ART DÉCO STYLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En ce début de l'ère industrielle, Bonnard et Toulouse-Lautrec dessinent des affiches, Gauguin signe des céramiques, les arts appliqués s'imposent sur la scène artistique. L'Art nouveau gagne peu à peu chaque secteur de la création, négligeant d'ajuster ses normes esthétiques aux exigences désormais fonctionnelles.

À Vienne, Adolf Loos dénonce ce délire ornemental (Ornament und Verbrechen, 1908) et propose le modèle d'une architecture dépouillée (la maison Steiner) ; Otto Wagner et Olbrich posent les principes d'un retour à la ligne droite et aux formes géométriques ; le palais Stoclet de Josef Hoffmann, construit à Bruxelles entre 1905 et 1910, inscrit la transition. En France, la réaction à l'Art nouveau prend une tournure technique, c'est la construction en 1912 de la première maison individuelle en béton, de Perret (rue Franklin, à Paris). En Allemagne, les industriels et les artistes Behrens, Riemerschmid, Van de Velde groupés autour des théories de Muthesius fondent le Werkbund. Aux États-Unis, l'architecture rationaliste triomphe avec l'école de Chicago (emploi systématique des charpentes métalliques). L'Europe découvre en 1910 les nouveaux travaux de F. L. Wright (Prairie Houses) : un habitat intégré à son environnement.

Palais Stoclet, Bruxelles

Photographie : Palais Stoclet, Bruxelles

Palais Stoclet, Bruxelles, 1905-1911. Architecte : Joseph Hoffmann. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Devant l'échec de l'Exposition universelle de 1900, les artistes français fondent la Société des artistes décorateurs ; ils invitent en 1910 le Werkbund au Salon d'automne : on découvre alors des aménagements intérieurs très structurés, le mobilier et les objets s'intégrant à l'environnement architectural. (Mais, en 1914, le chauvinisme puis le déclenchement des hostilités retardent la diffusion des idées nouvelles ; l'exposition qui devait se tenir en 1916 au musée des Arts décoratifs n'aura lieu qu'en 1925.)

C'est l'époque où les artistes de domaines différents travaillent en collaboration. Le succès des Ballets russes de Diaghilev en 1909 (avec les peintres Exter, Larionov et Gontcharova) favorise cette interpénétration des arts ; la couleur, libérée, envahit les intérieurs (les meubles, les tissus, les objets). Au cinéma, Marcel L'Herbier s'attache la collaboration de l'architecte Mallet-Stevens et du peintre Fernand Léger pour L'Inhumaine. Le public découvre les mouvements d'avant-garde par l'intermédiaire des ballets ; le futurisme (la vitesse, la puissance, l'énergie pensées en termes plastiques), le fauvisme (la couleur pure affirmée dans une représentation bidimensionnelle), le cubisme (rejet du décoratif pour une production objective, analytique) contribuent à la montée de ce style « art déco » des années vingt.

La traversée de la Manche par Blériot en 1909 est un événement : désormais, omniprésente, la machine accélère le processus d'une nouvelle esthétique. En Europe, le mouvement se dessine : les biennales de Monza en Italie sont consacrées uniquement aux arts décoratifs dès 1923 ; aux Pays-Bas, la revue De Stijl (1917) pose autour de Mondrian les principes d'un art abstrait adapté à la décoration ; en Allemagne, le Bauhaus dirigé par Gropius à Weimar forme une génération d'artistes attachés aux recherches de nouveaux matériaux pour les arts appliqués dans l'industrie.

C'est vers 1920 qu'en France le renouvellement de l'art moderne s'affirme dans une tendance aux volumes simples, aux surfaces planes. Dans la grande tradition des ébénistes français, on revient au placage de bois précieux, aux marqueteries, un jeu de bois clair et foncé soulignent la structure, pour un mobilier qui s'adresse à une clientèle de luxe (J. Ruhlmann). Le mobilier courant en bois massif, élaboré dans une opposition de plans et un jeu de moulures (Djo Bourgeois), est diffusé dans les grands magasins (le rayon Primavera au Printemps, le Studium au Louvre). C'est l'apparition de meubles à combinaisons multiples (étagères, armoires standardisées par Francis Jourdain aux Ateliers modernes). Les formes de l'art moderne s'affirment dans le domaine de la mode (S. Delaunay), des frivolités, du goût en général — flacons de parfums (R. Lalique, Baccarat), services d'assiettes (Goupy, Luce, S. Lalique), soieries d'ameublement (Dufy, H. Henry) ; l'orfèvre J. Puiforcat diffuse des couverts, des coupes de formes simples, parfois signés d'une simple moulure géométrique ; le relieur P. Legrain façonne des livres à exposer sur pupitre.

Flacon de parfum, Baccarat

Photographie : Flacon de parfum, Baccarat

Flacon de parfum. Style Art déco. Cristal. Manufacture de Baccarat. 

Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

L'Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de 1925 sera la consécration à Paris d'un art préservant la tradition, réservé à une élite, où chaque œuvre est une création originale ; toute production dans cette tendance relèvera du « style 25 » (les pavillons de Ruhlmann et de la compagnie des arts français). L'exposition prend un caractère officiel avec le projet d'une ambassade qui réunit R. Mallet-Stevens, F. Léger, R. Delaunay, P. Chareau, J. Lurçat, F. Jourdain et les sculpteurs Laurens et Lipchitz. L'autre tendance, d'un art industriel qui s'adresse à un plus grand public, lancée par les artistes d'avant-garde (le pavillon de Melnikov) est peu représentée. Sont absents les architectes hollandais J. J. P. Oud, Rietveld (De Stijl) qui construit maisons et meubles dans une production formelle inédite (un rythme de rectangles), Mies Van der Rohe, Moholy-Nagy et Marcel Breuer (Bauhaus), qui travaillent à la fusion de la technique et de la création artistique, dont les réalisations sont aujourd'hui éditées. Le pavillon de l'Esprit nouveau de Le Corbusier et d'Ozenfant est l'emblème de cette tendance internationale ; le mobilier, les arts décoratifs sont soumis aux lois architecturales, à la constitution d'un style qui, loin d'être accepté, se maintiendra à travers une production fluctuant au gré des goûts du moment et des individualités forcenées qui multiplièrent les issues et les impasses d'un art qui se soutiendra jusqu'au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Médias de l’article

Palais Stoclet, Bruxelles

Palais Stoclet, Bruxelles
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Flacon de parfum, Baccarat

Flacon de parfum, Baccarat
Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en histoire de l'art, chargé de recherche à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  ART DÉCO STYLE  » est également traité dans :

STYLE 1925

  • Écrit par 
  • Yvonne BRUNHAMMER
  •  • 4 661 mots
  •  • 4 médias

Le « style 1925 » tire son nom de l'Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes organisée à Paris en 1925. En France, il est souvent confondu avec ce qu'on appelle l'«  Art déco », précisément en souvenir de cette exposition, où la tendance traditionnelle, décorative, était la mieux représentée. Mais le style 1925 est aussi le mouvement moderne, tourné vers l'industrie, q […] Lire la suite

BARBIER GEORGE (1882-1932)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 695 mots

L'illustrateur de mode George Barbier est une des figures fascinantes de l'Art déco. D'un style graphique accompli, les vignettes qu'il a composées apportent une vision à la fois sophistiquée et sereine du monde de la mode. Barbier fut également un illustrateur de livres. Né à Nantes en 1882, il effectue ses études à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de Jean-Paul Laurens. Devenu indép […] Lire la suite

COLIN PAUL (1892-1985)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 835 mots

L'affichiste Paul Colin a vécu son enfance et son adolescence dans l'effervescence créatrice qui animait à cette époque sa ville natale, Nancy, l'un des centres de l'Art nouveau. Désireux de devenir peintre, mais soucieux de concilier sa vocation et les inquiétudes de ses parents qui veulent le voir exercer une activité stable, il entreprend des études d'architecture à l'école des beaux-arts de Na […] Lire la suite

DESIGN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Stéphane LAURENT
  •  • 647 mots

Avril 1751 Parution du premier volume de l' Encyclopédie de Diderot et d'Alembert. L'ouvrage défend entre autres les vertus d'une beauté obtenue par une production rationnelle à haut degré de savoir-faire, parfois réalisée en série et existant depuis l'Antiquité (amphores grecques, lampes à huile romaines, châsses limousines, etc.). 1829 Les frères George et Robert Stephenson lancent la locomotiv […] Lire la suite

DINANDERIE

  • Écrit par 
  • Marie-Cécile FOREST
  •  • 642 mots

Le mot dinanderie vient du nom de la ville de Dinant en Belgique qui fut, avec Liège, Namur, Huy et l'ensemble de la vallée de la Meuse au Moyen Âge un centre florissant du travail du cuivre et du laiton. La dinanderie désignait alors la fonte du laiton alors qu'aujourd'hui ce mot désigne l'art de battre le métal, essentiellement le cuivre mais aussi l'étain, le maillechort, le laiton et de lui d […] Lire la suite

DRIAN ADRIEN DÉSIRÉ ÉTIENNE dit (1885-1961)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 766 mots

Dessinateur, graveur et décorateur, Drian est l'interprète talentueux de la mode Art déco dans ce qu'elle a de nerveux, d'éphémère. Venu à Paris vers 1898, Drian s'oriente bientôt vers l'illustration ; ses compositions, publiées dans L'Art et la mode , sont d'un style élaboré mais encore bien conventionnel. La description des robes et de leurs falbalas gomme la présence anatomique, et les femmes q […] Lire la suite

DUPRÉ-LAFON PAUL (1900-1971)

  • Écrit par 
  • Pierre-Emmanuel MARTIN-VIVIER
  •  • 929 mots

Paul Dupré-Lafon est né à Marseille, le 17 juin 1900. Fils d'Edmond Dupré et de Valentine Lafon, il est l'héritier d'une lignée d'industriels et de négociants marseillais. Après des études secondaires chez les jésuites, il choisit la carrière artistique et suit l'enseignement de l'école des Beaux-Arts de Marseille. Avec son ami Georges Willameur, il peint et expose quelques toiles dans les galerie […] Lire la suite

ERTÉ ROMAIN DE TIRTOFF dit (1892-1990)

  • Écrit par 
  • Patrick MAURIES
  • , Universalis
  •  • 1 430 mots
  •  • 1 média

Erté s'est illustré tour à tour dans la mode, le dessin, la lithographie, la réalisation de costumes pour les plus prestigieux théâtres et revues. Placée sous le signe de l'art déco, son œuvre, singulière dans l'inventivité de son graphisme, reflète parfaitement l'esthétique des années 1910-1930. […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 012 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'architecture Art déco »  : […] L'Art déco est le style dominant des années 1920, dites années de la prospérité. L'articulation volumétrique en masses orthogonales provient en partie des architectes de la Sécession viennoise, Otto Wagner et Josef Hoffmann. En mettant en avant une vision optimiste de l'époque machiniste, l'Exposition des arts décoratifs et industriels modernes à Paris en 1925 a trouvé des résonances aux États-Un […] Lire la suite

JARDINS - De la révolution industrielle à nos jours

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON, 
  • Monique MOSSER
  •  • 5 662 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les expérimentations modernistes »  : […] C'est paradoxalement l'attitude historiciste, dans la mesure où elle fonde un retour à la forme, qui débouche, dans l'entre-deux-guerres, sur les innovations du modernisme. Alors que l'architecture du Bauhaus ou de Le Corbusier prône la table rase, le jardin puise son dépouillement dans ses propres traditions retrouvées. Les frères André et Paul Vera, défenseurs du jardin « architectonique », sou […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian BONNEFOI, « ART DÉCO STYLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/style-art-deco/