Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RATIONALISTE ARCHITECTURE

En architecture, l'attitude rationaliste consiste avant tout à opposer à la définition de l'art de l'architecte comme « un des beaux-arts » la reconnaissance de sa double nature : « Architecture, sœur de la science [...], art le plus voisin de la science », dira Viollet-le-Duc, théoricien incontesté de l'architecture rationaliste.

Toute tentative critique ou historiographique pour limiter l'architecture rationaliste à un système unique de formes, apparu en un lieu précis ou à une époque particulière, est toujours réductrice des ambitions philosophiques et de la portée réelle de ce profond bouleversement doctrinal provoqué par la naissance des sociétés modernes. À travers les succès ou les vicissitudes, l'entreprise rationaliste en architecture n'a jamais connu d'interruption depuis ses origines, théoriciens et praticiens se relayant pour en assurer la continuité.

Accordant la première importance à la réalisation des caractéristiques pratiques de l'édifice – solidité, utilité –, l'architecture rationaliste postule un degré élevé d'indifférence à la forme finale. Annoncée dès la fin du xviie siècle dans le discours des théoriciens, son avènement dans les actes construits sera différé jusqu'aux débuts du xixe. Cependant, la préoccupation rationaliste, s'installant dans les esprits tout au long du xviiie siècle, nourrira la critique des pratiques plastiques héritées du « système baroque », en précipitant la dégénérescence de ce dernier, et préparera le terrain des expériences à venir.

De l'affrontement inéluctable entre la tradition plasticienne de l'architecture et l'ambition nouvelle d'une architecture raisonnée naîtront des formalismes nouveaux qu'il faudra distinguer des efforts délibérés pour atteindre un rationalisme objectif plus radical.

Dans la matérialité des œuvres, formalisme rationaliste et rationalisme objectif pourront fusionner, mais le fréquent discours de légitimation qui les accompagne révélera parfois le glissement qui s'opère des intentions théoriques vers des pratiques formalistes.

Bien qu'ayant fécondé les plus grands événements architecturaux du xxe siècle, le rationalisme en architecture est considéré par beaucoup, depuis la fin des années soixante, comme un principe épuisé, voire négateur de toute créativité. Mais le refus de la rationalité n'est-il pas un refus de l'architecture elle-même, dans sa spécificité ?

Aux origines de l'idée

Dans son discours de réception à l'Académie française, Fénelon (1651-1715) employait, pour traiter des beautés du discours, une métaphore architecturale annonciatrice des commandements de l'architecture rationaliste : « Il ne faut admettre dans un édifice aucune partie destinée au seul ornement, mais visant toujours aux belles proportions, on doit tourner en ornement toutes les parties nécessaires à soutenir un édifice. » Auguste Perret qui aimait cette formule la fit placer en exergue du premier numéro de la très militante Architecture vivante, revue semestrielle publiée de 1923 à 1933 sous la direction de Jean Badovici.

De Fénelon à Perret, plus de deux siècles de spéculations et d'essais s'ouvrent à partir de cette constatation de Claude Perrault (1613-1688) : « Toute l'architecture est fondée sur deux principes dont l'un est positif et l'autre arbitraire. » Le positif étant constitué de la solidité, de la salubrité et de la commodité, l'arbitraire est « la beauté qui dépend de l'autorité et de l'accoutumance ». Révélant ainsi la double origine de l'architecture, Perrault détruisait du même coup l'illusion séculaire d'une harmonie pré-établie entre les trois catégories vitruviennes : utilitas, firmitas, venustas. Plus tard, le moine vénitien[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Louis I. Kahn, The Kimbell Art Museum, Fort Worth - crédits : Roger Last/  Bridgeman Images

Louis I. Kahn, The Kimbell Art Museum, Fort Worth

Louis I. Kahn, The Kimbell Art Museum, Fort Worth : le plan d'eau - crédits : Roger Last/  Bridgeman Images

Louis I. Kahn, The Kimbell Art Museum, Fort Worth : le plan d'eau

Autres références

  • ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Notions essentielles

    • Écrit par Antoine PICON
    • 4 952 mots
    Pour l'architecte rationaliste, la beauté résulte avant tout d'une démarche structurelle conduite à son terme logique. Pour l'éclectique, qui emprunte aux époques les plus diverses de l'histoire de l'architecture, de l'Égypte ancienne au Moyen Âge, de la Grèce classique aux Lumières européennes, elle...
  • ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

    • Écrit par Antoine PICON
    • 7 914 mots
    • 6 médias
    Ces questions trouvent peu d'écho dans une institution comme l'École des beaux-arts où l'on enseigne alors avant tout la composition et la décoration des édifices auxquelles la construction se trouve clairement subordonnée. En revanche, elles vont être reprises par des architectes comme Henri Labrouste,...
  • ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

    • Écrit par Anatole KOPP
    • 3 970 mots
    • 3 médias
    ...sources d'inspiration dans la tradition de la Rome antique ; l'autre qui continue et tente d'adapter aux conditions nouvelles les idéaux d'une avant-garde «  rationaliste » dont l'influence en Italie n'est pas négligeable. Cette influence est particulièrement sensible dans l'Italie du Nord, et notamment...
  • BAUDOT ANATOLE DE (1834-1915)

    • Écrit par Françoise BOUDON
    • 872 mots

    L'activité de Baudot, architecte français, se situe entre 1860 et 1914. Ces deux dates correspondent à une période de crise pour l'architecture ; des idées et des techniques révolutionnaires contribuent à démolir un monde et à poser les fondements d'une nouvelle architecture. Comme professeur,...

  • Afficher les 34 références

Voir aussi