EICHMANN ADOLF (1906-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Officier nazi né le 19 mars 1906 à Solingen (Allemagne), mort le 31 mai 1962 à Tel-Aviv (Israël).

Pendant la Première Guerre mondiale, la famille de Karl Adolf Eichmann quitte l'Allemagne pour Linz, en Haute-Autriche. Travaillant comme représentant de commerce, le jeune Adolf perd son emploi pendant la grande dépression. Il rejoint le parti nazi en avril 1932 et gravit les échelons de la hiérarchie interne. Devenu membre de la SS dirigée par Himmler en novembre, il quitte Linz en 1933 pour rejoindre la Légion autrichienne à Lechfeld, en Allemagne. De janvier à octobre 1934, il est attaché à une unité SS du camp de concentration de Dachau, puis est nommé au bureau central du Sicherheitsdienst (Service de renseignements de sûreté des SS) à Berlin, où il travaille dans la section responsable des affaires juives. Il continue son intégration dans la SS et est envoyé à Vienne après l'annexion de l'Autriche (mars 1938) pour évacuer les juifs de la ville. L'année suivante, il remplit la même mission à Prague. Quand, en 1939, Himmler forme le Service central de sécurité du Reich, Adolf Eichmann est affecté à sa section des affaires juives à Berlin.

En janvier 1942, à Wannsee, près de Berlin, une conférence de hauts dignitaires et fonctionnaires nazis convient d'organiser la « solution finale à la question juive ». Adolf Eichmann doit en coordonner les détails logistiques. Ainsi, bien qu'on ne parle pas encore clairement de l'extermination massive des juifs, Eichmann vient d'en être nommé responsable. Il organise l'identification, le rassemblement et la déportation des juifs de toute l'Europe occupée jusqu'à leur destination finale, Auschwitz ou d'autres camps d'extermination en Pologne.

Après la guerre, Eichmann est capturé par des soldats américains, mais il s'évade en 1946. Après plusieurs passages au Moye [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : ancien directeur de l'Institut américain de recherche sur la Shoah et de la Fondation américaine pour l'histoire visuelle des survivants de la Shoah

Classification


Autres références

«  EICHMANN ADOLF (1906-1962)  » est également traité dans :

ARENDT HANNAH (1906-1975)

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 790 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Penser ce que nous faisons » »  : […] Comment penser la crise de la culture, la crise de l'éducation, l'avènement du mensonge en politique, dès lors qu'aucune des réponses fournies par la tradition n'est plus valable : telles sont les interrogations qui sous-tendent La Crise de la culture (1954), puis La Condition de l'homme moderne (1958). Ce livre signe sa réconciliation avec le monde, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hannah-arendt/#i_43271

GÉNOCIDE

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 8 480 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Chiffrer pour nier ou banaliser »  : […] Compréhensible que le Maya et le Miskito organisent leur vision du génocide en fonction de leur calvaire, que le Tchétchène compte à l'impossible calendrier de son temps de douleur interminable ce que le Juif pondère en mortelle intensité et le Congolais en cycles d'amputations et de tortures. Comment s'y retrouver, et à quoi bon cette polémique sur les degrés de l'horreur dans l'homogénéité de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genocide/#i_43271

HILBERG RAUL (1926-2007)

  • Écrit par 
  • Annette WIEVIORKA
  •  • 1 582 mots

Dans le chapitre « Une reconnaissance tardive »  : […] L'histoire de La Destruction des juifs d'Europe est indissolublement liée à celle de sa réception. Hilberg fut un pionnier solitaire. Il ne put publier une première édition de son travail qu'en 1961, quand le procès Eichmann, ce « Nuremberg du peuple juif » (David Ben Gourion) constitua le génocide des juifs en objet distinct de la Seconde Guerre mondiale et suscita un débu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raul-hilberg/#i_43271

LUTZ CHARLES (1895-1975)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 605 mots

Né à Walzenhausen (Suisse), Charles Lutz fait ses études en Suisse et aux États-Unis. Diplômé de l'université George-Washington, il entre dans la diplomatie en 1920 et est en poste, successivement, à Washington, à Philadelphie, à Berne et à Saint Louis. En 1939, il est vice-consul à Berlin et, de 1942 à 1945, chargé d'affaires à la légation suisse en Hongrie. C'est à Budapest que ce diplomate mod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-lutz/#i_43271

SHOAH

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 5 884 mots
  •  • 4 médias

En hébreu, shoah signifie catastrophe. Ce terme est de plus en plus employé, de préférence à holocauste, pour désigner l'extermination des juifs réalisée par le régime nazi . Il suggère un sentiment d'épouvante religieuse devant l'anéantissement qui fondit soudain sur des millions d'innocents. La persécution avait jusque-là accompagné l'existence du peuple juif ; elle prit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shoah/#i_43271

TROISIÈME REICH (1933-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert BADIA
  •  • 9 940 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le système concentrationnaire et l'antisémitisme »  : […] Créés en 1933 pour accueillir les opposants au régime, les camps de concentration, qui s'étaient sensiblement vidés en 1939, à la mobilisation, virent leur importance s'accroître avec la guerre. On y rassembla, outre les Allemands, les antifascistes et les Juifs des territoires occupés : en même temps, les camps changèrent de fonction. Baptisés d'abord camps de rééducation, ils devinrent des camp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-reich/#i_43271

WIESENTHAL SIMON (1908-2005)

  • Écrit par 
  • Marc KNOBEL
  •  • 772 mots

Simon Wiesenthal est né le 31 décembre 1908, dans une famille de marchands juifs, à Buczacz, une petite ville de Galicie alors austro-hongroise et qui deviendra polonaise après la guerre. En 1932, il obtient un diplôme d'architecte et ouvre un cabinet à Lvov (aujourd'hui Lviv, en Ukraine). La Pologne est dépecée en 1939, Lvov tombe aux mains des Soviétiques, qui ferment son cabinet. Après l'invasi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simon-wiesenthal/#i_43271

Pour citer l’article

Michael BERENBAUM, « EICHMANN ADOLF - (1906-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-eichmann/