PERSÉCUTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Persécuter, ce fut d'abord suivre ou poursuivre en justice (persequi), jusqu'au bout. Les persécutions du pouvoir romain contre les chrétiens et celles de l'Inquisition contre les hérétiques furent des actions judiciaires régulièrement menées. L'acharnement que peut mettre contre un homme l'appareil judiciaire – ceux qui le servent et ceux qui le déclenchent – a servi de modèle à une conduite humaine qui appartient à l'agressivité et au sadisme et qui a acquis par rapport à eux une certaine autonomie. La persécution garde de son origine judiciaire le procédé licite (elle évite le délit), la justification (elle a bonne conscience), l'absence de colère (elle est froide) ; elle diffère encore des autres actes agresso-sadiques (meurtre, coups et blessures, etc.) par la préméditation et la persévération. Elle se développe lentement, progressivement, tâche d'obtenir l'humiliation, la fuite ou le suicide de sa victime, esquivant ainsi la pénible nécessité de la supprimer.

Comprendre comment et pourquoi un homme est amené à en persécuter un autre, et un groupe à persécuter un groupe minoritaire, c'est poser dans toute son ampleur le problème du mal ou de l'agressivité, le choix du vocabulaire dépendant d'une option normative devant les diverses formes de la violence.

D'autre part, s'il y a des hommes qui en persécutent d'autres, il y aura des persécutés qui intéresseront la victimologie, et aussi des personnes qui se croiront persécutées, même si elles ne le sont pas, et qui intéresseront la psychiatrie, puisque leur fausseté de jugement relève du délire. Et, comme ce sont souvent les mêmes qui persécutent et se croient persécutés, on aura à s'interroger sur cette dialectique de réciprocité.

Le persécuteur

Les motivations de la persécution

La persécution est à l'agressivité furieuse (à l'hybris) ce que la combustion lente est à la déflagration ; de même que le chimiste a découvert la combustion dans la fermentation, le psychologue a décelé la violence et la colère dans les conduites de persécution, mais sous un masque ; elles y sont contenues et répétées. C'est la différence entre la conduite motivée par l'émotion-choc et celle qui l'est par un sentiment ou une passion. Le persécuteur est un passionné, non pas forcément au sens trop précis de la caractérologie franco-hollandaise (émotif, actif, secondaire), mais plutôt selon celui qu'adoptaient le livre de M. Dide et déjà Descartes aux articles 140, 152, 167-9 et 178-81 de son Traité des passions, puis J.-B. Descuret, qui définit très bien la haine comme une colère chronique. Or on sait depuis les stoïciens que les passions (τ́α π́αθη) sont des maladies et qu'il n'y a pas loin du « pathétique » au « pathologique ». Aujourd'hui, les psychiatres ont pris la relève et J. Borel (Les Psychoses passionnelles) centre son étude autour des délires de revendication (quérulants et processifs), de la jalousie, de l'exaltation dystonique (cyclothymie) et de l'érotomanie ; en effet, quérulants, processifs, jaloux et érotomanes représentent la majorité des persécuteurs.

L'analyse de l'agressivité est de mode chez les éthologistes et les psychologues (J. Dollard, K. Lorenz et I. Eibl-Eibesfeldt, A. Storr, G. Mendel, F. Antonini, A. Mitscherlich, H. Laborit, L. Millet, E. Wolff, J. van Rillaer, E. Fromm, D. van Canneghem), avec une nette tendance à l'expliquer pour l'excuser ; elle serait nécessaire et fort naturellement motivée par la frustration. Mais on fait la part trop belle à l'étymologie de l'agression (ad-gression) et l'on confond trop souvent celle-ci avec la marche en avant, ou même avec toute espèce d'action ; car on devra alors se rappeler que la passion est passive, non pas dans ses conséquences, mais dans la façon dont elle est « subie » par un être libre et incarné ; c'est du moins ainsi que toute une tradition a compris les rapports entre intellect et affectivité. Plus juste paraît être la définition de l'agressivité donnée par J. Laplanche et J.-B. Pontalis en leur Vocabulaire de la psychanalyse : « Tendance ou ensemble de tendances qui s'actualisent dans des conduites réelles ou fantasmatiques, celles-ci visant à nuire à autrui, le détruire, le contraindre, l'humilier, etc. » L'agressivité, c'est la nocivité, le méfait ou le crime, le contraire de la bienveillance. Elle est normale si l'homme est un loup pour l'homme ; elle est scandaleuse dans un idéal d'amour ou d'harmonie sociale.

Le problème étant ainsi replacé à son véritable niveau, qui est d'ordre moral et non médical, il ne sera pas nécessaire, pour décrire le persécuteur, d'évoquer le grand criminel sadique, mais tout homme qui s'attache ou s'acharne à en ennuyer un autre avec persévérance, que ce soit de front par des taquineries, des moqueries, des vexations, ou bien de dos par des calomnies ou autres actions pouvant entraver l'ennemi dans sa carrière, sa position sociale, ses amours, ses joies, par tout ce qui peut en un mot nuire au bonheur.

Le contraire de l'amour étant non la haine mais l'indifférence égoïste, celle-là apparaît comme une espèce d'envers de l'amour dans un appétit de relation interhumaine qui est encore « altruiste ». Hegel a montré, à propos de la dialectique du maître et de l'esclave (Phénoménologie de l'Esprit, iv), cette aspiration tragique qu'a chaque conscience à être reconnue et la manière dont elle en arriverait à vouloir et obtenir la mort de l'autre, si sa survie dans l'esclavage n'était pas une meilleure solution au besoin de témoins qui accompagne l'affirmation de soi ; le persécuteur force l'autre à ce témoignage qui lui serait sans cela refusé, car rien n'oblige à prêter attention à l'être neutre ou bienveillant, tandis que le mal qu'on vous inflige est forcément ressenti. C'est la différence avec le conflit – la lutte – dans lequel l'autre en se défendant rétablit une relation égalitaire. La persécution est à sens unique, du plus fort au moins fort ; elle échoue chaque fois que l'autre se montre indifférent, « imperméable », inaccessible, invulnérable ; et c'est pour forcer cette résistance passive que le bourreau accumulera la quantité de ses avanies dans une progression sans fin de la nocivité.

L'infériorité de la victime n'est pas toujours patente, ni originelle ; le persécuteur l'obtiendra par son action même, tels le jaloux et l'envieux qui sont stimulés par une supériorité mo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Autres références

«  PERSÉCUTION  » est également traité dans :

AUGUST SANDER. PERSÉCUTÉS / PERSÉCUTEURS, DES HOMMES DU XXe SIÈCLE (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 1 029 mots

En circonscrivant l’exposition August Sander. Persécutés / persécuteurs, des Hommes du xx e  siècle (8 mars-15 novembre 2018) aux victimes et aux acteurs des persécutions nazies, le Mémorial de la Shoah apporte un éclairage inédit à la production photographique d’August Sander et de son fils Erich au cours du Troisième Reich. La scénographie qui s’ouvre sur une présentation historique de la prés […] Lire la suite

LA CITÉ DU SOLEIL, Tommaso Campanella - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 218 mots

Les réserves, voire l'aversion, qu'éveille l'utopie totalitaire proposée par le dominicain calabrais Tommaso Campanella (1568-1639) tranchent étrangement avec l'admiration que suscitent le courage et la détermination dont il fit preuve dans les effroyables prisons où s'écoula la plus grande partie de sa vie et où il parvint à rédiger quelque trente volumes, touchant les sujets les plus divers, phi […] Lire la suite

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique persécutive »  : […] Les anthropologues ont souvent fait remarquer que, dans beaucoup de sociétés dites primitives, notamment en Afrique, le malheur ne pouvait être conçu que comme l'effet d'une agression venue du dehors (d'un sorcier, d'un rival, d'une co-épouse, d'un esprit maléfique...). Le recours non seulement habituel mais aussi parfaitement « normal » – au point que c'est la représentation contraire qui serait […] Lire la suite

SHOAH

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 5 886 mots
  •  • 4 médias

En hébreu, shoah signifie catastrophe. Ce terme est de plus en plus employé, de préférence à holocauste, pour désigner l'extermination des juifs réalisée par le régime nazi . Il suggère un sentiment d'épouvante religieuse devant l'anéantissement qui fondit soudain sur des millions d'innocents. La persécution avait jusque-là accompagné l'existence du peuple juif ; elle prit avec le III e  Reich un […] Lire la suite

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 495 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le témoignage des engloutis »  : […] Dès les premières persécutions et la constitution des ghettos, ce sont des cahiers, des lettres, des feuillets, couverts de l'écriture maladroite d'enfants ou d'adolescents : Anne Frank, Etty Hillesum à Westerbork, I. Rudashevski dans le ghetto de Vilno, Dawid Sierokowiak, Abraham Cytryn, du ghetto de Lodz, Mary Berg du ghetto de Varsovie, ou Ana Novac à Auschwitz même. Carnets et journaux griffon […] Lire la suite

CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 6 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les persécutions »  : […] Il convient ici de définir cette catégorie de crime contre l'humanité indépendamment de la question de leurs motivations qu'on a examinée précédemment. Force est de constater avec le T.P.I.Y. que, bien qu'il soit fréquemment employé, le terme n'a jamais été nettement défini dans le contexte du droit pénal international et qu'aucun des grands systèmes mondiaux de justice pénale ne se réfère à la pe […] Lire la suite

JANET PIERRE (1859-1947)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 868 mots

Philosophe et psychiatre français. Neveu du philosophe Paul Janet qui l'orienta vers la philosophie, Pierre Janet entra à l'École normale supérieure et fut reçu à l'agrégation en 1882. Professeur aux lycées de Châteauroux puis du Havre, il soutient, en 1889, sa thèse de doctorat en lettres ( L'Automatisme psychologique ). L'orientation psychopathologique de ce travail l'amène à diriger, à partir d […] Lire la suite

MANUEL DES INQUISITEURS, Nicolau Eymerich - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 1 125 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une consécration très logique »  : […] La diffusion manuscrite du Directorium fut immense. Le Repertorium inquisitorum (1494) reprend l'essentiel de sa doctrine et de sa pratique. Le célèbre Malleus maleficarum ( Le Marteau des sorcières ),1486, copie les dissertations théologico-canoniques du Directorium pour faire entrer les sorcières dans la catégorie de l'hérésie et légitimer ainsi leur persécution. Les Instructiones de De Tor […] Lire la suite

PARANOÏA (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 3 137 mots

Dans le chapitre « La structure paranoïaque des délires »  : […] Ce rétrécissement du cadre de la paranoïa va permettre d'étendre celui de la démence précoce qui, devenue avec E. Bleuler la « schizophrénie », englobe finalement presque toutes les psychoses chroniques. L'école française s'oppose, cependant, à cette évolution nosographique constatée en Allemagne et dans les pays anglo-saxons. Sous l'influence de H. Claude puis de H. Ey, les délires chroniques res […] Lire la suite

PROJECTION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 1 771 mots

Dans le chapitre « Le concept dans l'œuvre de Freud »  : […] Aux deux mécanismes de défense qu'il avait décrits en 1894, à savoir la conversion (transposition de l'affect désagréable sur le registre somatique, chez l'hystérique) et le déplacement (qui fait qu'une représentation intense, chez l'obsessionnel, est remplacée par une autre plus neutre, en vertu d'un lien associatif), Freud ajoute en 1896 la projection paranoïaque, par laquelle le sujet, au cour […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16 juillet 2021 Canada. Lancement d'une procédure d'immigration pour les défenseurs des droits humains menacés.

persécution dans leur pays d’origine, notamment à ceux plus particulièrement exposés comme « les femmes, les journalistes et les personnes de la communauté LGBTQ2 ». Leur nombre est fixé à deux cent cinquante par an.  […] Lire la suite

8 juillet 2021 Belgique – Chine. Adoption d'une résolution dénonçant le risque de génocide visant les Ouïgours.

persécution et les violations massives des droits humains dans la région autonome du Xinjiang qui peuvent être constitutives de crimes contre l’humanité ». Seuls les élus du Parti du travail de Belgique (gauche radicale) s’abstiennent, refusant d’entrer dans une « logique de guerre froide ». Cette condamnation s’ajoute à celle des parlements néerlandais […] Lire la suite

5-30 avril 2021 Israël – Autorité palestinienne. Début de la procédure de formation du gouvernement.

persécution », selon la définition de ces termes en droit international. Le 29, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas annonce le report sine die des élections prévues en mai. Il invoque le refus d’Israël de laisser celles-ci se dérouler à Jérusalem-Est, annexé en juin 1967. Le Hamas, qui était annoncé comme favori du scrutin, dénonce […] Lire la suite

1er mars 2021 Allemagne – Arabie Saoudite. Dépôt d'une plainte contre Mohammed ben Salman.

persécution des journalistes par le régime saoudien, comme notamment l’assassinat de Jamal Khashoggi dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul en octobre 2018. Trente-quatre journalistes sont actuellement emprisonnés dans le royaume selon RSF. […] Lire la suite

5-11 novembre 2020 Kosovo. Démission du président Hashim Thaçi.

persécution et torture ». Ce tribunal est une instance de droit kosovar composée de juges internationaux. L’ancien chef politique de l’Armée de libération du Kosovo (UÇK), la guérilla indépendantiste qui combattait l’armée serbe dans les années 1990, rejoint La Haye avec deux autres co-inculpés, l’ancien chef des services de renseignement de l’UÇK  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « PERSÉCUTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/persecution/