Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SURRÉALISME Les revues surréalistes

Quelque peu à l'étroit dans la langue et l'imaginaire institués, le surréalisme le fut aussi à l'intérieur des genres littéraires dominants et des apparences traditionnelles du livre. D'où l'ampleur de l'offensive conduite : naissance du livre-objet, qui en appelle à une étroite collaboration avec les peintres ; recours immédiat et permanent au tract, au « papillon », d'exécution rapide et de diffusion subversive ; livres où, par la technique du collage, le texte se marie à la photographie et au document « réel » (Le Paysan de Paris d'Aragon, Nadja et L'Amour fou d'André Breton)... Intermédiaire entre le tract et le livre texte-image, la revue reste le support préféré des surréalistes. Elle autorise la plus grande diversité, accueille naturellement des textes courts et des enquêtes. Elle est, plus facilement que le livre, une œuvre collective. Enfin, elle est l'outil irremplaçable de la polémique.

« Littérature »

Les « trois mousquetaires » de 1919 (Aragon, Breton, Soupault) ont l'ambition de faire du neuf et ont dégagé des leçons de quelques antécédents : la revue Maintenant (1912-1915) d'Arthur Cravan, poète et boxeur ; Nord-Sud (1917-1918) de Pierre Reverdy qui a déjà beaucoup dit sur le rôle déterminant de l'image pour « créer une réalité poétique » ; Sic (1916-1919) de Pierre-Albert Birot qui publie Apollinaire aussi bien qu'André Breton lui-même.

Contrairement aux grandes revues « installées » (Le Mercure de France, La Revue de Paris ou la Nouvelle Revue française), les revues surréalistes seront toujours éphémères, les cinq années de La Révolution surréaliste constituant un maximum de longévité. C'est lorsque s'interrompt Nord-Sud que Breton et ses amis lancent leur première revue, Littérature, dont le titre est ironiquement choisi par Paul Valéry. Littérature connaîtra deux séries. La première (20 livraisons de 1919 à 1921) se partage entre des publications traditionnelles (Gide, Valéry, Fargue...) et des hardiesses caractéristiques des valeurs nouvelles : les Poésies d'Isidore Ducasse, des Lettres de Jacques Vaché, des fragments des Champs magnétiques par Breton et Soupault, première incursion véritable sur les voies de l'écriture automatique... Bientôt, Littérature ouvre ses pages à Dada, avec 23 Manifestes du mouvement dada, La Deuxième Aventure de M. Antipyrine, qui accélèrent et radicalisent la subversion recherchée par le groupe initial. On se met (dans le numéro 18) à noter les écrivains : Breton et Soupault obtiennent les meilleures notes, Henri de Régnier et, ex aequo, Anatole France et Foch les plus mauvaises ! « [...] notre but », précisent les auteurs, « étant non de classer, mais de déclasser ». Le dossier de L'Affaire Barrès (no 20) clôt la première série, tout en consommant la brouille de Breton avec Dada. La seconde série de Littérature (13 livraisons de 1922 à 1924) balaie définitivement les écrivains de la tradition. Désormais, il ne s'agit plus seulement de libérer la poésie, mais de libérer la vie même : jeux de mots de Rrose Sélavy, premiers récits de rêve, premières tentatives médiumniques, photographies, images signées Picabia, Max Ernst ou Man Ray... Dans le même temps, plus ou moins durables, plus ou moins concurrentes, naissent d'autres revues : 391 de Picabia, Aventure de Roger Vitrac, René Crevel et Marcel Arland, Surréalisme (un seul numéro) d'Ivan Goll...

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jacques JOUET. SURRÉALISME - Les revues surréalistes [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • LA RÉVOLUTION SURRÉALISTE (exposition)

    • Écrit par Guitemie MALDONADO
    • 892 mots

    En 2002, le surréalisme aura eu les honneurs des cimaises du monde entier : à Londres, à New York et à Paris, les expositions rétrospectives se sont succédé, la première, avec deux étapes, mettant en exergue le désir, la seconde, présentée au Centre Georges-Pompidou du 6 mars au 24 juin 2002, la révolution...

  • GENRES LITTÉRAIRES, notion de

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 847 mots
    ...(drame bourgeois, poème en prose, roman poétique...), l'effacement progressif de cette taxinomie infinie, au profit de la notion de « texte ». Le point culminant de cette tendance sera atteint avec le surréalisme, qui ira jusqu'à privilégier l'action (la vie) à une quelconque forme littéraire....
  • ALBERTI MERELLO RAFAEL (1902-1999)

    • Écrit par Robert MARRAST
    • 1 250 mots
    ...Canto), d'une extraordinaire virtuosité technique et formelle. La crise profonde que traverse Alberti est marquée par l'un des sommets du surréalisme espagnol, Sur les anges (Sobre los ángeles), dont une explication purement formelle, telle qu'on l'a proposée parfois, ne suffit pas à traduire...
  • ALCOOLS (G. Apollinaire) - Fiche de lecture

    • Écrit par Pierre VILAR
    • 964 mots
    • 2 médias
    S'il est une influence subtile, c'est bien celle que pouvait exercer une lyrique aussi singulière, métissée et intime à la fois. Alcools a marqué ses contemporains par l'audace de sa diversité et la richesse de sa liberté formelle, que les surréalistes contribuèrent à populariser. Mais certaines écritures...
  • ALEIXANDRE VICENTE (1898-1984)

    • Écrit par Marie-Claire ZIMMERMANN
    • 1 777 mots
    • 1 média
    ...tentant d'établir un contact entre le corps et l'univers. L'emploi quasi constant de la strophe et du vers courts donne à cette œuvre une allure classique. Le livre suivant marque une rupture formelle et coïncide avec l'avènement d'une période assez fortement imprégnée d'influences surréalistes. ...
  • Afficher les 112 références

Voir aussi