POÈME EN PROSE

La frontière qui sépare la poésie de la prose n'est guère indiscutable qu'aux yeux de ceux qui réduisent la poésie à la seule versification. Pourtant, cette frontière — son tracé ou bien son existence même — n'a jamais cessé d'être contestée de toutes parts, à toutes les époques. Le poème en prose, depuis le romantisme, est un des lieux privilégiés de cette contestation.

Auparavant, il faut se souvenir que la poésie ne s'était pas interdite les territoires de la narration (bien des romans médiévaux étaient en vers), tandis qu'inversement, la « prose poétique ou cadencée » était pratiquée en toute conscience, dès le xve siècle à tout le moins. Au moment où Boileau, à son tour, parle de « ces poèmes en prose que nous appelons romans », les Modernes de la fameuse querelle cherchent la poésie hors des eaux de la versification et de la rime (attitude qu'on retrouve périodiquement dans l'histoire avec Nodier, Eluard...). Fénelon, de son côté, rédige — en prose — la suite du chant IV de l'Odyssée, son Télémaque, et Houdar de la Motte traduit — en prose — des scènes de Racine, afin de démontrer ce qu'elles y gagnent ! Bientôt, Rousseau et Chateaubriand ne craindront pas de faire chanter la prose, la tenant pour parfaitement accueillante à leurs intentions lyriques.

Avant que n'apparaissent les grands versificateurs (et poètes !) du premier romantisme, on se tourne volontiers, devant la décadence du vers classique, vers les formes qui paraissent s'en émanciper. C'est ainsi que les traductions ou pseudo-traductions (psaumes bibliques, Ossian, chansons populaires, les Chansons Madécasses de Parny...) vont directement nourrir, d'une part le vers libre qui mettra quelque temps encore à s'affirmer, d'autre part le poème en prose qu'Aloysius Bertrand est tout prêt d'inventer. En fait, ils sont plusieurs, au même moment, à pratiquer cette forme telle que nous la connaissons depuis, faite de proses courtes et closes sur elles-mêmes (leur dimension est analogue à celle du poème [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  POÈME EN PROSE  » est également traité dans :

AURÉLIA, Gérard de Nerval - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise VIEUILLE
  •  • 1 306 mots

Poème en prose inséparable de Sylvie, de Pandora et des sonnets des Chimères, Aurélia affirme le génie du seul romantique français engagé, comme Novalis et Hölderlin, dans la quête de l'unité perdue. Dans ce qu'il appelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aurelia/#i_5610

BAUDELAIRE CHARLES

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 6 823 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman esquivé »  : […] Claude Pichois a fait observer que, pour un certain nombre de sujets, Baudelaire semble avoir hésité entre le genre du poème en prose et celui de la nouvelle ou du récit. On peut faire observer que, dans l'autre sens, les petits poèmes en prose de Spleen de Paris pourraient être les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-baudelaire/#i_5610

BERTRAND ALOYSIUS (1807-1841)

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 892 mots

donnent, immédiatement avant lui, le signal d'un engouement prochain pour le « petit poème en prose ». Gaspard de la nuit n'est donc pas vraiment une date, comme l'affirma Breton. Mais ni la tentative de Baudelaire pour en appliquer le procédé à la description de la vie moderne, ni l'éblouissant commentaire pianistique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aloysius-bertrand/#i_5610

BOUSQUET JOË (1897-1950)

  • Écrit par 
  • Marc BLOCH
  •  • 584 mots

Né à Narbonne, au pays des cathares, Joë Bousquet est une sorte de cathare lui-même, c'est-à-dire un « pur ». Poète de la nuit, du vent et du silence, de tout ce qui est désespoir, il compose une œuvre abondante, constituée essentiellement de poèmes en prose. À sa souffrance, physique et morale, il oppose une infatigable curiosité intellectuelle, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joe-bousquet/#i_5610

CONNAISSANCE DE L'EST, Paul Claudel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 022 mots

Les soixante et un poèmes en prose de Connaissance de l'Est ont été rédigés par Paul Claudel (1868-1955) entre 1895 et 1905, durant les missions diplomatiques de l'écrivain en Chine. Moins célèbre que les Cinq Grandes Odes ou les drames, ce premier recueil, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaissance-de-l-est/#i_5610

DIVAGATIONS, Stéphane Mallarmé - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Patrick BESNIER
  •  • 1 035 mots
  •  • 1 média

Publié l'année précédant la mort de Stéphane Mallarmé (1842-1898), le volume de Divagations recueille, sous forme d'anthologie, l'essentiel de ses écrits en prose. À plusieurs reprises déjà, le poète […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/divagations/#i_5610

JACOB MAX (1876-1944)

  • Écrit par 
  • Yvon BELAVAL
  •  • 1 377 mots
  •  • 2 médias

est connu surtout comme recréateur du poème en prose : or, cela ne va pas sans injustice contre le reste de son œuvre poétique et romancière. On a peint souvent du dehors le personnage, fauteur et conteur d'anecdotes, commère, mystique, astrologue, en veste de garçon boucher et monocle, bavard […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-jacob/#i_5610

LEOPARDI GIACOMO (1798-1837)

  • Écrit par 
  • Sergio SOLMI
  •  • 2 844 mots

Dans le chapitre « Le poète de la douleur maîtrisée »  : […] sont un ouvrage à deux faces. D'un côté, Leopardi en appelle à « l'argument profond, tout philosophique et métaphysique » de son livre ; de l'autre, il déclare avoir fait de la « poésie en prose, comme il est d'usage aujourd'hui ». Sachons gré à la critique moderne d'avoir mis en valeur le caractère avant tout lyrico-fantastique de ce livre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-leopardi/#i_5610

MALLARMÉ STÉPHANE (1842-1898)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BACKES
  •  • 5 980 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Musique mentale »  : […] production à visées théoriques qui fleurit dans les revues du mouvement, se détachent impérieusement, difficiles et superbes, les poèmes en prose que publia Mallarmé sous le modeste nom d'articles. La continuité est en effet visible entre les poèmes en prose écrits à Tournon, les traductions, en prose, des poèmes de Poe, et les Divagations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephane-mallarme/#i_5610

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 391 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modernité et altérité »  : […] L'invention du poème en prose a été elle aussi une ouverture à l'altérité. Il a permis d'introduire des thèmes et des langages que la tradition poétique avait proscrits. Baudelaire y cherchait une prosodie nouvelle, délivrée des exigences du mètre et de la rime, « assez souple et assez heurtée pour s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_5610

PONGE FRANCIS (1899-1988)

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT
  •  • 2 416 mots

Dans le chapitre « Classicisme et modernité »  : […] plus exact. L'idéal d'une adaptation de la forme au fond sous-tend l'ambition d'inventer « une forme rhétorique par objet » : ainsi l'orange appelle « une étude rondement menée ». Le poème en prose fournit à Ponge un cadre assez souple pour s'adapter à la diversité des choses, mais assez fermement délimité pour leur donner une forme et un contour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-ponge/#i_5610

RIMBAUD ARTHUR

  • Écrit par 
  • Jean-Luc STEINMETZ
  •  • 5 067 mots

Dans le chapitre « Les Illuminations »  : […] Ces cinquante-quatre poèmes en prose étonnent par leur beauté, mais aussi leur disparate. Quelques-uns sont groupés par séries : Vies, Enfances, Veillées, Villes, et laissent entrevoir un projet plus articulé, au point que l'on a pu parler d'une « poétique du fragment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-rimbaud/#i_5610

LE SPLEEN DE PARIS, Charles Baudelaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 047 mots
  •  • 1 média

« Quel est celui de nous qui n'a pas, dans ses jours d'ambition, rêvé le miracle d'une prose poétique, musicale sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s'adapter aux mouvements lyriques de l'âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la conscience ? » Cette phrase, extraite de la Préface du Spleen de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-spleen-de-paris/#i_5610

SURRÉALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ, 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 11 373 mots

Dans le chapitre « L'âge de raison (1925-1939) »  : […] Conception que publient ensemble Breton et Eluard en 1930. Étonnante suite de poèmes en prose dont les auteurs se livrent à des « essais de simulation » d'états démentiels, de la débilité mentale à la démence précoce. Deux poètes s'y livrent sur eux-mêmes à une expérimentation de la fragilité des critères de normalité. Observations dont Dalí, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-histoire/#i_5610

VERS LIBRE

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 682 mots

Bien avant d'être nommément « vers libre », le vers français s'est souvent autorisé la variabilité métrique. Il s'agissait des « vers irréguliers », ceux dont parle La Fontaine dans un Avertissement à ses premiers contes : « L'auteur a voulu éprouver lequel caractère est le plus propre pour rimer des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vers-libre/#i_5610

Pour citer l’article

Jacques JOUET, « POÈME EN PROSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/poeme-en-prose/