WERKBUND DEUTSCHER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1902, alors même qu'il est attaché à l'ambassade d'Allemagne à Londres et qu'il arrive au terme d'une scrupuleuse enquête sur l'utopisme pratique et théorique de William Morris, l'architecte allemand Hermann Muthesius entreprit d'ébranler les mouvements fin de siècle qui défendaient la vieille tradition des métiers d'art. Pour lui, seuls les objets fabriqués à la machine sont susceptibles de répondre aux exigences de l'époque. De retour en Allemagne, en 1903, il s'attache avec une farouche obstination à jeter les bases d'un organisme qui devait tendre à « unir les artistes et les entreprises industrielles en vue de développer, par une association effective, le travail allemand dans le sens de la technique et du goût... ». Conséquence de ce travail préparatoire : le 6 octobre 1907 se réunissent à Munich une douzaine d'artistes (Behrens, Hoffmann, Olbrich, Riemerschmid, Fischer, Poelzig, Schumacher, Van de Velde...) et douze firmes industrielles pour fonder le Deutscher Werkbund.

Le manifeste inaugural de Werkbund (« le lien par l'œuvre ») exprime les objectifs et la philosophie du mouvement : « Choisir les meilleurs représentants des arts, de l'industrie, des métiers et du commerce ; coordonner tous les efforts vers la réalisation de la qualité dans la production industrielle, créer un centre de ralliement pour tous ceux qui ont la capacité et la volonté de faire des produits de qualité [...]. Il n'y a pas de frontière fixe entre l'outil et la machine. Des œuvres de qualité peuvent être créées indifféremment à l'aide d'outils et de machines dès l'instant que l'homme se rend maître de la machine et en fait un outil. » La notion de qualité qui est privilégiée est entendue comme signifiant « non seulement un ouvrage correctement adapté aux matériaux, mais ayant une portée sensible et une signification artistique ». Le Werkbund tend ainsi à neutraliser la distance que l'évolution économique et sociale a introduite entre l'art et la société, à convertir l'artisan et à conduire l'artiste à penser dans les termes de la n [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur de l'École nationale supérieure d'architecture et des arts visuels, Bruxelles

Classification

Autres références

«  WERKBUND DEUTSCHER  » est également traité dans :

ARCHITECTURE EXPRESSIONNISTE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 909 mots

1913-1918 Îlot d'habitation sur le Spaarndammerplantsoen, Amsterdam, Michel De Klerk (1884-1923). Réalisé en trois phases, cet îlot situé en bordure d'une voie de chemin de fer, au nord-ouest de la ville, est l'exemple le plus spectaculaire de l'architecture de l'École d'Amsterdam. La composition des façades, l'ondulation des murs de briques, les détails de toitures et des fenêtres témoignent du […] Lire la suite

ART DÉCO STYLE

  • Écrit par 
  • Christian BONNEFOI
  •  • 1 056 mots
  •  • 2 médias

En ce début de l'ère industrielle, Bonnard et Toulouse-Lautrec dessinent des affiches, Gauguin signe des céramiques, les arts appliqués s'imposent sur la scène artistique. L'Art nouveau gagne peu à peu chaque secteur de la création, négligeant d'ajuster ses normes esthétiques aux exigences désormais fonctionnelles. À Vienne, Adolf Loos dénonce ce délire ornemental ( Ornament und Ver brechen , 1908 […] Lire la suite

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 789 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Les moyens de diffusion »  : […] L'Art nouveau s'est diffusé très rapidement dans le monde grâce aux revues illustrées de photographies et aux expositions. En 1893 paraît à Londres The Studio qui affichait la devise «  Use and Beauty  » : elle contribua puissamment à faire connaître les Arts and Crafts. D'autres revues suivirent, comme Dekorative Kunst et sa version française L'Art décoratif , Art et décoration , Innen Dekora […] Lire la suite

BAUHAUS

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  •  • 4 454 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une réorganisation de l'enseignement des beaux-arts »  : […] L'« aventure » du Bauhaus ne se conçoit guère que dans le climat artistique très particulier de l'Allemagne du début de ce siècle. Hermann Muthesius, continuant John Ruskin et William Morris, avait déjà fondé, le 6 octobre 1907, le Deutscher Werkbund, pour tenter d'établir une coopération entre les artistes et les artisans d'une part, l'industrie et la technique de l'autre. On lisait dans les sta […] Lire la suite

BEHRENS PETER (1868-1940)

  • Écrit par 
  • Luce CAYLA
  •  • 1 849 mots

Dans le chapitre « L'esthétique industrielle »  : […] L'essor extrêmement rapide de l'industrie allemande, tout en stimulant le modelage d'un espace social selon des perspectives utilitaristes, favorisa l'invention d'une « figuration » nouvelle, visant à exprimer la modernité techniciste ; la nécessité se faisait sentir de mettre en question le machinisme du xix e  siècle. La fondation en 1907 du Deutscher Werkbund fut le manifeste de l'intégration […] Lire la suite

GRAPHISME

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 7 442 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les prémisses du design »  : […] Les Wiener Werkstätte (Ateliers viennois), constitués en 1903 par Josef Hoffmann et Koloman Moser , impulsent un style aux contours réguliers, basés sur des formes géométriques simples. Cependant qu'en Allemagne se développe le courant de la Neue Sachlichkeit (nouvelle objectivité), popularisé par les affiches de Lucian Bernhard ou Ludwig Hohlwein, aux motifs très épurés. En 1907, Hermann Muthesiu […] Lire la suite

GROPIUS WALTER (1883-1969)

  • Écrit par 
  • Réjean LEGAULT
  •  • 2 517 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Architecture et industrie »  : […] Gropius est né à Berlin en 1883, dans une famille de fonctionnaires et d'architectes. Il entreprend des études d'architecture à la Technische Hochschule de Charlottenburg à Berlin, mais ne les terminera pas. En 1907, il entre dans l'agence de Peter Behrens (1868-1940) où travailleront également nombre de jeunes architectes devenus célèbres par la suite, dont Ludwig Mies van der Rohe et Le Corbusi […] Lire la suite

INDUSTRIELLE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Françoise HAMON
  • , Universalis
  •  • 4 844 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le Werkbund et l'esthétique de l'usine »  : […] La plasticité nouvelle du béton a doté l'usine de formes nouvelles qui ne prétendent pas à la monumentalité ; l'apport du mouvement du Werkbund et de Peter Behrens, leader de l'architecture moderne en Allemagne, sera de considérer la construction industrielle comme un problème architectonique. En 1907, Behrens devient conseiller artistique du groupe A.E.G. et édifie en 1908 la halle de montage de […] Lire la suite

MIES VAN DER ROHE LUDWIG (1886-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre GRANVEAUD
  •  • 2 135 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un rationaliste »  : […] Mies ne construit presque pas pendant sa période allemande et il s'exprime surtout par ses dessins et ses textes ; c'est aux États-Unis qu'il construira la plus grande partie de sa production. À Berlin, après s'être détaché de l'influence de Behrens et, à travers cet architecte, de celle de l'art néo-classique de Karl Friedrich Schinkel, il travaille à des projets qui seront exposés par le Novembe […] Lire la suite

MOBILIER

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 4 414 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le XXe siècle »  : […] Le mobilier connaîtra une renaissance stylistique avec ce qu'on appelle l' Art nouveau. L'Angleterre lance le mouvement avec William Morris, qui tire de l'étude du gothique une nostalgie de l'œuvre originale et retrouve une source d'inspiration dans la nature. En Angleterre, l'école de Glasgow avec Mackmurdo et Mackintosh, en France le mouvement Art nouveau (Grasset, Gaillard) et l'école de Nancy […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert L. DELEVOY, « WERKBUND DEUTSCHER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/deutscher-werkbund/