COLLAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Procédé jusqu'alors rattaché à des pratiques culturelles spécifiques (l'art de l'icône, la calligraphie japonaise, le primitivisme italien) ou au divertissement (les canivets, ces petits couteaux à lame en forme de fer de lance permettant de réaliser des tableaux découpés, les silhouettes), le collage a non seulement accédé au xxe siècle au statut d'œuvre d'art à part entière, mais il relève déjà, au regard des perspectives offertes à l'artiste par les nouveaux outils technologiques, d'une tradition en voie de dépassement.

Le collage, une tradition moderne

Les débats dont le collage fit l'objet au xxe siècle témoignent du rôle central qu'il a joué dans les développements de l'art moderne et contemporain. La question de son « autonomie » fut en effet posée lorsque, en 1961, le critique américain William Seitz décida de réunir sous le terme générique d'« assemblage » des objets aussi divers que le papier collé cubiste, les Combines de Rauschenberg réalisées à la fin des années 1950, le ready-made ou l'objet surréaliste. Fruits selon lui d'une démarche unitaire consistant à choisir, déplacer et renommer des objets préexistants, ils témoignaient en outre d'une esthétique de la banalité et d'une poétique de la fragmentation propre à la sensibilité moderne. Non dépourvue de fondement, cette vision nominaliste oubliait cependant de resituer la naissance de ces objets dans leurs contextes respectifs ; or, dès lors que l'on prend en compte son origine picturale, le collage ne peut être réduit à un assemblage : avatar pour le moins dégradé du tableau classique, il possède néanmoins les attributs de l'icône. De ce point de vue, il est doté d'une ambivalence intrinsèque, dont le ready-made et l'objet surréaliste sont exempts.

Située au début des années 1910, sa naissance s'inscrit dans la formidable accélération que connut l'histoire dès la fin du xixe siècle, et du collapsus, aussi enivrant qu'inquiétant, qu'elle provoqua dans la mentalité collective. D'emblée, ses matériaux, voire ses supports, ont été élus parmi les rebuts usagés d'u [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  COLLAGE  » est également traité dans :

ÉCRITS SUR L'ART MODERNE, Louis Aragon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 1 091 mots

Dans le chapitre « Le collage comme défi à la peinture »  : […] Aragon, qui a été l'un des premiers théoriciens du collage, consacre à cette notion ses premiers textes de critique d'art. Cette pratique devient ainsi le pivot de son analyse de la modernité dans la création artistique. En 1926, il consacre un texte au maître de l'illusion et de l'erreur : Max Ernst. Contrairement aux cubistes, qui utilisaient des papiers de couleur dans une optique chromatique, […] Lire la suite

CUBISME

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY, 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 445 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Picasso et Braque »  : […] C'est au cours de la période du cubisme analytique, et particulièrement autour de 1911, que l'amitié entre Braque et Picasso fut la plus étroite. Aussi les œuvres qu'ils firent à cette époque sont-elles si voisines qu'on a du mal à les distinguer les unes des autres. Toutefois, la disposition plus géométrique des plans angulaires qu'on peut observer dans les œuvres de Picasso – le Portrait de M.  […] Lire la suite

POP ART

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 3 814 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pop art anglais »  : […] On cite parfois Francis Bacon comme précurseur du pop art anglais, parce qu'il s'inspira, dès 1949, de reproductions photographiques. Mais il faudrait aussi mentionner Eduardo Paolozzi, Écossais d'origine italienne qui inclut, dès 1947, dans son collage I Was a Rich Man's Plaything (Tate Gallery, Londres), une pin-up, une bouteille de Coca-Cola et le mot « pop ». Cependant, ce ne sont là que sign […] Lire la suite

GRIS JUAN (1887-1927)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 2 042 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La mathématique picturale »  : […] De 1912 à 1916, Gris poursuit ses recherches avec une ardeur et dans une indépendance d'esprit rares. Sa situation matérielle est assurée : il a signé un contrat d'exclusivité avec D.-H. Kahnweiler, son futur biographe ; ses envois à la Section d'or sont remarqués, les collectionneurs s'intéressent à lui. C'est une période d'intense création, pendant laquelle la contribution du peintre au développ […] Lire la suite

DADA

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR, 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 5 736 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'objet dada »  : […] Qu 'il soit collage, assemblage, sculpture, ou ready-made, l'objet dada sape la notion d'œuvre d'art en premier lieu par son apparente trivialité. Ce sabotage repose sur l'adoption de procédés – recyclage, abandon de la conception au profit du hasard, accumulation anarchique – qui n'exclut cependant pas la sophistication, que celle-ci tende à l'épure ou au chaos. Peu après le retour de Huelsenbeck […] Lire la suite

MOHOLY-NAGY LÁSZLÓ (1895-1946)

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 2 380 mots

Dans le chapitre « Berlin, capitale des avant-gardes »  : […] C'est dans le domaine graphique que s'oriente d'emblée la création de Moholy-Nagy. En 1919, il commence à Budapest une série de portraits au crayon qui semblent vouloir assimiler expressionnisme, cubisme et futurisme pour former à partir de ces styles un vocabulaire nouveau et personnel. Dans le Portrait du Dr Schairer (crayon sur papier, 61 cm × 48 cm, coll. Hattula Moholy-Nagy), dernière œuvre […] Lire la suite

MOTHERWELL ROBERT (1915-1991)

  • Écrit par 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 1 069 mots

Le nom du peintre américain Robert Motherwell est associé aux débuts de l'expressionnisme abstrait, c'est-à-dire au premier grand mouvement artistique, aux États-Unis, qui soit émancipé de l'influence du Vieux Continent. Pourtant, Motherwell est sans doute le plus européen des membres de l'École de New York, ainsi nommée pour la distinguer de (et l'opposer à) celle de Paris. Dès 1938, le jeune h […] Lire la suite

RAUSCHENBERG ROBERT (1925-2008)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 564 mots

Dans le chapitre « Du monochrome aux Combine Paintings »  : […] Robert Rauschenberg est né à Port Arthur (Texas) en 1925. Sa formation de plasticien le conduit successivement au Kansas City Art Institute et au Black Mountain College en 1949. Il y suit l'enseignement de Josef Albers et se lie d'amitié avec Merce Cunningham, David Tudor et John Cage qui avait coutume de dire : « même le banal contient un potentiel esthétique ». Il y participe à un certain nombr […] Lire la suite

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le développement de l'art surréaliste »  : […] Les deux impulsions fondamentales sont fournies au mouvement surréaliste par Masson et Ernst. Le premier, qui débute presque dans la peinture (il n'a jamais participé au dadaïsme), croit pouvoir fournir d'emblée un équivalent de l'enregistrement écrit de l'«   automatisme psychique pur » par des dessins automatiques et des « peintures au sable » exécutées rapidement. Malgré leur liberté expressio […] Lire la suite

PAOLOZZI EDUARDO (1924-2005)

  • Écrit par 
  • Christophe DOMINO
  •  • 881 mots

C'est en lord – il fut fait Her Majesty's Sculptor in Ordinary for Scotland à soixante-deux ans – qu'a disparu, le 22 avril 2005, Eduardo Paolozzi, né le 7 mars 1924 de parents italiens, près d'Édimbourg en Écosse. L'artiste doit ce titre à son rôle dans l'histoire du pop art en Angleterre, mais aussi à une carrière très remplie d'animateur et d'enseignant, qui l'a conduit à une reconnaissance d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine VASSEUR, « COLLAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/collage/