Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÈBES DE BÉOTIE

Bibliographie

R. I. Buck, A history of Beotia, Edmondton, 1979

P. Cloché, Thèbes de Béotie. Des origines à la conquête romaine, Namur, 1952

N. H. Demand, Thebes in the fifth century, Londres, 1982

P. Guillon, La Béotie antique, Paris, 1938

F. Vian, Les Origines de Thèbes. Cadmos et les Spartes, Paris, 1963.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Grèce : carte administrative

Grèce : carte administrative

Autres références

  • ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

    • Écrit par Paul GOUKOWSKY
    • 6 470 mots
    • 5 médias
    ...armée jusqu'au Danube, qu'il franchit. Après ce premier succès, il doit faire face aux Illyriens, qu'il impressionne par de savantes manœuvres militaires. Mais la rumeur de sa mort et les intrigues des Perses, relayées par l'orateur athénien Démosthène, poussent Thèbes à la révolte. Redescendu en...
  • AMPHION

    • Écrit par Robert DAVREU
    • 279 mots

    « Puis je vis Antiope [...] qui se vantait d'avoir dormi aux bras de Zeus ; elle en conçut deux fils, Amphion et Zéthos, les premiers fondateurs de la Thèbes aux sept portes, qu'ils munirent de tours, car, malgré leur vaillance, ils ne pouvaient sans tours habiter cette plaine. » Ces traits relevés...

  • BÉOTIE

    • Écrit par Pierre-Yves PÉCHOUX
    • 250 mots

    Plaines et montagnes de Béotie forment l'arrière-pays immédiat et bientôt l'arrière-banlieue d'Athènes. L'Hélikon (où se dressait le temple des Muses, Zagora) et le Kithèron sont des massifs calcaires aux versants émoussés, largement déboisés, dont les villages qui vivaient de...

  • ÉPAMINONDAS (env. 420-362 av. J.-C.)

    • Écrit par Universalis, Herbert William PARKE
    • 733 mots

    Général et homme d'État béotien, Épaminondas est né vers 420 avant J.-C. à Thèbes et mort en 362 avant J.-C. à Mantinée.

    Fils d'un aristocrate pauvre, Épaminondas reçoit néanmoins une bonne éducation auprès du pythagoricien Lysis de Tarente. Éloigné de la vie politique, il se lance dans...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi