ROLLINS THEODORE WALTER dit SONNY (1929- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comment se résoudre à choisir entre ses admirations quand on grandit au milieu des géants qui dominent le monde du jazz de l'après-guerre ? Au cours d'une très longue carrière, le saxophone ténor américain Sonny Rollins semblera hésiter sans cesse entre les styles les plus variés et chercher éternellement sa propre voie, et cela sans fuir la confrontation, au disque comme au concert, avec ses idoles – Coleman Hawkins, Charlie Parker – ni nier la fascination qu'il éprouve devant l'envol d'un météore nommé John Coltrane et les premiers élans libertaires du free jazz. Multiple dans ses goûts et dans ses choix, il reste unique par sa volonté d'exploration et cette façon très personnelle d'unir ce qui paraît inconciliable : tradition et modernité.

Saxophone Colossus

Theodore Walter Rollins voit le jour à New York le 7 septembre 1930. Il s'initie d'abord au piano et fréquente à Harlem, dès la sortie de l'école, les spectacles de l'Apollo. Pour ses huit ans, sa mère lui offre un saxophone alto, instrument qu'il va pratiquer à la manière de Louis Jordan. Il opte cependant rapidement, vers onze ans, pour le saxophone ténor. En 1947, il fait ses débuts dans des orchestres de rhythm and blues et manifeste par la force de son expressivité sa filiation avec Ben Webster et Coleman Hawkins. Sa réputation s'étend alors qu'il s'ouvre aux conceptions parkériennes. Dès 1949, il joue au sein du quintette et du sextette de J. J. Johnson – où il a pour partenaires des musiciens de la stature de John Lewis ou de Max Roach – et il enregistre également avec les Modernists de Bud Powell, aux côtés de Fats Navarro, Tommy Potter et Roy Haynes. De 1951 à 1956, il va réaliser de très nombreux enregistrements avec des [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROLLINS THEODORE WALTER dit SONNY (1929- )  » est également traité dans :

TYNER MCCOY (1938-2020)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 090 mots

Dans le chapitre « L’esthétique modale au piano »  : […] McCoy Tyner forme alors son propre trio – alterneront à la contrebasse Ron Carter et Eddie Gomez, à la batterie Tony Williams et Jack DeJohnette – et s’associe avec le clarinettiste Tony Scott. Sur scène ou dans les studios, il multiplie les collaborations entre autres avec les saxophonistes Clark Terry, Stanley Turrentine, Wayne Shorter, Hank Mobley, Joe Henderson, Arthur Blythe et Gary Bartz ; l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « ROLLINS THEODORE WALTER dit SONNY (1929- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rollins-theodore-walter-dit-sonny/