SÉFARADE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Substantif et adjectif, l'appellation « séfarade » est appliquée aux Juifs dont les ancêtres vécurent dans l'Espagne médiévale, et plus généralement les membres des communautés juives non ashkénazes. Dans le livre du prophète Abdias (verset 20), le terme « Sefarad » est une localité où demeurent des exilés de Jérusalem. Bien que, pour les savants modernes, ce verset biblique s'appliquât à Sardes en Lydie, il fut rapporté à Ispania ou Ispamia par les premiers commentateurs juifs. En hébreu médiéval et moderne, Sefarad équivaut à Espagne. Aujourd'hui, séfarade tend à supplanter dans l'usage les formes savantes sefardi ou sefaraddi (pluriel sefardim ou sefaraddim), qui dérivent directement de l'hébreu.

On distingue trois périodes majeures dans l'histoire des séfarades. La première va des origines légendaires (une colonie salomonienne en Espagne) à l'expulsion des Juifs d'Espagne (1492). Jusqu'au viie siècle, l'essor des communautés du bassin méditerranéen et de l'Espagne s'accomplit sans encombre, en relation avec les foyers palestinien et babylonien. En 589, à la suite de la conversion au catholicisme du roi wisigoth Reccarède, un siècle de persécution pour les Juifs d'Espagne commence, persécution à laquelle met fin l'invasion musulmane (711). La période comprise entre 711 et 1036, qui coïncide avec l'époque du califat de Cordoue et des royaumes islamiques qui lui succédèrent, est considérée comme l'âge d'or du judaïsme espagnol. Au xie siècle principalement, le judaïsme séfarade contribue à la renaissance de la langue hébraïque avec ses grammairiens, ses lexicographes et ses poètes (notamment Salomon ibn Gabirol, Moïse ibn Ezra et Juda Hallevi) ; ce renouveau donne au judaïsme occidental son premier grand talmudiste, Isaac ben Jacob al-Fasi, et son philosophe, Moïse ben Maimon, dit Maimonide.

L'invasion des Almohades, d'une part, la Rec [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études émérite à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  SÉFARADE  » est également traité dans :

ASHKÉNAZE

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 844 mots

Substantif et adjectif, l'appellation « ashkénaze » ( ashkenaz , pluriel ashkenazim ) est appliquée aux juifs de l'Europe occidentale, centrale et orientale qui sont d'origine et de langue germaniques par opposition à ceux qui sont originaires d'Espagne et sont dits séfarades ( sefardim ). Dans la Bible, Ashkenaz est cité parmi les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ashkenaze/#i_12348

DIASPORA

  • Écrit par 
  • Spyros ASDRACHAS, 
  • Vicken CHETERIAN, 
  • Kamel DORAÏ, 
  • Thibaut JAULIN, 
  • Claudine LOMBARD-SALMON, 
  • Raoul VANEIGEM, 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  • , Universalis
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diaspora juive »  : […] À la différence du mot hébreu galout (« exil »), qui se rattache à la nostalgie des origines, à la théologie du retour, aux thèses sionistes, le terme grec diaspora renvoie objectivement au phénomène historique de la dispersion des juifs à travers le monde. On s'accorde le plus souvent à distinguer deux phases dans cette diaspora : la première répond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diaspora/#i_12348

ELKABETZ (R.)

  • Écrit par 
  • Ariel SCHWEITZER
  •  • 829 mots
  •  • 1 média

Née le 27 novembre 1964 à Beer-Sheva, ville située en plein cœur du désert du Néguev, dans une famille d’origine juive marocaine , Ronit Elkabetz commence une carrière de mannequin avant de décrocher un premier rôle au cinéma dans Le  P rédestiné de Daniel Wachsmann (1990). Dès son deuxième film, Eddie King d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elkabetz-r/#i_12348

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « La naissance d'une modernité »  : […] Dans les années 1960, le cinéma israélien va accompagner l'évolution de la société israélienne qui s'ouvre de plus en plus aux valeurs de la société de consommation. Un nouveau courant se fait jour au milieu de la décennie qui témoigne de cette « normalisation » économique et culturelle et de l'abandon de certaines valeurs pionnières. C'est la Nouvelle Sensibilité, un mouvement de cinéma d'auteur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_12348

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 236 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  L'émancipation (1650-1880) »  : […] Entre la fin de la guerre de Trente Ans (1648) et l'apparition d'une idéologie et d'un parti antisémites en Allemagne (1879), le judaïsme tend à perdre sa spécificité nationale pour se transformer en un corps purement ecclésiastique. Par suite de l'évolution des idées et des mutations politiques et économiques de l'Occident, les Juifs accèdent graduellement à l'égalité des droits. Les forces vive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-du-peuple-juif/#i_12348

JUDAÏSME - Défis du temps présent

  • Écrit par 
  • Régine AZRIA
  •  • 3 544 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Reconstruction morale et matérielle  »  : […] La priorité de l'après-guerre devait aller à la reconstruction matérielle et politique d'une Europe ravagée par la guerre qui venait de finir mais déjà divisée par la guerre froide qui commençait. Côté juif, la priorité était la même : la reconstruction et la réinvention de la vie juive dans ses nouveaux cadres géographiques et socioculturels. Reconstruction économique et matérielle du judaïsme eu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-defis-du-temps-present/#i_12348

MUSÉE D'ART ET D'HISTOIRE DU JUDAÏSME, Paris

  • Écrit par 
  • Blanche GRINBAUM-SALGAS
  •  • 1 112 mots

Le musée d'Art et d'Histoire du judaïsme (MAHJ) a été inauguré le 30 novembre 1998 à Paris, qui se trouve ainsi comme de nombreuses villes (Amsterdam, Berlin, Francfort, Londres, New York, Prague, Tolède, Vienne...) doté d'un musée du judaïsme. Ce nouveau « musée de civilisation » est installé au cœur du Marais, dans l'hôtel de Saint-Aignan. Le musée, qui bénéficie de 1 300 mètres carrés d'exposit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-d-art-et-d-histoire-du-judaisme-paris/#i_12348

SÉFARADE (A. Muñoz Molina)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 985 mots
  •  • 1 média

« Une sorte d'encyclopédie de l'exil... », c'est ainsi qu'Antonio Muñoz Molina définit Séfarade (trad. P. Bataillon, Seuil, Paris, 2003). De la maladie mortelle dont on est atteint jusqu'à l'impitoyable persécution qui cherche à anéantir un être humain pour la seule raison qu'il existe, toutes les formes de l'exclusion, du déracinement, de la haine ou de la barbarie compos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefarade-a-munoz-molina/#i_12348

YOSSEF OVADIA (1920-2013)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 294 mots

Chef religieux et homme politique israélien, Ovadia Yossef fut le leader spirituel des juifs séfarades d’Israël. Il fut notamment le grand rabbin séfarade de Tel-Aviv, de 1968 à 1972, puis d’Israël, de 1973 à 1983. Il participa par ailleurs à la fondation du parti politique ultra-orthodoxe Shass, créé en 1984, pour représenter les intérêts des Israéliens originaires des communautés juives de la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ovadia-yossef/#i_12348

Pour citer l’article

Gérard NAHON, « SÉFARADE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefarade/