SÉVILLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale politique de la communauté autonome d'Andalousie, Séville (1,49 million d'habitants dans l'aire métropolitaine en 2009) est un centre culturel et économique important dans l'histoire de l'Espagne. Bien que située à 120 kilomètres de l'océan Atlantique, sur la rive gauche du Guadalquivir, Séville eut toujours son destin étroitement uni à la mer. Des conditions politiques et économiques extrêmement favorables ont fait d'elle une riche ville d'art. À deux reprises, elle joua un rôle de capitale : d'abord pour les possessions ibériques de la dynastie almohade, puis, après sa reconquête sur l'Islam, en 1248, comme séjour préféré de plusieurs souverains du royaume de Castille et León. La décision prise en 1503 par les Rois Catholiques d'installer dans la ville l'organisme de contrôle du commerce des Indes, la Casa de Contratación de Indias, en fit la porte de l'Amérique espagnole. Lorsque l'Espagne perd sa place centrale dans le système-monde qu'elle a contribué à mettre en œuvre, Séville et sa région n'ont aucune ressource propre pour résister au déclin général du pays. La ville entre alors dans une phase de stagnation avant de retrouver un certain dynamisme industriel au xixe siècle puis administratif et touristique au xxe siècle.

Espagne : carte administrative

Carte : Espagne : carte administrative

Carte administrative de l'Espagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Place d'Espagne, à Séville

Photographie : Place d'Espagne, à Séville

Pavillon et place d'Espagne, à Séville, en Andalousie. 

Crédits : Olivier Benn/ Getty Images

Afficher

Une ville d'art et de commerce

Dès l'Antiquité, Hispalis exporte vers Rome l'huile d'Andalousie. Son importance ne pouvait cependant être comparée à celle de la cité toute voisine d'Italica, dont les dépouilles viendront, au moment de la Renaissance, embellir les riches demeures des patriciens sévillans.

À l'époque wisigothique, Séville émerge nettement et devient la métropole religieuse de la Bétique. Son évêque, Léandre, réussit fort habilement à négocier la conversion du roi Reccarède au catholicisme, préparant ainsi l'unification du royaume. La ville devient aussi un centre de haute culture religieuse et profane, qu'évoque le nom d'Isidore de Séville, véritable gloire intellectuelle du viie siècle. Les Omeyyades lui préfèrent Cordoue comme capitale d'al-Andalūs, mais, dès l'époque des reyes de Taifas, à partir des Abbadides, par conséquent, puis sous les Almoravides et les Almohades, Séville supplante sa rivale par son activité industrielle et commerciale. Les bateaux remontent le Guadalquivir directement jusqu'à une cité qui devient célèbre par ses industries de luxe.

On comprend que l'Almohade 'Abū Ya 'qūb Yūsuf (1163-1184) en ait fait la capitale péninsulaire de son empire. Il consacra, de même que son fils, Ya 'qūb al-Mansūr, des sommes considérables à l'embellir. Alors sont mis en place quelques-uns des monuments célèbres qui caractérisent le paysage urbain sévillan : la Giralda (1184-1198), minaret de la grande mosquée, sœur de la Kutubiyya de Marrakech, qui devient plus tard le clocher de la cathédrale, et la tour de l'Or, petite forteresse établie sur la rive gauche du Guadalquivir au point où une extrémité du rempart rejoint le fleuve. Un pont de bateaux est lancé et des quais construits. Après la reconquête chrétienne survenue en 1248, les rois de Castille, qu'il s'agisse de saint Ferdinand – qui y mourut en 1252 – ou d'Alphonse le Sage, se montrèrent aussi sensibles que les souverains africains aux séductions de Séville. Au siècle suivant, Pierre le Cruel (1350-1369) se fixe dans l'Alcázar, dont il ordonne la reconstruction par des architectes musulmans, sans doute venus de Grenade. Il existe en effet, entre le palais sévillan et ceux de l'Alhambra, les plus étroites parentés. En 1402, on ouvre le chantier de l'immense cathédrale : il demeurera actif jusqu'à la fin du Moyen Âge. Souvent, dans l'architecture religieuse des xive et xve siècles, des éléments mudéjars se mêlent aux éléments gothiques pour donner naissance à de séduisantes synthèses. Après la prise de Grenade, il y eut même un renouveau de l'art mudéjar qui est à l'origine de deux beaux palais sévillans : le Palacio de las Dueñas et la Casa de Pilatos.

Giralda de Séville, 2

Photographie : Giralda de Séville, 2

La Giralda, ancien minaret de la grande mosquée almohade de Séville qui a été convertie en cathédrale après la reconquête de la ville; le minaret est devenu clocher. 

Crédits : R.H. Productions/ Getty

Afficher

La ville demeure donc un foyer d'art et un centre de culture. C'est aussi une capitale économique, reliée par la route aux grandes cités castillanes, dont le trafic se nourrit des ressources de la grande plaine vinicole et oléicole voisine, et que fréquentent les marchands étrangers, notamment italiens. Au début du xvie siècle, la voici promue au rang de métropole mondiale. Comme l'a écrit Fernand Braudel, l'Amérique lui fut donnée pour plus de deux siècles. Elle obtint en effet le monopole du commerce avec le Nouveau Monde. Pour le gouvernement espagnol, regrouper ce commerce était le meilleur moyen de le contrôler. La plaine d'Andalousie, riche et fertile, s'offrait d'ailleurs pour nourrir la population qui allait se concentrer en cet endroit privilégié. Enfin, le choix de Séville s'explique par des raisons géographiques : « Le chemin d'Amérique est sous la dépendance des alizés et Séville est à la porte de ces mêmes alizés. »

Séville organise donc les flottes marchandes assurant le trafic entre l'Espagne et ses colonies : tous les bateaux partent de Séville et y retournent. En 1503 est établie la Casa de contratación (chambre de commerce) qui s'occupe de l'ensemble des questions relatives à l'Amérique (mouvement des navires, et également émigration et contrôle fiscal).

À Séville s'entassent les marchandises de toute origine. Là se constituent de grandes fortunes, mais il s'agit de fortunes spéculatives, menacées par les banqueroutes. « Dans cette république, écrit un auteur du xvie siècle, un banquier prend en charge un monde ; et il embrasse plus que l'Océan ; mais parfois il étreint si mal que tout s'écroule avec lui. » De là résulte le caractère fiévreux, trouble et instable de la vie sociale du temps.

Tous les styles issus de la Renaissance − du plateresque au rococo, en passant par le baroque − concoururent à la parure de la ville après qu'elle fut devenue, au début du xvie siècle, une très grande place marchande. L'hôtel de ville, construit autour de 1530, est un ouvrage raffiné, à l'opposé du style sévère de l'Escurial ou de la Loge des Marchands (1584-1598). Également dans la seconde moitié du xvie siècle, on vit naître deux monuments remarquables : l'hôpital de la Sangre, ou des Cinq-Plaies, et l'église des Jésuites. Le rythme des constructions demeura soutenu jusqu'à la décadence économique de la ville, et même un peu au-delà : palais archiépiscopal, palais de San Telmo, hôpital des Venerables Sacerdotes, manufacture des tabacs.

Séville: Plaza Virgen de Los Reyes

Photographie : Séville: Plaza Virgen de Los Reyes

Dans le centre historique de Séville, le palais épiscopal (XVIe-XVIIe siècle) sur la Plaza Virgen de Los Reyes. 

Crédits : H. Champollion/ AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Espagne : carte administrative

Espagne : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Place d'Espagne, à Séville

Place d'Espagne, à Séville
Crédits : Olivier Benn/ Getty Images

photographie

Giralda de Séville, 2

Giralda de Séville, 2
Crédits : R.H. Productions/ Getty

photographie

Séville: Plaza Virgen de Los Reyes

Séville: Plaza Virgen de Los Reyes
Crédits : H. Champollion/ AKG

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de géographie, docteur d'État, directeur de recherche émérite au C.N.R.S.
  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification

Autres références

«  SÉVILLE  » est également traité dans :

ABBADIDES

  • Écrit par 
  • Charles-Emmanuel DUFOURCQ
  •  • 1 329 mots

On donne le nom d'Abbadides à une dynastie hispano- musulmane d'origine arabe, celle des Beni ‘Abbād. Elle régna à Séville, de 1023 à 1091, et fit de cette ville la capitale d'un État qui s'agrandit progressivement, surtout vers 1050-1080. À l'ouest, il engloba le pays compris entre le bas Guadalquivir et le bas Guadiana, les régions autour de Niebla, Huelva et Saltes, Mertola et Silves (dans le […] Lire la suite

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 392 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'architecture à Séville »  : […] Cependant, la principale bénéficiaire de la découverte de l'Amérique et de l'exploitation de ses richesses fut Séville, qui fut dotée par les Rois Catholiques du monopole du trafic avec les Indes. L'apport de la Renaissance est sensible dans l'Alcazar et dans la cathédrale. Si le gigantesque retable de la Capilla mayor , commencé en 1482 par le Flamand Pieter Dancart et continué durant le xvi e  s […] Lire la suite

CAMPAÑA PIETER DE KEMPENEER dit PEDRO DE (1503-1580)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 257 mots

Peintre, architecte, sculpteur, mathématicien, Pedro de Campaña est le type même de l'artiste de la Renaissance qui a suivi une carrière internationale. De son vrai nom Pieter de Kempeneer, originaire de Bruxelles, il travaille plusieurs années en Italie : à Bologne pour Charles Quint, à Venise pour le cardinal Grimani et à Rome pour l'Arétin, avant de se fixer pendant vingt-cinq ans en Espagne. E […] Lire la suite

CASA DE CONTRATACIÓN

  • Écrit par 
  • Charles LESELBAUM
  •  • 348 mots

Fondée en 1503, sur le modèle de la Casa da Guiné portugaise, la Casa de contratación de las Indias de Sevilla est un organisme dépendant, à partir de 1519, du Conseil des Indes espagnol. Dans ses magasins étaient entreposées toutes les marchandises faisant l'objet d'importations ou d'exportations avec les Amériques. Installée à Séville, elle donna à la ville un véritable monopole des échanges ave […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN
  •  • 9 612 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Andalousie »  : […] La vaste région andalouse (87 268 km 2 ) est la plus peuplée des régions autonomes (8 302 923 hab. en 2009). Elle est disposée en quatre grands ensembles, de part et d'autre du Guadalquivir (le « grand fleuve » en arabe). Au nord, la sierra Morena constitue le rebord accidenté et dépeuplé de la Meseta. Au sud, la cordillère Bétique, série de plissements alpins, culmine dans la sierra Nevada à 3  […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 279 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Une économie fondée sur l'agriculture et le commerce »  : […] Le pays est foncièrement rural. La géographie y détermine trois zones fondamentales. D'abord l'Espagne humide de la côte cantabrique avec ses prairies et ses vergers, considérée à l'époque comme pauvre. Puis l'Espagne méditerranéenne, au climat chaud et sec, où s'opposent le secano , collines où règne l'association classique blé-vigne-olivier, et le regadío , plaines irriguées peu étendues, mais t […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 038 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'affrontement de la Chrétienté et de l'Islam »  : […] Au x e siècle, en premier lieu directement dans al-Andalus, puis indirectement dans les États chrétiens du Nord, en raison de l'attrait exercé par sa brillante civilisation, l'Islam avait fini par exercer une influence unificatrice sur l'Espagne entière. Tout changea brusquement au siècle suivant, avec le réveil de l'Europe et l'incorporation du christianisme ibérique à une Chrétienté nouvelle, c […] Lire la suite

FIGUEROA LES

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 350 mots

On peut, grâce aux Figueroa, famille d'architectes espagnols, suivre, à Séville, l'épanouissement de l'art baroque puis le passage au classicisme. Leonardo (Utiel, 1650 env.-Séville, 1730) est le plus connu des Figueroa. Installé à Séville dès avant 1675, il dirige la construction de l'hôpital des Venerables Sacerdotes (1687 à 1697), dont le patio séduit par la clarté de sa composition. On décèle […] Lire la suite

HERRERA JUAN DE (1530-1597)

  • Écrit par 
  • Catherine WILKINSON-ZERNER
  •  • 4 879 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Édifices publics »  : […] À la fin du xviii e  siècle, on disait que Philippe II et Herrera se réunissaient toutes les semaines pour corriger les dessins de tous les édifices publics qui étaient à construire en Espagne. Cette légende a certainement un fond de vérité. En 1574, Herrera fit douze dessins de l' hôtel de ville de Tolède qui coûtèrent 1 500 ducats à la ville : prix énorme qui révèle le prestige de Herrera à l'ép […] Lire la suite

MONTAÑÉS JUAN MARTÍNEZ (1568-1649)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 478 mots

Celui qui devait devenir le maître incontesté de l'école sévillane de sculpture baroque arriva dans la capitale de la basse Andalousie un peu avant 1587. Jusqu'à sa mort, il ne devait plus quitter cette ville, qui était alors un des principaux centres commerciaux du monde et plus spécialement un immense marché artistique. La production de Montañés, presque exclusivement religieuse, épousa les exig […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-27 décembre 2018 Espagne. Percée de l'extrême droite aux élections régionales en Andalousie.

Séville. Le 27, tandis que le PP et Ciudadanos scellent un accord de gouvernement, les élus de Vox contribuent à faire élire Marta Bosquet (Ciudadanos) à la présidence du Parlement. Vox obtient l’un des six sièges au bureau de l’Assemblée. […] Lire la suite

15-22 mai 2011 Espagne. Mouvement de protestation et défaite des socialistes aux élections locales

Séville. À l'issue du scrutin régional qui se tient le même jour, le P.S.O.E. perd l'Aragon, les Asturies, les Baléares et la région de Castille-La Manche, ne conservant que l'Estrémadure, dans le cadre d'une alliance avec la gauche radicale d'Izquierda Unida.  […] Lire la suite

1er-3 avril 2004 Espagne. Élimination de terroristes responsables des attentats de mars

Séville. Le 3, plusieurs individus présumés appartenir au commando qui a perpétré les attentats de mars, encerclés par la police à Leganès, dans la banlieue de la capitale, se suicident en activant une forte charge du même explosif que celui qui a servi à Madrid. Sept terroristes, dont Serhane Ben Abdelmajid Fakhet, et un policier sont tués. Le contenu […] Lire la suite

20-22 juin 2002 Union européenne. Sommet de Séville

Séville. Le sommet est dominé par le dossier de l'immigration clandestine, sur fond de montée en Europe des mouvements populistes animés de préoccupations sécuritaires. Les Quinze décident, contrairement aux vœux du Royaume-Uni et de l'Espagne et conformément à ceux de la France et de la Suède, de ne pas sanctionner économiquement les pays d'émigration […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel DRAIN, Marcel DURLIAT, « SÉVILLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/seville/