SÉFARADE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Substantif et adjectif, l'appellation « séfarade » est appliquée aux Juifs dont les ancêtres vécurent dans l'Espagne médiévale, et plus généralement les membres des communautés juives non ashkénazes. Dans le livre du prophète Abdias (verset 20), le terme « Sefarad » est une localité où demeurent des exilés de Jérusalem. Bien que, pour les savants modernes, ce verset biblique s'appliquât à Sardes en Lydie, il fut rapporté à Ispania ou Ispamia par les premiers commentateurs juifs. En hébreu médiéval et moderne, Sefarad équivaut à Espagne. Aujourd'hui, séfarade tend à supplanter dans l'usage les formes savantes sefardi ou sefaraddi (pluriel sefardim ou sefaraddim), qui dérivent directement de l'hébreu.

On distingue trois périodes majeures dans l'histoire des séfarades. La première va des origines légendaires (une colonie salomonienne en Espagne) à l'expulsion des Juifs d'Espagne (1492). Jusqu'au viie siècle, l'essor des communautés du bassin méditerranéen et de l'Espagne s'accomplit sans encombre, en relation avec les foyers palestinien et babylonien. En 589, à la suite de la conversion au catholicisme du roi wisigoth Reccarède, un siècle de persécution pour les Juifs d'Espagne commence, persécution à laquelle met fin l'invasion musulmane (711). La période comprise entre 711 et 1036, qui coïncide avec l'époque du califat de Cordoue et des royaumes islamiques qui lui succédèrent, est considérée comme l'âge d'or du judaïsme espagnol. Au xie siècle principalement, le judaïsme séfarade contribue à la renaissance de la langue hébraïque avec ses grammairiens, ses lexicographes et ses poètes (notamment Salomon ibn Gabirol, Moïse ibn Ezra et Juda Hallevi) ; ce renouveau donne au judaïsme occidental son premier grand talmudiste, Isaac ben Jacob al-Fasi, et son philosophe, Moïse ben Maimon, dit Maimonide.

L'invasion des Almohades, d'une par [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études émérite à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  SÉFARADE  » est également traité dans :

ASHKÉNAZE

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 844 mots

Substantif et adjectif, l'appellation « ashkénaze » (ashkenaz, pluriel ashkenazim) est appliquée aux juifs de l'Europe occidentale, centrale et orientale qui sont d'origine et de langue germaniques par opposition à ceux qui sont originaires d'Espagne et sont dits séfarades (sefardim). Dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ashkenaze/#i_12348

DIASPORA

  • Écrit par 
  • Spyros ASDRACHAS, 
  • Vicken CHETERIAN, 
  • Kamel DORAÏ, 
  • Thibaut JAULIN, 
  • Claudine LOMBARD-SALMON, 
  • Raoul VANEIGEM, 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  • , Universalis
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diaspora juive »  : […] refuge à Amsterdam. Fidèles à la tradition judéo-espagnole, les Sephardim (de Sepharad, qui, en hébreu médiéval et moderne, désigne l'Espagne) fondent de nouvelles communautés en Turquie, en Palestine, en Égypte, au Maghreb. En Pologne, le roi Sigismond Auguste promulgue, en 1551, une « grande charte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diaspora/#i_12348

ELKABETZ (R.)

  • Écrit par 
  • Ariel SCHWEITZER
  •  • 829 mots
  •  • 1 média

Sh’chur est l’un des premiers films israéliens à briser certains tabous concernant la représentation de la culture séfarade à l’écran, dépassant la vision stéréotypée de cette communauté, telle qu’elle s’exprime notamment dans la comédie « ethnique » appelée bourekas (du nom d’une pâtisserie orientale), grand succès […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elkabetz-r/#i_12348

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 721 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « La naissance d'une modernité »  : […] souvent caricaturale, du folklore des Israéliens d'origine séfarade. Appelé bourekas, du nom d'une pâtisserie orientale, ce genre connaît un succès phénoménal auprès du grand public. Ainsi, à sa sortie en 1963, Sallah Shabati, de Efraïm Kishon, réalise plus de 1 200 0000 entrées, soit la moitié de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_12348

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 239 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  L'émancipation (1650-1880) »  : […] en Orient durant toute cette période. Des courants contraires se manifestent : l'immigration croissante des Juifs en Terre sainte est remarquable à cet égard ; les Séfarades, installés depuis le xvie siècle, sont rejoints au xviiie siècle par des groupements ashkénazes venus de Pologne. Pour assister les nouvelles communautés et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-du-peuple-juif/#i_12348

JUDAÏSME - Défis du temps présent

  • Écrit par 
  • Régine AZRIA
  •  • 3 544 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Reconstruction morale et matérielle  »  : […] , ces bourgades à forte population juive disséminées dans toute l'Europe centrale et orientale –, le déracinement du judaïsme séfarade de l'Afrique du Nord signait l'arrêt de mort du monde de la tradition, un monde qui, depuis plus d'un siècle déjà, avait connu des fissures profondes dues aux coups de boutoir des émancipations, de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-defis-du-temps-present/#i_12348

SÉFARADE (A. Muñoz Molina)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Séfarade : ce mot s'applique aux Juifs bannis de l'Espagne médiévale par le décret du 31 mars 1492, promulgué par les Rois Catholiques. Selon un verset du prophète Abdias, le terme désigna d'abord le lieu où furent rassemblés les Juifs expulsés de Jérusalem. Pour les Juifs chassés de la péninsule Ibérique, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefarade-a-munoz-molina/#i_12348

YOSSEF OVADIA (1920-2013)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 294 mots

Chef religieux et homme politique israélien, Ovadia Yossef fut le leader spirituel des juifs séfarades d’Israël. Il fut notamment le grand rabbin séfarade de Tel-Aviv, de 1968 à 1972, puis d’Israël, de 1973 à 1983. Il participa par ailleurs à la fondation du parti politique ultra-orthodoxe Shass, créé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ovadia-yossef/#i_12348

Pour citer l’article

Gérard NAHON, « SÉFARADE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefarade/