Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÈBES DE BÉOTIE

L'effacement et l'apogée de l'époque classique

Privée par les Grecs victorieux de son hégémonie sur la Béotie, Thèbes mène une vie très effacée jusqu'en 447, peut-être toujours sous un gouvernement aristocratique. C'est l'époque de l'apogée du plus glorieux de ses fils, Pindare, dont les Odes triomphales célèbrent les jeunes aristocrates vainqueurs dans les jeux panhelléniques. Ses artistes ne sont pas non plus sans vigueur : elle possède une bonne école de sculpture, dont les stèles votives et funéraires seront imitées à Athènes même ; ses ateliers de coroplastie, comme ceux de la proche Tanagra, produisent des figurines remarquablement savoureuses. La musique y est florissante, à telle enseigne que l'on attribuait l'invention de la flûte à Athéna sur les bords du lac Copaïs. La réputation de rusticité que lui ont faite ses voisins athéniens est bien injuste. C'est une culture pleine de sève paysanne et de vitalité drue que celle des Béotiens et notamment des Thébains à la fin de l'archaïsme.

À l'occasion de la « première guerre du Péloponnèse », Thèbes reprend un rôle important, au côté de Sparte. Elle est victorieuse d'Athènes à Tanagra, puis défaite à Oinophyta (457) et à nouveau victorieuse à Coronée (447). Elle en profite pour reconstituer la confédération béotienne en lui donnant une structure solide. Le gouvernement fédéral est composé de 11 béotarques et d'un conseil de 660 membres ; Thèbes, qui dispose de 4 unités sur 11, jouit d'une autorité incontestée ; dans chaque cité, les conseils ne comprennent que les citoyens jouissant du cens de l'hoplite, ce qui marque bien le caractère d'aristocratie modérée qui est le propre de cette constitution.

Dans la guerre du Péloponnèse, Thèbes combat avec Sparte, qui l'aide à s'emparer de Platées, vieille alliée d'Athènes, qui est atrocement rasée (427). Elle triomphe des Athéniens à Délion (424) et renforce sa puissance en Béotie en démantelant Thespies et en lui imposant un gouvernement aristocratique. Elle participe aux razzias menées contre les campagnes attiques et en tire de considérables profits.

Lors de la paix de 404, elle réclame en vain qu'Athènes soit rasée et transformée en pâturage. Cette guerre de trente ans ne lui a pas été inutile, puisqu'elle lui a permis de renforcer son hégémonie sur la Béotie et de s'enrichir. Mais c'est Sparte qui remporte la véritable victoire. D'où l'aigreur de Thèbes qui se sépare de son alliée. On en arrive vite à la rupture : la guerre de Corinthe (395-386) unit contre Sparte Thèbes, Argos, Corinthe et Athènes en un renversement complet de la situation. Cette guerre est d'autant plus désastreuse pour Thèbes que la « paix du Roi » qui la termine stipule l'autonomie de toutes les cités, donc la dissolution de la confédération béotienne, instrument de la puissance thébaine. Thèbes est asservie à Lacédémone, qui occupe la Cadmée en 382.

Au moment où Thèbes semble ainsi isolée et humiliée, elle se ressaisit et atteint l'apogée de son histoire. Elle reconstitue la confédération béotienne, qui devient plus démocratique et plus centralisée que pendant la période 447-386 : au conseil fédéral se substitue l'assemblée du peuple (damos) groupant les citoyens de toutes les cités ; Thèbes dispose de 4 unités sur 7. Une nouvelle équipe dirigeante apparaît avec Gorgidas, qui réorganise l'armée, et Épaminondas, qui se révèle un admirable stratège. Un corps d'élite est créé, apte à résister aux redoutables hoplites de Sparte, le bataillon sacré dont les membres ont pour loi de vaincre ou de mourir ensemble. En 371, Thèbes défait à Leuctres Sparte l'invincible : Épaminondas y utilise pour la première fois une technique plus subtile que l'ordinaire choc[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Grèce : carte administrative

Grèce : carte administrative

Autres références

  • ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

    • Écrit par Paul GOUKOWSKY
    • 6 470 mots
    • 5 médias
    ...armée jusqu'au Danube, qu'il franchit. Après ce premier succès, il doit faire face aux Illyriens, qu'il impressionne par de savantes manœuvres militaires. Mais la rumeur de sa mort et les intrigues des Perses, relayées par l'orateur athénien Démosthène, poussent Thèbes à la révolte. Redescendu en...
  • AMPHION

    • Écrit par Robert DAVREU
    • 279 mots

    « Puis je vis Antiope [...] qui se vantait d'avoir dormi aux bras de Zeus ; elle en conçut deux fils, Amphion et Zéthos, les premiers fondateurs de la Thèbes aux sept portes, qu'ils munirent de tours, car, malgré leur vaillance, ils ne pouvaient sans tours habiter cette plaine. » Ces traits relevés...

  • BÉOTIE

    • Écrit par Pierre-Yves PÉCHOUX
    • 250 mots

    Plaines et montagnes de Béotie forment l'arrière-pays immédiat et bientôt l'arrière-banlieue d'Athènes. L'Hélikon (où se dressait le temple des Muses, Zagora) et le Kithèron sont des massifs calcaires aux versants émoussés, largement déboisés, dont les villages qui vivaient de...

  • ÉPAMINONDAS (env. 420-362 av. J.-C.)

    • Écrit par Universalis, Herbert William PARKE
    • 733 mots

    Général et homme d'État béotien, Épaminondas est né vers 420 avant J.-C. à Thèbes et mort en 362 avant J.-C. à Mantinée.

    Fils d'un aristocrate pauvre, Épaminondas reçoit néanmoins une bonne éducation auprès du pythagoricien Lysis de Tarente. Éloigné de la vie politique, il se lance dans...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi