Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PRESSE Naissance et développement de la presse écrite

L'histoire de la presse a une double vocation. Elle doit d'abord décrire la croissance du monde des périodiques depuis ses origines, analyser les facteurs de son développement, apprécier l'influence des journaux sur la vie des sociétés et sur le comportement des individus : elle doit identifier et suivre le courant particulier de la presse dans le flot de l'histoire générale. Elle est ensuite, et en même temps, une science auxiliaire de l'histoire, car les journaux, archives de la vie quotidienne, sont une source essentielle pour les historiens de toute vocation qui ne peuvent reconstituer valablement le passé sans recourir à leur témoignage. Ses difficultés sont grandes. Écho de toutes les activités des hommes et agent d'influence pour toutes les forces politiques, économiques, sociales et spirituelles, la presse exige, pour être analysée, une sorte de compétence encyclopédique. Les collections de journaux, qui sont la matière première de leur histoire, forment une masse énorme dont le dépouillement demande un temps et des efforts démesurés.

Une en apparence, la presse est en réalité insaisissable dans sa globalité : elle se diversifie en un ensemble hétérogène de catégories aux fonctions différentes et en une infinité de publications concurrentes. Son histoire s'émiette dans les destins particuliers de dizaines de milliers de titres et s'éparpille dans le récit d'une multitude d'épisodes. Les facteurs qui ont commandé l'évolution de la presse sont comparables dans tous les pays, mais chaque nation, selon les conditions et les circonstances spécifiques de sa propre histoire, a orienté son évolution, façonné les structures de son marché et modelé son journalisme de manière irréductiblement originale : le recours au passé est donc dans le domaine de la presse encore plus indispensable que dans les autres secteurs des sciences sociales pour comprendre les réalités du présent.

Les grandes étapes de l'évolution des marchés de la presse

Au-delà des spécificités nationales et avec, il est vrai, de notables décalages dans le temps, tous les pays occidentaux ont connu une évolution comparable dont les étapes furent d'abord très directement influencées par la libéralisation progressive de leur régime politique. Ce n'est qu'une fois libérée de la tutelle administrative que la presse put se développer sans entrave : les facteurs commerciaux l'emportèrent alors et c'est dans un marché concurrentiel où la demande ne cessait de croître et où l'offre s'adaptait aux attentes du public qu'elle connut son âge d'or. La presse contemporaine, héritière des gazettes du xviie siècle, est donc bien la fille du libéralisme et de la démocratie parlementaire. Dans les pays où l'Ancien Régime n'a pas été abattu, les progrès de la presse furent beaucoup moins importants.

Dans la première étape qui s'étend jusqu'à la fin de la monarchie absolue, la presse resta un phénomène social de faible ampleur. Le contrôle gouvernemental très strict sur les organes et les contenus, des moyens de production encore artisanaux limitaient l'audience des périodiques à la frange étroite des privilégiés de la fortune et de la culture.

La fin de l'Ancien Régime ouvrit la seconde étape et précisa les principes de la liberté du journalisme : l'allégement progressif, mais non régulier, du contrôle de l'exécutif et du judiciaire sur le « quatrième pouvoir » permit l'élargissement du lectorat à l'ensemble de la classe des notables, qui se confondait en partie avec celle des électeurs censitaires et de la bourgeoisie aisée ; ce premier essor correspond à la mécanisation des presses, avec les débuts de la publicité commerciale, des chemins de fer et du télégraphe.

La troisième étape qui, grosso modo, va de pair[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite de l'université Panthéon-Assas

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Presse : évolution du marché des quotidiens français

Presse : évolution du marché des quotidiens français

Liberté de la presse

Liberté de la presse

Autres références

  • LE SIÈCLE DE LA PRESSE 1830-1939 (C. Charle)

    • Écrit par Éric PHÉLIPPEAU
    • 1 084 mots

    L'histoire retracée par Le Siècle de la presse 1830-1939 (Seuil, Paris, 2004) a la couleur d'une synthèse érudite. Et ce n'est pas là le moindre de ses mérites. Christophe Charle ne s'était pas encore signalé comme spécialiste de l'histoire de la presse française. Mais comment ses précédents...

  • 1848 ET L'ART (expositions)

    • Écrit par Jean-François POIRIER
    • 1 189 mots

    Deux expositions qui se sont déroulées respectivement à Paris du 24 février au 31 mai 1998 au musée d'Orsay, 1848, La République et l'art vivant, et du 4 février au 30 mars 1998 à l'Assemblée nationale, Les Révolutions de 1848, l'Europe des images ont proposé une...

  • AGENCE FRANCE-PRESSE (AFP)

    • Écrit par Universalis, Christine LETEINTURIER
    • 600 mots

    L'Agence France-Presse est la première agence de presse généraliste francophone et la troisième du monde, derrière, Associated Press et Reuters. Héritière de l'Agence Havas fondée en 1932, elle est créée, à titre provisoire, par une ordonnance du 30 septembre 1944 et dotée d'un statut spécial définitif...

  • AGENDA POLITIQUE, sociologie

    • Écrit par Nicolas HUBÉ
    • 548 mots

    La «  mise à l’agenda » concerne la question des « effets » des médias sur le débat public et sur les électeurs, et en particulier lors des moments de « surchauffe symbolique » que sont les élections. Maxwell McCombs et Donald Shaw ont formulé en 1972 le principe suivant : il se peut que la presse...

  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    ...l’étranger, Berbère Télévision (Paris) ou Al Magharibia (Londres), une chaîne islamiste lancée par le fils d’Abassi Madani, qui vit au Qatar. Le pays dispose de titres de presse nombreux, peu onéreux et donc encore assez lus. Les Algériens achetaient souvent trois ou quatre journaux par jour au début de la décennie...
  • Afficher les 111 références

Voir aussi