FREE JAZZ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractérisée par le retour à l'improvisation collective, cette « New Thing » est une expression esthétique qui correspond à une prise de conscience politique des musiciens afro-américains. Elle connaît son apogée dans les années 1960 grâce à Albert Ayler, Ornette Coleman et Cecil Taylor.

Le free jazz apparaît aux États-Unis au début des années 1960, dans un contexte politique agité (guerre du Vietnam) et à un moment où la contestation sociale grandit au sein de la communauté noire. Cette New Thing, traduction musicale de ce vent du changement, a pour projet de libérer la musique improvisée afro-américaine des schémas musicaux et sociaux établis. Si John Coltrane, le saxophone soprano au timbre déchiré, Charlie Mingus (Pithecanthropus Erectus, 1956), Cecil Taylor avec Steve Lacy (Jazz Advence, 1956) Art Blakey et son jeu de batterie non linéaire, ou même Roland Kirk (Rip, Rig and Panic, 1965) ont montré la voie de la déconstruction sonore, c'est Ornette Coleman à la tête d'un double quartette, qui enregistre Free Jazz, en décembre 1960 ; Eric Dolphy participe à ce disque de rupture en forme de manifeste : les deux défricheurs font voler en éclats la notion de composition et les formes préétablies en choisissant l'improvisation totale comme processus de création. De nombreux créateurs – Archie Shepp, Pharoah Sanders, Sun Ra, l'Art Ensemble of Chicago, Albert Ayler ou Don Cherry – s'engouffrent dans cette brèche ouverte en contestant les caractéristiques formelles traditionnelles du jazz. Ainsi, la section* rythmique opère des ruptures en s'affranchissant de la pulsation linéaire comme du swing ternaire. Dans cet esprit, Cecil Taylor invente le « tempo subjectif ». L'improvisation sur une grille d'accords n'est plus systématique. On recherche de nouveaux timbres, on redécouvre le growl*, la production de sons inouïs par l'utilisation non académique des instruments et l'emploi de registres extrêmes. Le piano fait place à des instruments rares, voire exotiques, joués par des poly-instrumentistes. Ainsi, Pharoah Sanders emploie des instruments africains tels que le balafon. Le processus de déconstruction passe également par la dilution du thème, l'éclatement du flux mélodique, un recours à des échappées atonales et une utilisation non conventionnelle des modes (Don Cherry et sa musique « primale »). À partir d'octobre 1964, les rencontres musicales organisées à New York au Cellar Cafe débouchent sur la création de la Jazz Composer's Guild Association, qui regroupe sur un mode coopératif des instrumentistes expérimentateurs autour de Bill Dixon. Un conseiller juridique, Bernard Stollman, fonde le label ESP, qui soutiendra des artistes comme Sunny Murray, Albert Ayler ou Milford Graves et son New York Art Quartet.

Ornette Coleman

Photographie : Ornette Coleman

Something Else!!!! En 1958 paraît un premier disque au titre prometteur. Tout au long de sa carrière, Ornette Coleman conservera à sa musique son pouvoir de rupture. Ici, le musicien lors d'un concert donné à la Mutualité, à Paris, en 1971.  

Crédits : Philippe GRAS

Afficher

Cecil Taylor

Photographie : Cecil Taylor

Maître du « tempo subjectif », Cecil Taylor fut un tenant du free jazz aux côtés d'Ornette Coleman, Archie Shepp ou Sunny Murray. On le voit ici lors d'un concert donné en 1976 à La Mutualité, à Paris, avec notamment Jimmy Lyons au saxophone alto. 

Crédits : Philippe Gras

Afficher

Les influences extérieures comme les musiques savantes contemporaines (approche bruitiste, clusters, processus aléatoires chers à John Cage) et les cultures extra-européennes seront explorées plus avant par des musiciens comme Michel Portal, Bernard Lubat, Joëlle Léandre, Anthony Braxton ou Steve Lacy.

Cette réactivité de l'Europe et, en particulier, de la France s'explique par l'exil, à partir de 1969, de nombreux jazzmen américains. Des musiciens free, comme Alan Silva, s'installent à Paris, attirés par la considération de la critique et les nombreuses possibilités qu'offre la scène parisienne. À la faveur de ces présences, le label BYG peut produire cette nouvelle musique qui séduit tant de musiciens français.

À partir de 1995, le free jazz revient avec le Vision Festival organisé à New York par William Parker et son label AUM Fidelity.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Ornette Coleman

Ornette Coleman
Crédits : Philippe GRAS

photographie

Cecil Taylor

Cecil Taylor
Crédits : Philippe Gras

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  FREE JAZZ  » est également traité dans :

ALI RASHIED (1935-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 493 mots

Le batteur américain de free jazz et de jazz d'avant-garde Rashied Ali (de son vrai nom Robert Patterson, Jr.) naît le 1 er  juillet 1935 à Philadelphie, en Pennsylvanie. Rashied Ali est l'un des premiers à s'émanciper du rôle traditionnellement dévolu au batteur – souvent considéré comme un simple « garde-temps » indiquant le tempo et le mètre – en mêlant plus intimement le son de ses instrume […] Lire la suite

ANDERSON FRED (1929-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 238 mots

Le son puissant et l'inventivité mélodique du saxophone ténor américain Fred Anderson ont fait de lui l'un des musiciens majeurs du free jazz. Né le 22 mars 1929, à Monroe (Louisiane), Fred Anderson est influencé par Charlie Parker, Dexter Gordon, Lester Young, mais développe ses propres sonorités. L'essentiel de sa carrière se déroule à Chicago, où il participe en 1965 à la création, sous l'égid […] Lire la suite

ART ENSEMBLE OF CHICAGO

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 431 mots

Groupe de jazz américain, l'Art Ensemble of Chicago innove par les sonorités, la structure et la forme qu'il emploie dans son free jazz. Il embrasse une grande diversité de sources et de styles africains et noirs américains dans ses œuvres, caractéristique de ce qu'il nomme la « grande musique noire » ( Great Black Music ). En 1966, le compositeur et joueur de bois Roscoe Mitchell (né en 1940) co […] Lire la suite

AYLER ALBERT (1936-1970)

  • Écrit par 
  • Alain GERBER
  •  • 821 mots

En 1964, deux ans après son installation à New York, le saxophoniste ténor Albert Ayler enregistre Ghosts , l'album qui devait passer pour l'un des manifestes fondateurs du nouveau jazz. Dans ce disque, les musiciens (avec Ayler, le cornettiste D. Cherry, le bassiste G. Peacok et le batteur S. Murray) reprennent, en la radicalisant, la conception coltranienne selon laquelle à l'ordre du discours ( […] Lire la suite

BARBIERI GATO (1932-2016)

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 857 mots

Le saxophoniste ténor argentin Gato Barbieri a adhéré en Europe à une forme d’expression purement nord-américaine, le free jazz. Installé aux États-Unis, il trouva l’inspiration en renouant avec les traditions latino-américaines – ce qui assura son succès. Leandro « Gato » Barbieri naît à Rosario (Argentine) le 28 novembre 1932. Adepte, primitivement, du requinto (clarinette de tradition hispaniq […] Lire la suite

BLACKWELL EDWARD JOSEPH (1929-1992)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 486 mots

Le batteur américain Ed Blackwell a joué un rôle de premier plan dans le développement du free jazz, au début des années 1960. Edward Joseph Blackwell naît le 10 octobre 1929, à La Nouvelle-Orléans (Louisiane). Il est très jeune influencé par le batteur Paul Barbarin, et joue dès la fin des années 1940 dans un groupe de rhythm and blues de sa ville natale dirigé par les frères Plas et Ray Johnson […] Lire la suite

BLEY CARLA (1938- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 048 mots

Pur produit de la culture américaine, Carla Bley chante, joue du saxophone et tient les claviers. Mais c'est comme arrangeuse et compositrice qu'elle a conquis la célébrité et gagné le respect de ses pairs. Avec des œuvres qui expriment une manifeste ambition dramatique et s'éloignent parfois des formes habituellement pratiquées par le jazz, cette musicienne autodidacte s'est affirmée comme l'une […] Lire la suite

BLEY PAUL (1932-2016)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 515 mots

Le free jazz est souvent identifié aux débordements d'une violence sonore incontrôlée. Il peut aussi s'incarner, de manière inattendue, dans une liberté poétique qui s'exprime à mi-voix et s'ouvre à la méditation. Telle fut la voie singulière choisie par le pianiste, synthétisiste et compositeur canadien Paul Bley. Paul Hyman Bley naît à Montréal le 10 novembre 1932. Il commence très jeune à tra […] Lire la suite

BOWIE LESTER (1941-1999)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 829 mots

Quand, au début des années 1960, le jazz est saisi de cette poussée de fièvre libertaire que l'on appelle free jazz, les frontières esthétiques qui isolaient jusque-là ses différents genres volent en éclats. Ses styles successifs – du New Orleans au be-bop – sont à la fois hautement revendiqués et contestés avec violence. Les pays voisins – le blues, le rock, le rhythm and blues – sont annexés. Se […] Lire la suite

BRAXTON ANTHONY (1945- )

  • Écrit par 
  • John LITWEILER
  • , Universalis
  •  • 1 024 mots

Compositeur, musicologue, écrivain et multi-instrumentiste américain, Anthony Braxton est « une personnalité de premier plan dans la fusion du free jazz et de la musique contemporaine „savante“, mais il est tout aussi à l'aise dans chacun de ces domaines, que ce soit dans l'improvisation free, l'interprétation de standards du jazz ou la composition, où il puise son inspiration à des sources auss […] Lire la suite

Pour citer l’article

Eugène LLEDO, « FREE JAZZ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/free-jazz/