BARBIER GEORGE (1882-1932)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'illustrateur de mode George Barbier est une des figures fascinantes de l'Art déco. D'un style graphique accompli, les vignettes qu'il a composées apportent une vision à la fois sophistiquée et sereine du monde de la mode. Barbier fut également un illustrateur de livres.

Né à Nantes en 1882, il effectue ses études à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de Jean-Paul Laurens. Devenu indépendant, il expose ses compositions au Salon des artistes décorateurs, à partir de 1912 : gouaches, aquarelles, projets de décoration, de même dessins de textiles, et présente ses œuvres à la galerie Georges Petit en 1912 (sur le thème de La Comédie humaine). Son talent déjà affirmé séduit rapidement les amateurs et les éditeurs d'ouvrages de luxe : c'est à lui qu'est confiée l'illustration du volume des Danses de Nijinski (1913), instantanément célèbre : grâce à des mises en pages hardies, Barbier y joue avec maîtrise des arabesques dans une forte opposition noir/blanc et met en scène les pirouettes et les contorsions du danseur, avec une virtuosité sensuelle. L'album consacré à la danseuse Tamara Karsavina (1914) regroupe également des illustrations saisissantes, d'un charme pervers. D'autres recueils et albums suivent ces publications, où le luxe le dispute à la sophistication (par exemple Anteros, 1913).

Barbier fait également partie de l'équipe des illustrateurs de La Gazette du bon ton dès sa création (1912). D'un trait sûr, il reproduit les robes de grands couturiers ; dans ce domaine, les gravures qu'il donne des modèles de la maison Worth constituent une anthologie de son art : sur des fonds tourmentés, évoquant le décor des laques orientales (dragons, pergolas fleuries), Barbier détache et isole la silhouette d'une femme hiératique, pensive ou hautaine. Chaque illustration se présente comme l'aveu d'un état d'âme, ou l'expression d'une émotion. Une robe bleue s'intitule Sortilège. Une stricte robe noire portée par une élégante au regard dur s'appelle La Belle Dame sans merci. Un modèl [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Guillaume GARNIER, « BARBIER GEORGE - (1882-1932) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-barbier/