VITRAC ROGER (1899-1952)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Roger Vitrac est considéré comme le grand dramaturge surréaliste alors même qu'il fut exclu du mouvement dès 1925, son œuvre théâtrale à peine commencée. Cette situation est une conséquence directe du mépris dans lequel André Breton tint le théâtre, pratique sociale à ses yeux compromettante et indigne des recherches artistiques modernes. Vitrac, tout en souffrant de cette exclusion, a néanmoins été fidèle à sa passion de la scène et à son désir d'en renouveler les principes.

L'enfance de Vitrac se partage entre son lieu de naissance, Pinsac, dans le Lot, et Paris, où ses parents s'installent en 1911. L'enfant est marqué par les incessants conflits conjugaux dans lesquels il est pris à partie ; il s'en souviendra dans sa « trilogie autobiographique », composée de son chef-d'œuvre, Victor, ou les Enfants au pouvoir (1928), du Coup de Trafalgar (1930) et du Sabre de mon père (1950). Cette trilogie, qui met en scène le regard lucide d'un enfant sur une société en décomposition, est caractéristique de la perspective cruelle à travers laquelle Vitrac entend démanteler le drame bourgeois.

Pendant son service militaire, Vitrac rencontre Crevel, Limbour et Arland, avec lesquels il fonde la revue Aventure. Celle-ci ne publiera que trois numéros, mais l'expérience permet au jeune homme de s'éloigner du symbolisme qui marquait ses premiers vers, de prendre part aux manifestations dada, puis de rejoindre le groupe d'André Breton en collaborant à Littérature. C'est dans la mouvance surréaliste qu'il écrit ses trois recueils de poèmes, La Lanterne noire (composé en 1925), Cruautés de la nuit et Humoristiques (1927), ainsi qu'un essai, Connaissance de la mort (1926). Les réelles affinités artistiques entre Breton et Vitrac ne suffisent pourtant pas à éviter l'exclusion de ce dernier, qui s'engage alors dans une expérience théâtrale originale au côté d'Antonin Artaud. Le Théâtre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Grenoble-IV-Stendhal

Classification


Autres références

«  VITRAC ROGER (1899-1952)  » est également traité dans :

ARTAUD ANTONIN (1896-1948)

  • Écrit par 
  • Paule THÉVENIN
  •  • 3 394 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expérience théâtrale »  : […] Après ses premiers débuts de comédien à l'Œuvre chez Lugné-Poe en 1921, Artaud effectue son véritable apprentissage chez Dullin, à qui il est envoyé par Gémier. Jusqu'en 1923 il est un membre actif de la troupe. Ses dons de dessinateur lui font souvent confier la création des costumes et même des décors. Comme acteur, on s'accorde généralement à reconnaître en lui un tempérament attachant, quoiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonin-artaud/#i_2818

ROUX GASTON-LOUIS (1904-1988)

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 549 mots

Le peintre Gaston-Louis Roux est né à Provins en 1904. Élève de Maurice Denis et de Paul Sérusier à la célèbre académie Ranson de 1919 à 1922, il débuta dans la carrière sur le mode décoratif, en travaillant dans l'atelier de Raoul Dufy, puis il fut chargé par André Malraux d'illustrer une série d'œuvres littéraires, dont celles de Stendhal, de Mérimée et d'Apollinaire. Mais l'événement marquant f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-louis-roux/#i_2818

Pour citer l’article

Mireille LOSCO, « VITRAC ROGER - (1899-1952) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-vitrac/