ERNST MAX (1891-1976)

On a appelé Max Ernst le « Léonard du surréalisme ». Il ressemble en effet au grand Florentin par l'étendue de sa culture, par ses multiples intérêts (philosophiques, mathématiques, littéraires), comme par sa volonté de tout expérimenter, de tout connaître. Peintre, sculpteur, poète et essayiste, il a créé une œuvre à sa mesure. Imbu d'art ancien et contemporain, grand lecteur des écrivains de son pays natal, les romantiques allemands, de Nietzsche et de Freud, il découvrit très tôt l'art des malades mentaux, et éprouva le besoin impérieux d'élargir l'expression artistique, en l'ouvrant au foisonnement de l'inconscient, aux archétypes et aux mythes. Max Ernst dépasse les limites de la peinture purement descriptive ou abstraite en même temps qu'il en renouvelle les techniques. Par l'utilisation du collage, du frottage et de l'assemblage, il a conquis la liberté d'aller « au-delà de la peinture », et créé une nouvelle iconographie, capable de transcrire les rêves, les angoisses et les aventures de l'homme moderne.

Peintures et collages

Max Ernst est né à Brühl (Rhénanie) en 1891. Pendant ses études de philosophie et de psychologie à l'université de Bonn, il rencontre August Macke et Hans Arp. En 1913 il fait un séjour à Paris. Après la guerre, il participe au mouvement dada à Cologne, devient l'ami de Paul Eluard et s'installe en France en 1922. De 1924 à 1938, il est membre du groupe surréaliste. Puis, en 1938, il se retire à Saint-Martin-d'Ardèche, où il décore sa maison de sculptures. Max Ernst est interné au début de la guerre dans un camp en France ; en 1941, il se réfugie aux États-Unis où il devient citoyen américain. Il vit à New York, ensuite à Sedona (Arizona). En 1949, Ernst rentre en Europe et reçoit cinq ans plus tard le Grand Prix de peinture à la Biennale de Venise. En 1958 il est naturalisé français. Différentes rétrospectives à Brühl (1951), Berne (1956), Paris (1959), Londres (1961), Cologne-Zurich (1962-1963), New York-Venise (1966), Stockholm-Amsterdam-Stuttgart (1969), Londres-Paris (1991-1992) lui sont consacrées.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  ERNST MAX (1891-1976)  » est également traité dans :

CARRINGTON LEONORA (1917-2011)

  • Écrit par 
  • Gérard-Georges LEMAIRE
  •  • 837 mots

en 1936 et de la publication du livre sur le mouvement d'Herbert Read, elle découvre l'art surréaliste. L'année suivante, elle fait la connaissance de Max Ernst, dont elle va partager la vie en France. Elle participe aux décors réalisés par Ernst pour Ubu enchaîné de Jarry. Des figures du monde de l'art telles que Hans Bellmer, Jean Arp, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonora-carrington/#i_11076

DADA

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR, 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 5 737 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'objet dada »  : […] En 1919, Max Ernst et Johannes Baargeld ont vent des activités de Arp au sein du groupe zurichois. À l'instar de l'expérimentation (découpages au massicot pour Arp, frottages pour Ernst), la collaboration représente pour eux un moyen de dépersonnaliser le geste. Après son portfolio de lithographies au titre incantatoire Fiat Modes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dada/#i_11076

ÉCRITS SUR L'ART MODERNE, Louis Aragon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 1 091 mots

Dans le chapitre « Le collage comme défi à la peinture »  : […] pivot de son analyse de la modernité dans la création artistique. En 1926, il consacre un texte au maître de l'illusion et de l'erreur : Max Ernst. Contrairement aux cubistes, qui utilisaient des papiers de couleur dans une optique chromatique, pour Ernst le papier collé doit suppléer au dessin. Il privilégie donc les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrits-sur-l-art-moderne/#i_11076

GALA ELENA DIMITROVNIE DIAKONOVA dite (1892 env.-1982)

  • Écrit par 
  • Jean-Charles GATEAU
  •  • 918 mots

Gala est la seule femme qui figure sur la célèbre toile de Max Ernst Au rendez-vous des amis (1922). Idole mystérieuse, elle passe dans l'œuvre du peintre entre 1922 et 1925, en grands nus triomphants (La Belle Jardinière, 1923 ; Fresques de la maison d'Eaubonne, 1923), en dessins qui la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elena-dimitrovnie-gala/#i_11076

MONSTRES, esthétique

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 3 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Angoisse, désirs et monstres »  : […] Des angoisses diverses viennent ainsi marquer l'esthétique du monstrueux. Le monstre se nourrit de fantasmes ; il nourrit en retour des fantasmes. Si, comme l'a dit Max Ernst, « le rôle du peintre est de cerner et de projeter ce qui se voit en lui », la forme monstrueuse peut l'aider à jouer ce rôle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monstres-esthetique/#i_11076

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le développement de l'art surréaliste »  : […] Au contraire, Max Ernst comprend qu'il s'agit de fournir un équivalent par analogie, et non par copie, des moyens d'investigation alors à l'honneur (écriture automatique, récits de rêve, etc.). Dès sa période dadaïste, il avait demandé au collage la fabrication de personnages ou de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-surrealisme-et-art/#i_11076

TANNING DOROTHEA (1910-2012)

  • Écrit par 
  • Karen SPARKS
  •  • 484 mots

Peintre et femme de lettres américaine, Dorothea Tanning fut une figure importante du surréalisme, bien que sa carrière artistique fût éclipsée par celle de son époux, le peintre et sculpteur Max Ernst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dorothea-tanning/#i_11076

Voir aussi

Pour citer l’article

Günter METKEN, « ERNST MAX - (1891-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-ernst/