SHOAH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les conditions de réalisation du génocide

À l'évidence, l'extermination des juifs ne fut pas accomplie par le seul Hitler ni par la seule S.S. Il faut donc s'interroger sur ce qui a rendu possible une entreprise criminelle aussi massive, sur les conditions qui l'ont permise, sur les cercles concentriques des responsabilités. Parmi les conditions favorables, il faut mentionner, en premier lieu, le secret. L'extermination fut menée avec un souci extrême de dissimulation. Dans les échanges officiels, des expressions stéréotypées servirent à la camoufler : les juifs étaient « évacués », pour être « mis au travail » « à l'Est », cela dans le cadre de la « solution finale de la question juive ». Le souci de dissimulation alla jusqu'à tenter de supprimer toute trace du crime. En juin 1942, Himmler confia à l'un de ses subordonnés la mission de retrouver les fosses communes laissées par les Einsatzgruppen pour en déterrer les cadavres et les brûler ; la tâche ne fut qu'imparfaitement accomplie avant l'arrivée des troupes soviétiques.

Les efforts de camouflage trouvaient naturellement un renfort précieux dans la dimension incomparable du crime. Parce qu'il était difficilement imaginable, les échos et les rumeurs qui circulaient à son propos à travers l'Europe rencontraient souvent scepticisme et incrédulité. Mais, en définitive, c'est le contexte de la guerre totale qui fut le facteur essentiel. Seule la situation qui prévalut à partir de la fin de 1941, avec l'entrée dans le conflit du Japon et des États-Unis, permit au génocide d'être perpétré sans difficulté majeure. La censure et la répression s'exerçaient avec plus de force que jamais, étouffant le flux des informations et rendant périlleux tout acte de désaccord ou d'opposition. Chacun était, de toute façon, porté à se soucier en premier lieu de son sort et de celui de sa famille. Les souffrances subies, l'angoisse du lendemain émoussaient ou refoulaient les sentiments ordinaires de compassion pour le destin d'autrui.

Quant aux responsabilités, elles furent de divers ordres, avec des degrés différents. L'exécution directe du génocide fut le fait d'un cercle relativement limité d'individus. Peu de gens avaient une vue d'ensemble sur l'entreprise, en dehors des responsables de l'appareil policier. Mais ceux-ci auraient été impuissants s'ils n'avaient bénéficié de la coopération, de l'acquiescement, de la passivité et même de l'indifférence d'un grand nombre de gens en Allemagne et à travers l'Europe. On a vu que les plus hauts responsables de l'administration allemande accordèrent leur coopération en connaissance de cause lors de la conférence de Wannsee. Les échelons inférieurs, qui étaient, eux, officiellement tenus dans l'ignorance, firent leur travail avec zèle, marquant les juifs, confisquant leurs biens et les déportant, comme s'il allait de soi que l'on dût envoyer à l'autre bout de l'Europe, en pleine guerre, des personnes âgées, des malades et des infirmes, pour les y mettre au travail. Quant à l'armée allemande, sa passivité, sa tolérance et parfois sa complicité active pesèrent lourdement : une attitude plus courageuse aurait rendu difficile, voire impossible, aux troupes de Himmler d'effectuer des massacres aussi massifs de populations civiles en U.R.S.S. Enfin, certains milieux économiques n'hésitèrent pas à tirer parti de la main-d'œuvre juive que leur offrait la S.S. comme à Auschwitz, sans que pût exister le moindre doute sur le sort ultime de ces travailleurs.

Mais la machine d'extermination bénéficia également d'aides précieuses en dehors de l'Allemagne. À l'Est, où l'occupant avait supprimé les administrations indigènes, cette aide fut le fait d'individus. Les exécutants des fusillades en Union soviétique, comme les surveillants des camps d'extermination en Pologne occupée, furent généralement des collaborateurs lituaniens ou ukrainiens, opérant sous les ordres de membres de la S.S. Dans le reste de l'Europe, l'entreprise d'extermination reçut l'appui direct ou indirect des administrations existantes. Dans des pays satellites du Reich comme la Slovaquie et la Croatie, la déportation des juifs fut concédée sans difficultés. Dans les pays de l'Europe occidentale, elle fut imposée par l'occupant ; les administrations locales durent apporter sous la contrainte un concours qui se révéla irremplaçable a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Découverte des camps de concentration, 1945

Découverte des camps de concentration, 1945
Crédits : National Archives

video

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Camp de Birkenau-Auschwitz (Pologne)

Camp de Birkenau-Auschwitz (Pologne)
Crédits : Insight Guides

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur d'histoire à l'Institut de hautes études internationales, Genève (Suisse)

Classification

Autres références

«  SHOAH  » est également traité dans :

L'HOLOCAUSTE DANS LA VIE AMÉRICAINE (P. Novick)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 1 150 mots

Les touristes ne manquent pas de visiter à Washington le United States Holocaust Memorial Museum inauguré par le président Clinton en 1993. Ils sont immédiatement plongés dans l'une des tragédies les plus épouvantables du xxe siècle. Ce qu'ils ne savent pas toujours, c'est que d'autres musées américains sont consacrés à l'Holocauste. Il y a là de quoi […] Lire la suite

LA MÉDECINE NAZIE ET SES VICTIMES (E. Klee)

  • Écrit par 
  • Marcela IACUB
  •  • 932 mots

Lorsque l'on entame la lecture du stimulant ouvrage d'Ernst Klee La Médecine nazie et ses victimes (traduit de l'allemand par Olivier Mannoni, Solin-Actes sud, 1999), on peut penser que l'objectif de l'auteur est de décrire l'implication des médecins allemands dans l'entreprise criminelle nazie. En effet, même si Ernst Klee n'anticipe pas cet objectif au début de l'ouvrage, tou […] Lire la suite

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le réel n'est plus le rationnel : la fin des grands systèmes »  : […] L'énoncé de cette interrogation n'implique nullement de la part d'Adorno l'affirmation d'une philosophia perennis qui trouverait dans son statut de « reine des disciplines », ou dans la tradition, les fondements de sa permanence. Bien plutôt, Adorno part d'une antinomie qui installe la réflexion dans une tension insurmontable. Il convient de penser ensemble la liquidation de la philosophie et son […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La perspective de l'« État socialiste du peuple » (1981-1989) »  : […] Dans la perspective historique du marxisme, la République démocratique allemande s'attacha à « l'édification intégrale du socialisme » ( Vollendendung des Sozialismus ) qui la ferait accéder à « l'État socialiste du peuple » ( sozialistischer Volksstaat ) dont l'U.R.S.S. était l'exemple. À ce stade, « la totale unité politico-morale de tout le peuple » devait se substituer à la dictature du prol […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'ère nazie : 1933-1945 »  : […] La crise économique et politique qui secoue l'Europe après le krach de 1929 va encore aggraver la xénophobie et l'antisémitisme. L'année 1933 marque l'arrivée de Hitler au pouvoir et la mainmise de l'idéologie raciste nazie sur l'Allemagne . L'Europe de l'Est est secouée par l'essor de mouvements antisémites qu'on retrouvera collaborant activement à l'élimination physique des juifs pendant les ann […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie du temps présent

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 857 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Archéologie des conflits et des charniers »  : […] Toutes ces études innovantes posent évidemment le problème de la définition de l'archéologie, mais aussi de ses limites chronologiques. Le débat a été posé très concrètement en France au début des années 1990 à propos de l'écrivain Alain-Fournier, l'auteur du Grand Meaulnes , mort au front au début de la Première Guerre mondiale, à l'occasion de la fouille de sa tombe qui avait été localisée dans […] Lire la suite

AUSCHWITZ

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 1 220 mots
  •  • 3 médias

Auschwitz, également appelé Auschwitz-Birkenau, fut le plus grand des camps de concentration et d'extermination construits par l'Allemagne nazie . Situé près de la ville industrielle d'Oswiecim, dans le sud de la Pologne, Auschwitz était à la fois un camp de concentration, un camp d'extermination et un camp de travail forcé. Parce qu'il fut le camp d'extermination nazi où le plus de victimes s […] Lire la suite

BABI YAR

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 857 mots
  •  • 1 média

Le grand ravin de Babi Yar, situé à la limite septentrionale de la ville de Kiev, en Ukraine, servit de charnier pour des victimes principalement juives que des groupes de S.S. allemands tuèrent entre 1941 et 1943. Après un premier massacre de Juifs à Babi Yar, le lieu continua de servir pour l'exécution de prisonniers de guerre soviétiques et de Roms, ainsi que de Juifs. Les Soviétiques parlère […] Lire la suite

BELZEC

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM, 
  • Universalis
  •  • 438 mots

Le complexe de Belzec comprenait à la fois des camps de concentration et d'extermination. Il était installé autour du village du même nom, sur la ligne de chemin de fer Lublin-Lviv, dans la province de Lublin, alors en Pologne occupée par l'Allemagne. Dans le camp d'extermination, l'un des plus sinistres, les nazis massacrèrent au moins 600 000 juifs. Les nazis établirent le premier camp de tra […] Lire la suite

BOUSQUET RENÉ (1909-1993)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 100 mots

Né le 11 mai 1909 à Montauban (Tarn-et-Garonne), fils de notaire et docteur en droit de la faculté de Toulouse, René Bousquet était devenu, à vingt ans, chef de cabinet du préfet du Tarn-et-Garonne. Rendu célèbre, dès mars 1930, par le sauvetage de plusieurs personnes qu'emportait une inondation et fait chevalier de la Légion d'honneur à titre exceptionnel, il fut détaché à la présidence du Consei […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14 août 2021 Pologne. Adoption d'une loi mettant fin à la contestation des expropriations d'après-guerre.

La loi qui concerne notamment les descendants des victimes de la Shoah est dénoncée par le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid comme « immorale et antisémite ». […] Lire la suite

21 février -4 mars 2019 France – Pologne. Perturbation d'un colloque sur l'histoire de la Shoah en Pologne.

Les 21 et 22, l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), à Paris, organise un colloque sur « la nouvelle école polonaise d’histoire de la Shoah ». Celui-ci est perturbé par une trentaine de personnes identifiées comme des nationalistes polonais proches du magazine d’extrême droite polonais Gazeta Polska. L’EHESS effectuera un signalement auprès du procureur de la République en raison des propos antisémites proférés par les perturbateurs et déposera plainte contre X au sujet des pressions menaçantes exercées par mails ou par téléphone contre l’école au cours des semaines précédentes. […] Lire la suite

11-20 février 2019 France. Regain de l'antisémitisme.

Le président Emmanuel Macron se rend sur place et se recueille ensuite au mémorial de la Shoah, à Paris. Le 19 également, plusieurs dizaines de milliers de personnes se rassemblent dans les grandes villes, sur l’initiative du Parti socialiste, pour dénoncer l’antisémitisme. Le Premier ministre et une partie du gouvernement participent au rassemblement parisien place de la République. […] Lire la suite

27 juin - 5 juillet 2018 Pologne. Amendement de la loi mémorielle sur la Seconde Guerre mondiale.

Yad Vashem affirme notamment que « l’aide des Polonais aux Juifs pendant la Shoah était relativement rare ». Les partis religieux israéliens soutiennent cette prise de position. […] Lire la suite

1er juillet 2018 France. Entrée au Panthéon de Simone Veil.

Les cercueils de Simone Veil et de son mari Antoine Veil sont transférés au Panthéon, à Paris, comme l’avait décidé le président Emmanuel Macron après la mort en juin 2017 de l’ancienne rescapée de la Shoah, ministre de la Santé et présidente du Parlement européen. Lors de la cérémonie à laquelle assistent des milliers de personnes, le chef de l’État déclare : « Nous avons voulu que Simone Veil entre au Panthéon sans attendre que passent les générations, comme nous en avions pris l’habitude, [pour que] ses combats, sa dignité, son espérance restent une boussole dans les temps troublés que nous traversons. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe BURRIN, « SHOAH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/shoah/