Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SÉVILLE

Capitale politique de la communauté autonome d'Andalousie, Séville (1,49 million d'habitants dans l'aire métropolitaine en 2009) est un centre culturel et économique important dans l'histoire de l'Espagne. Bien que située à 120 kilomètres de l'océan Atlantique, sur la rive gauche du Guadalquivir, Séville eut toujours son destin étroitement uni à la mer. Des conditions politiques et économiques extrêmement favorables ont fait d'elle une riche ville d'art. À deux reprises, elle joua un rôle de capitale : d'abord pour les possessions ibériques de la dynastie almohade, puis, après sa reconquête sur l'Islam, en 1248, comme séjour préféré de plusieurs souverains du royaume de Castille et León. La décision prise en 1503 par les Rois Catholiques d'installer dans la ville l'organisme de contrôle du commerce des Indes, la Casa de Contratación de Indias, en fit la porte de l'Amérique espagnole. Lorsque l'Espagne perd sa place centrale dans le système-monde qu'elle a contribué à mettre en œuvre, Séville et sa région n'ont aucune ressource propre pour résister au déclin général du pays. La ville entre alors dans une phase de stagnation avant de retrouver un certain dynamisme industriel au xixe siècle puis administratif et touristique au xxe siècle.

Espagne : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Espagne : carte administrative

Place d'Espagne, à Séville - crédits : Olivier Benn/ Getty Images

Place d'Espagne, à Séville

Une ville d'art et de commerce

Dès l'Antiquité, Hispalis exporte vers Rome l'huile d'Andalousie. Son importance ne pouvait cependant être comparée à celle de la cité toute voisine d'Italica, dont les dépouilles viendront, au moment de la Renaissance, embellir les riches demeures des patriciens sévillans.

À l'époque wisigothique, Séville émerge nettement et devient la métropole religieuse de la Bétique. Son évêque, Léandre, réussit fort habilement à négocier la conversion du roi Reccarède au catholicisme, préparant ainsi l'unification du royaume. La ville devient aussi un centre de haute culture religieuse et profane, qu'évoque le nom d'Isidore de Séville, véritable gloire intellectuelle du viie siècle. Les Omeyyades lui préfèrent Cordoue comme capitale d'al-Andalūs, mais, dès l'époque des reyes de Taifas, à partir des Abbadides, par conséquent, puis sous les Almoravides et les Almohades, Séville supplante sa rivale par son activité industrielle et commerciale. Les bateaux remontent le Guadalquivir directement jusqu'à une cité qui devient célèbre par ses industries de luxe.

On comprend que l'Almohade 'Abū Ya 'qūb Yūsuf (1163-1184) en ait fait la capitale péninsulaire de son empire. Il consacra, de même que son fils, Ya 'qūb al-Mansūr, des sommes considérables à l'embellir. Alors sont mis en place quelques-uns des monuments célèbres qui caractérisent le paysage urbain sévillan : la Giralda (1184-1198), minaret de la grande mosquée, sœur de la Kutubiyya de Marrakech, qui devient plus tard le clocher de la cathédrale, et la tour de l'Or, petite forteresse établie sur la rive gauche du Guadalquivir au point où une extrémité du rempart rejoint le fleuve. Un pont de bateaux est lancé et des quais construits. Après la reconquête chrétienne survenue en 1248, les rois de Castille, qu'il s'agisse de saint Ferdinand – qui y mourut en 1252 – ou d'Alphonse le Sage, se montrèrent aussi sensibles que les souverains africains aux séductions de Séville. Au siècle suivant, Pierre le Cruel (1350-1369) se fixe dans l'Alcázar, dont il ordonne la reconstruction par des architectes musulmans, sans doute venus de Grenade. Il existe en effet, entre le palais sévillan et ceux de l'Alhambra, les plus étroites parentés. En 1402, on ouvre le chantier de l'immense cathédrale : il demeurera actif jusqu'à la fin du Moyen Âge. Souvent, dans l'architecture religieuse des xive et xve siècles, des[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de géographie, docteur d'État, directeur de recherche émérite au C.N.R.S.
  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail
  • : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

Classification

Pour citer cet article

Michel DRAIN, Marcel DURLIAT et Encyclopædia Universalis. SÉVILLE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Médias

Espagne : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Espagne : carte administrative

Place d'Espagne, à Séville - crédits : Olivier Benn/ Getty Images

Place d'Espagne, à Séville

Séville: Plaza Virgen de Los Reyes - crédits : H. Champollion/ AKG-images

Séville: Plaza Virgen de Los Reyes

Autres références

  • ABBADIDES

    • Écrit par
    • 1 333 mots

    Avant d'être une famille souveraine, les Abbadides furent illustrés par un homme de loi, Ismaïl ibn Aḃbad, puis par son fils, juriste lui aussi devenu cadi de Séville : Abou-l-Qasim Mohammed. Peu après la dislocation du califat omeyyade de Cordoue (1010), ce cadi s'attribua le pouvoir à...

  • ANDALOUSIE

    • Écrit par , et
    • 10 381 mots
    • 17 médias
    ...depuis le califat de Cordoue, l'Andalousie n'a jamais eu de capitale. C'est à la suite de l'instauration de l'autonomie que Séville est devenue le siège du gouvernement. Elle ne parvient pas cependant à étendre son influence à toute l'Andalousie. Toutefois, Séville a mis à profit...
  • CAMPAÑA PIETER DE KEMPENEER dit PEDRO DE (1503-1580)

    • Écrit par
    • 257 mots

    Peintre, architecte, sculpteur, mathématicien, Pedro de Campaña est le type même de l'artiste de la Renaissance qui a suivi une carrière internationale. De son vrai nom Pieter de Kempeneer, originaire de Bruxelles, il travaille plusieurs années en Italie : à Bologne pour Charles Quint,...

  • CASA DE CONTRATACIÓN

    • Écrit par
    • 347 mots

    Fondée en 1503, sur le modèle de la Casa da Guiné portugaise, la Casa de contratación de las Indias de Sevilla est un organisme dépendant, à partir de 1519, du Conseil des Indes espagnol.

    Dans ses magasins étaient entreposées toutes les marchandises faisant l'objet d'importations ou d'exportations...

  • Afficher les 13 références