HAWKINS COLEMAN (1904-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On a souvent dit que le saxophoniste ténor noir Coleman Hawkins, surnommé Bean (haricot), était « l'inventeur du saxophone ténor ». Cette formule signifie que nul avant lui, en jazz, n'était parvenu à domestiquer l'instrument avec une telle autorité et un tel bonheur. Coleman Hawkins en découvrit progressivement les possibilités ; il fit d'abord partie de l'orchestre de Fletcher Henderson (1922-1934), puis dirigea dans les années quarante ses propres formations, avant de mener une carrière d'instrumentiste indépendant. Au jeu staccato de ses débuts, il substitua bientôt un style plus fluide et plus subtil qui, au cours des années trente, trouva son aboutissement dans un art de la paraphrase empreint de générosité mélodique, de science harmonique et d'invention rythmique, toutes qualités qui culmineront pour donner naissance, en 1939, à son chef-d'œuvre incontesté : Body and Soul. Par la suite, il montra un intérêt sincère pour les recherches des boppers, enregistrant même quelques faces aux côtés de Thelonious Monk. Avec sa sonorité pleine et puissante, son inspiration aisée, sa robustesse rythmique, Hawkins est le fondateur d'une école de saxophonistes dont la suprématie ne fut ébranlée que par l'apparition de Lester Young. Grâce à des solistes comme Sonny Rollins, cette école devait retrouver dès les années cinquante toute son audience et tout son prestige auprès des jeunes musiciens noirs.

—  Alain GERBER

Écrit par :

  • : docteur en psychologie, membre du Collège de pataphysique et de l'Académie du jazz, romancier

Classification


Autres références

«  HAWKINS COLEMAN (1904-1969)  » est également traité dans :

JAZZ

  • Écrit par 
  • Philippe CARLES, 
  • Jean-Louis CHAUTEMPS, 
  • Michel-Claude JALARD, 
  • Eugène LLEDO
  • , Universalis
  •  • 10 989 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le « middle jazz » (1930-1944) »  : […] Le jazz s'évade de l'intimité du cabaret pour s'intégrer à l'univers du spectacle et animer les grands dancings populaires, à New York notamment (Savoy, Cotton Club). Il entreprend de se discipliner et de s'établir en formations plus spectaculaires, donc plus étoffées : les années 1930 sont celles du grand orchestre ou big band. Le jazz, aux États […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jazz/#i_18122

MONK THELONIOUS (1917 env.-1982)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 736 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un parcours solitaire »  : […] On ne connaît pas avec précision le lieu de naissance de Monk – Rocky Mount en Caroline du Nord ou New York –, ni la date – 1920 ou, plus probablement, 1917. De sa famille, de son enfance et de son adolescence, on ignore pratiquement tout. Il semble avoir mené des études assez désordonnées de piano et d'harmonie avec plusieurs professeurs privés. M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thelonious-monk/#i_18122

ROACH MAX (1924-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 949 mots

Dans le chapitre « Poétique de la batterie »  : […] Maxwell Lemuel Roach naît à New Land (Caroline du Nord) le 10 janvier 1924. Son enfance et son adolescence à New York, où sa famille s'établit, ne nous livrent que peu d'éléments significatifs. Il se serait intéressé au jazz dès l'âge de huit ans, puis initié au piano et aurait fait partie d'un orchestre de parade. C'est sa mère, chanteuse de spir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-roach/#i_18122

SMITH ELIZABETH dite BESSIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 630 mots

15 avril 1894 (ou 1895 ?) Elizabeth (Bessie) Smith naît à Chattanooga, dans le Tennessee. 1912-1920 Ma Rainey – la « mère du blues » – la prend sous son aile ; Bessie Smith se produit dans des spectacles itinérants, les minstrel shows, participe à de nombreux spectacles et revues dans le Sud, le Middle West et la côte Ouest et finit par conquérir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/smith-reperes-chronologiques/#i_18122

Pour citer l’article

Alain GERBER, « HAWKINS COLEMAN - (1904-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/coleman-hawkins/