RATIONALISTE ARCHITECTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En architecture, l'attitude rationaliste consiste avant tout à opposer à la définition de l'art de l'architecte comme « un des beaux-arts » la reconnaissance de sa double nature : « Architecture, sœur de la science [...], art le plus voisin de la science », dira Viollet-le-Duc, théoricien incontesté de l'architecture rationaliste.

Toute tentative critique ou historiographique pour limiter l'architecture rationaliste à un système unique de formes, apparu en un lieu précis ou à une époque particulière, est toujours réductrice des ambitions philosophiques et de la portée réelle de ce profond bouleversement doctrinal provoqué par la naissance des sociétés modernes. À travers les succès ou les vicissitudes, l'entreprise rationaliste en architecture n'a jamais connu d'interruption depuis ses origines, théoriciens et praticiens se relayant pour en assurer la continuité.

Accordant la première importance à la réalisation des caractéristiques pratiques de l'édifice – solidité, utilité –, l'architecture rationaliste postule un degré élevé d'indifférence à la forme finale. Annoncée dès la fin du xviie siècle dans le discours des théoriciens, son avènement dans les actes construits sera différé jusqu'aux débuts du xixe. Cependant, la préoccupation rationaliste, s'installant dans les esprits tout au long du xviiie siècle, nourrira la critique des pratiques plastiques héritées du « système baroque », en précipitant la dégénérescence de ce dernier, et préparera le terrain des expériences à venir.

De l'affrontement inéluctable entre la tradition plasticienne de l'architecture et l'ambition nouvelle d'une architecture raisonnée naîtront des formalismes nouveaux qu'il faudra distinguer des efforts délibérés pour atteindre un rationalisme objectif plus radical.

Dans la matérialité des œuvres, formalisme rationaliste et rationalisme objectif pourront fusionner, mais le fréquent discours de légitimation qui les accompagne révélera parfois le glissement qui s'opère des intentions théoriques vers des pratiques formalistes.

Bien qu'ayant fécondé les plus grands événements architecturaux du xxe siècle, le rationalisme en architecture est considéré par beaucoup, depuis la fin des années soixante, comme un principe épuisé, voire négateur de toute créativité. Mais le refus de la rationalité n'est-il pas un refus de l'architecture elle-même, dans sa spécificité ?


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

Louis I. Kahn, The Kimbell Art Museum, Fort Worth

Louis I. Kahn, The Kimbell Art Museum, Fort Worth
Crédits : Roger Last/ Bridgeman Images

photographie

Louis I. Kahn, The Kimbell Art Museum, Fort Worth : le plan d'eau

Louis I. Kahn, The Kimbell Art Museum, Fort Worth : le plan d'eau
Crédits : Roger Last/ Bridgeman Images

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  RATIONALISTE ARCHITECTURE  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Notions essentielles

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 952 mots

Dans le chapitre « Rationalisme et éclectisme »  : […] Pour l'architecte rationaliste, la beauté résulte avant tout d'une démarche structurelle conduite à son terme logique. Pour l'éclectique, qui emprunte aux époques les plus diverses de l'histoire de l'architecture, de l'Égypte ancienne au Moyen Âge, de la Grèce classique aux Lumières européennes, elle procède d'une intention symbolique irréductible aux déterminations techniques et à la prise en co […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le siècle de l'industrie »  : […] Au cours du xix e  siècle se produit une diversification sans précédent des techniques de construction. Au sein de cet ensemble de transformations, le développement de l'architecture métallique constitue le phénomène le plus marquant. Aux premiers édifices faisant appel à la fonte succèdent des constructions en fer puis en acier. Tandis que la fonte, qui résiste mal aux efforts de traction, est p […] Lire la suite

ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 3 946 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Italie « nouvelle » »  : […] C'est dans l'Italie fasciste que sont posés pour la première fois les problèmes de l'architecture comme instrument de l'action politique et idéologique de l'État. On sait que l'une des idées-forces du régime mussolinien fut la filiation entre l'Italie « nouvelle » et la Rome impériale. La Rome antique était présente dans la Rome du xx e  siècle. C'est à son exaltation que Mussolini appelle les […] Lire la suite

BAUDOT ANATOLE DE (1834-1915)

  • Écrit par 
  • Françoise BOUDON
  •  • 868 mots

L'activité de Baudot, architecte français, se situe entre 1860 et 1914. Ces deux dates correspondent à une période de crise pour l'architecture ; des idées et des techniques révolutionnaires contribuent à démolir un monde et à poser les fondements d'une nouvelle architecture. Comme professeur, journaliste, réformateur de la profession, mais surtout comme constructeur, Baudot participe activement à […] Lire la suite

BEHRENS PETER (1868-1940)

  • Écrit par 
  • Luce CAYLA
  •  • 1 849 mots

Dans le chapitre « L'esthétique industrielle »  : […] L'essor extrêmement rapide de l'industrie allemande, tout en stimulant le modelage d'un espace social selon des perspectives utilitaristes, favorisa l'invention d'une « figuration » nouvelle, visant à exprimer la modernité techniciste ; la nécessité se faisait sentir de mettre en question le machinisme du xix e  siècle. La fondation en 1907 du Deutscher Werkbund fut le manifeste de l'intégration […] Lire la suite

DE WAILLY CHARLES (1730-1798)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 937 mots

Urbaniste, architecte, décorateur et ornemaniste français. « De Wailly, disait-on à Paris, est un grand dessinateur, mais ce n'est pas un architecte. De Wailly répondit en bâtissant une ville. Port-Vendres et ses palais ; Port-Vendres et ses statues, et ses quais, et ses magasins ; Port-Vendres et ses obélisques, et ses places publiques... » L'emphase du biographe rend bien compte toutefois de la […] Lire la suite

GARDELLA IGNAZIO (1905-1999)

  • Écrit par 
  • Marilù CANTELLI
  •  • 821 mots

« J'étais fasciné par la confiance des rationalistes à pouvoir donner une nouvelle forme au monde entier, en même temps j'étais effrayé par l'idéologie de la machine. » Ces propos confiés peu de temps avant sa mort par Ignazio Gardella à Antonio Monestiroli révèlent les positions doctrinaires de l'architecte italien au terme d'une longue carrière. Né le 30 mars 1905 à Milan, dans une famille génoi […] Lire la suite

GONDOIN JACQUES (1737-1818)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 561 mots

La célébrité de Gondoin, dont la carrière d'architecte officiel fut brillante, repose sur un seul édifice, incomparable il est vrai : l'École de chirurgie de Paris (actuelle École de médecine), édifiée entre 1769 et 1775. Élève du théoricien Blondel, Gondoin remporte un deuxième prix à l'Académie d'architecture en 1758. Pensionnaire à l'Académie de France à Rome, il prolonge son absence par un voy […] Lire la suite

GROPIUS WALTER (1883-1969)

  • Écrit par 
  • Réjean LEGAULT
  •  • 2 517 mots
  •  • 4 médias

Préoccupé par le rôle de l'industrie, de la standardisation, des nouveaux matériaux et des techniques constructives, l'œuvre théorique et pratique de Walter Gropius s'inscrit d'emblée dans le projet de rationalisation de l'architecture qui inspira le mouvement moderne. Avec ses premières œuvres construites, qui renversent le rapport traditionnel entre la structure portante et l'enveloppe du bâtim […] Lire la suite

HOFFMANN JOSEF (1870-1956)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 689 mots
  •  • 3 médias

Né en Moravie, Hoffmann commença par étudier l'architecture à Vienne auprès d'Otto Wagner, dont les théories rationalistes devaient exercer sur lui une influence décisive. Très tôt, il manifesta de l'intérêt pour la décoration et les arts appliqués : de 1899 à 1937, il est professeur à l'École des arts appliqués de Vienne, et en 1903, en collaboration avec Kolo Moser, il met sur pied le célèbre At […] Lire la suite

HÔTEL DE VILLE

  • Écrit par 
  • Pascal LIÉVAUX-SENEZ
  •  • 3 691 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Renouveau et diversité »  : […] Au début du xx e  siècle, quelques architectes nordiques tentent d'échapper à cet éclectisme répétitif. Martin Nyrop (hôtel de ville de Copenhague, 1899-1923) et surtout Ragnar Ostberg (hôtel de ville de Stockholm, 1909-1923) utilisent formes et matériaux traditionnels dans un style très pur basé sur l'équilibre des grandes masses architecturales. Cette recherche ouvre la voie aux innovations d'A […] Lire la suite

INDUSTRIELLE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Françoise HAMON
  • , Universalis
  •  • 4 844 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « À la recherche d'une nouvelle rationalité technique : le temps des ingénieurs »  : […] La révolution industrielle anglaise provoque, dans ces deux domaines essentiels, celui de la métallurgie et celui du textile, l'apparition de nouvelles conceptions de l'espace de production : le textile mill (usine textile fonctionnant avec la force hydraulique), qui permet d'améliorer à la fois la transmission de l'énergie et la surveillance des travailleurs, consiste en un bloc de trois, quatre […] Lire la suite

JOURDAIN FRANTZ (1847-1935)

  • Écrit par 
  • Yves BRUAND
  •  • 258 mots

Architecte d'origine belge naturalisé français en 1870. Pamphlétaire et journaliste, Jourdain est, de 1880 à 1910, à la pointe du combat pour la rénovation et la synthèse des arts. Fondateur en 1903 et président des Salons d'automne, il joue un rôle important dans la diffusion des idées nouvelles, la révélation des peintres méconnus de la fin du xix e  siècle ou celle des artistes d'avant-garde. I […] Lire la suite

LE CORBUSIER : VILLA SAVOYE (Poissy)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 205 mots

Construite au sommet d'une colline, à Poissy, à l'ouest de Paris, la villa Les Heures claires, dite villa Savoye, constitue un premier aboutissement dans les recherches de Le Corbusier (1887-1965) sur le thème de la villa. Elle clôt également sa période puriste. L'architecte y applique les « cinq points d'une architecture nouvelle », énoncés en 1927 : pilotis, plan libre, façade libre, fenêtre en […] Lire la suite

LODOLI fra CARLO (1690-1761)

  • Écrit par 
  • Marilù CANTELLI
  •  • 475 mots

Le principe d'une rationalité architectonique réduite au pur présent de l'architecture est énoncé pour la première fois par un théoricien vénitien, le moine Carlo Lodoli. Ses conceptions demeurèrent dans le seul univers du discours, mais elles constituèrent un précédent théorique notable dans le débat que l'illuminisme développa autour des problèmes de l'architecture. Davantage remarqué pour son « […] Lire la suite

MAILLART ROBERT (1872-1940)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 701 mots

Comme Eiffel, Roebling et Freyssinet, également constructeurs de ponts célèbres, Maillart était un ingénieur (diplômé du Collège technique de Zurich où il sera ensuite professeur). Les architectes les consultaient sur des points « techniques », mais ils refusaient de les considérer comme étant des leurs. C'est pourquoi ce que l'architecture doit à ces ingénieurs est toujours plus ou moins occulté, […] Lire la suite

MAY ERNST (1886-1970)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 97 mots

Urbaniste et architecte allemand. Responsable de l'Office municipal du bâtiment à Francfort-sur-le-Main, il met en place une politique volontariste du logement (il s'intéresse en particulier à la préfabrication). Il construit en cinq ans (1925-1930) quinze mille logements de conception rationaliste. En 1930, il rejoint les constructivistes soviétiques puis s'exile en Afrique pour ne pas travailler […] Lire la suite

MICHELUCCI GIOVANNI (1891-1990)

  • Écrit par 
  • Luciana MIOTTO MURET
  •  • 899 mots
  •  • 1 média

L'architecte Giovanni Michelucci est mort dans sa maison de Fiesole, près de Florence, le 31 décembre 1990. Il aurait fêté ses cent ans le 2 janvier 1991. Michelucci a terminé l'École des beaux-arts de Florence en 1911 et obtenu un diplôme de « dessin architectural » en 1914. L'architecture italienne vit alors sa période Liberty (Art nouveau). Michelucci en subit l'influence, car il travaille dans […] Lire la suite

MIES VAN DER ROHE LUDWIG (1886-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre GRANVEAUD
  •  • 2 135 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un rationaliste »  : […] Mies ne construit presque pas pendant sa période allemande et il s'exprime surtout par ses dessins et ses textes ; c'est aux États-Unis qu'il construira la plus grande partie de sa production. À Berlin, après s'être détaché de l'influence de Behrens et, à travers cet architecte, de celle de l'art néo-classique de Karl Friedrich Schinkel, il travaille à des projets qui seront exposés par le Novembe […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis AVRIL, « RATIONALISTE ARCHITECTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-rationaliste/