Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DIASPORA

Le mot grec diaspora signifie « dispersion ». Il apparaît dans la traduction grecque de la Bible hébraïque, dite Bible des Septante, effectuée à Alexandrie par à partir du IIIe siècle avant J.-C. Le mot désigne alors la situation des communautés juives établies hors de Judée, et ces communautés elles-mêmes. Les causes historiques de cette dispersion ont pu être violentes, comme dans le cas des réductions en captivité de 722 et de 586, ou pacifiques – simples migrations de communautés favorisées par la stabilité politique et économique des royaumes hellénistiques et de l'Empire romain qui leur succède. La diaspora juive n'acquiert son caractère absolument traumatique qu'avec la destruction du Temple de Jérusalem et l'annexion de la Judée par les Romains, en 70 après J.-C. Elle prend alors valeur de symbole en Occident et sera convoquée chaque fois qu'un peuple sera chassé de sa terre et contraint à l'exil au sein d'autres nations. C'est ainsi que l'on parle, entre autres, des diasporas arménienne, grecque, libanaise, kurde, palestinienne, sikhe ou tamoule. Pour autant, du point de vue des sciences sociales, l'ancrage dans une catastrophe originelle – invasion, persécution, expulsion – que celle-ci soit prise comme une fatalité, un châtiment ou une injustice historique, ne paraît pas indispensable à l'autonomie et à la pertinence de la notion de diaspora pour la différencier des phénomènes d'émigration, de colonisation, d'exil. Sans prétendre à l'exhaustivité, les différents cas de diaspora rapportés ci-après montrent que le phénomène « diasporique » repose avant tout sur des facteurs d'ordre culturel. On peut ainsi attribuer le caractère de diaspora à tout peuple disséminé sur la Terre pour quelque raison, qui, faisant durablement échec aux processus d'assimilation ou d'acculturation, maintient la conscience d'une différence, la mémoire vive d'une histoire et d'un pays particuliers, l'usage d'une langue ou l'attachement à une religion, et qui entretient et développe, en deçà comme au-delà des frontières étatiques, des liens d'alliance, d'échanges et de solidarité entre ses membres dispersés. Les catastrophes répétées provoquées par le modèle de l'État-nation et la floraison des discours exaltant le multiculturalisme et la diversité confèrent aujourd'hui aux diasporas une image plus avantageuse. En définitive, elles représentent une manière particulière et légitime d'exister et/ou de résister collectivement pour tous ceux qui ont de solides motifs de sentir et de manifester qu'ils sont à la fois « d'ici et d'ailleurs », une situation complexe qui touche de plus en plus de peuples, de personnes et de pays.

Diaspora juive

À la différence du mot hébreu galout (« exil »), qui se rattache à la nostalgie des origines, à la théologie du retour, aux thèses sionistes, le terme grec diaspora renvoie objectivement au phénomène historique de la dispersion des juifs à travers le monde. On s'accorde le plus souvent à distinguer deux phases dans cette diaspora : la première répond à une volonté d'essaimage des communautés, la seconde obéit à la nécessité de fuir les persécutions qui, du Moyen Âge à l'avènement du national-socialisme en Allemagne, ont cruellement frappé les juifs.

Avant l'ère chrétienne, le peuple juif avait connu deux déportations : celle de 722 marquait la fin du royaume d'Israël ; celle de 586 a eu pour conséquence la destruction du premier Temple de Jérusalem. Toutes deux n'ont pas manqué d'enraciner dans la mentalité populaire l'esprit messianique du grand retour, favorisant en quelque sorte le sentiment que l'exil est l'épreuve par laquelle il faut passer pour toucher un jour à la Terre promise.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Spyros ASDRACHAS, Vicken CHETERIAN, Kamel DORAÏ, Encyclopædia Universalis, Thibaut JAULIN, Claudine LOMBARD-SALMON, Raoul VANEIGEM et Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU. DIASPORA [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Intégration des immigrants aux États-Unis - crédits : MPI/ Getty Images

Intégration des immigrants aux États-Unis

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE DES DIASPORAS

    • Écrit par
    • 1 792 mots

    L’anthropologie des diasporas a connu un développement considérable depuis les années 1990. Cet essor a été favorisé par l’extension sémantique du terme « diaspora », qui bien au-delà des diasporas paradigmatiques juive et arménienne, s’est progressivement appliqué aux descendants de populations noires...

  • DIASPORAS URBAINES

    • Écrit par
    • 1 588 mots
    • 1 média

    Ce qui caractérise la ville – coprésence d’étrangers, effervescence de la vie sociale, intensité des relations avec d’autres localités – tient, entre autres, à la présence de diasporas.

    Dès l’apparition des premières villes, des communautés de marchands forment des réseaux interconnectés...

  • ARMÉNIE

    • Écrit par , , , , , , et
    • 23 765 mots
    • 13 médias
    Sur environ 7 millions d'Arméniens, près de la moitié vit en diaspora. Survivants des massacres de 1894 et 1915, rescapés des guerres de 1917-1921, ils se sont fixés essentiellement au Moyen-Orient et en France. C'est au Moyen-Orient qu'ils ont conservé leur cohésion grâce à leurs institutions calquées...
  • EXIL LITTÉRATURES DE L'

    • Écrit par
    • 3 314 mots
    • 6 médias
    La diaspora juive venue d'Orient situe son exil à une autre échelle, celle de l'identité : Albert Cohen, natif de Corfou, éduqué à Marseille, avocat à Genève, inventera pour le xxe siècle la métaphore absolue où les écrivains juifs de langue française se reconnaîtront, en installant...
  • HISTOIRE ATLANTIQUE

    • Écrit par
    • 3 728 mots
    • 2 médias
    Parallèlement, l'histoire atlantique s'est emparée du concept de diaspora, très utilisé dans les sciences humaines. Les historiens anglophones, comme Paul Gilroy (L'Atlantique noir, modernité et double conscience, 2003), soulignent l'importance des diasporas africaines dans la formation...
  • IRAN - Géographie

    • Écrit par
    • 5 178 mots
    • 5 médias
    ...économique chronique, la capitale est en effet la seule région du pays à avoir un embryon de culture internationale et une dynamique industrielle moderne. La diaspora iranienne joue un rôle incontestable, mais limité à une élite urbaine, pour compenser la faiblesse des relations culturelles internationales...
  • Afficher les 11 références