédiatement perceptibles, mais elles intervinrent à plus o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-histoire-la-grece-antique-jusqu-a-constantin/#i_3509

SPARTE

  • Écrit par 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 4 683 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le ive siècle »  : […] Sparte, qui avait soulevé les alliés d'Athènes au nom de l'autonomie des cités, inaugure en fait un impérialisme aussi sauvage : elle installe partout des garnisons et perçoit des tributs. « La Grèce doit boire, après le doux vin de la liberté, la piquette que lui servent les cabaretiers de Lacédémone » (Plutarque, Lysandre , 13). Elle se croit assez forte pour renoncer à l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sparte/#i_3509

THÈBES DE BÉOTIE

  • Écrit par 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 2 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'effacement et l'apogée de l'époque classique »  : […] Privée par les Grecs victorieux de son hégémonie sur la Béotie, Thèbes mène une vie très effacée jusqu'en 447, peut-être toujours sous un gouvernement aristocratique. C'est l'époque de l'apogée du plus glorieux de ses fils, Pindare, dont les Odes triomphales célèbrent les jeunes aristocrates vainqueurs dans les jeux panhelléniques. Ses artistes ne sont pas non plus sans vigue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thebes-de-beotie/#i_3509

Pour citer l’article

Herbert William PARKE, « ÉPAMINONDAS (env. 420-362 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/epaminondas/