IBN GABIROL SALOMON (1020 env.-1057)

Poète et philosophe juif espagnol en qui les Latins virent un penseur arabe du nom d'Avicebron, Shelōmōh ben Yehudāh ibn Gěbirol (Gabirol) est probablement né à Málaga, mais il fut amené encore enfant à Saragosse, où il reçut son éducation ; il était orphelin de père dès son jeune âge et perdit sa mère à vingt-cinq ans. Doté d'une frêle constitution et souvent sujet à des maladies, il mena une existence difficile de poète et de philosophe, subvenant à ses besoins grâce à de riches protecteurs. Il mourut sans doute à l'âge de trente-cinq ou de trente-huit ans.

La personnalité d'Ibn Gabirol exprime une dualité curieuse : il figure dans l'histoire de la littérature et de la pensée juives en tant que poète profane et religieux et comme auteur d'une compilation de morale philosophique, cependant qu'il apparaît chez les Latins, sous le nom d'Avicebron, comme un philosophe arabe auteur d'un important traité de métaphysique, le Fons vitae (La Source de vie). Cette dernière œuvre fut accueillie avec faveur dans la scolastique latine (en particulier par saint Thomas d'Aquin) mais fut presque complètement ignorée dans son original arabe (Yanbū‘ al-ḥayāt) par les coreligionnaires de l'auteur. Ce n'est qu'au xixe siècle que Salomon Munk identifia l'Avicebron (Avencebrol) des auteurs chrétiens avec Shelōmōh ben Yehudāh ibn Gěbirol des auteurs juifs.

L'œuvre poétique d'Ibn Gabirol manifeste une grande connaissance de l'hébreu biblique et un parfait maniement de toutes ses ressources. Bien que reprenant à l'arabe des images et des expressions, cette poésie porte la marque d'un style original. Toute la spiritualité de la littérature, tant biblique que midrashique, s'y laisse entrevoir. Par ses tendances mystiques, elle s'apparente aux poèmes des ṣūfi. Certes, les connaissances scientifiques et astronomiques du poète s'y reflètent aussi. La plupart des poèmes profanes d'Ibn Gabirol ont été composés en l'honneur de ses riches protecteurs, et l'on y découvre d'extravagants panégyriques [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  IBN GABIROL SALOMON (1020 env.-1057)  » est également traité dans :

HYLÉMORPHISME

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 939 mots

Théorie philosophique d'Aristote selon laquelle la constitution de tout être relevant du cosmos est expliquée par deux principes corrélatifs : la matière (hylê : bois, matériau de construction) et la forme (morphê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hylemorphisme/#i_12112

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 634 mots

Dans le chapitre « Giordano Bruno »  : […] Plotin, et il cite parfois un Arabe et un chrétien, Avicébron et David de Dinant. S. Munk a établi que le Maure Avicébron était en réalité le philosophe juif espagnol Ibn Gabirol (xie s.), auteur du Fons vitae, traduit de l'arabe. David de Dinant, condamné par l'Église, est surtout connu par les comptes rendus et les extraits qu'on trouve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantheisme/#i_12112

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « IBN GABIROL SALOMON (1020 env.-1057) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/salomon-ibn-gabirol/