Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

POUVOIR (notions de base)

Le savoir, arme du pouvoir ?

Alors que les sociétés archaïques, qualifiées de « froides » par Claude Lévi-Strauss (1908-2009) – dans la mesure où elles n’évoluaient que très lentement et à un rythme imperceptible aux hommes –, ne connaissaient guère l’organisation très hiérarchisée des sociétés historiques, ce sont les sociétés « chaudes », nées avec l’écriture, qui ont vu l'émergence d’un pouvoir au sens fort du terme, condition nécessaire à la naissance d’un État. Pour que les dominants puissent transmettre leurs ordres aux dominés, l’usage de l’écriture est absolument nécessaire, ce qui conduit Claude Lévi-Strauss à supposer que « la fonction primaire de la communication écrite est de faciliter l’asservissement » (Tristes Tropiques, 1955). Rassembler tout ce que l’on peut savoir des individus composant la société, puis transmettre à tous les étages du commandement les objectifs fixés par les dominants, exige la médiation de l’écriture.

Il faut ajouter que, dans les sociétés antiques, l’écriture n’était pratiquée que par une minorité. Contrairement à une thèse largement partagée, on peut alors se demander si l’alphabétisation généralisée qu’a mise en place la Modernité avait pour seule finalité l’élévation intellectuelle du plus grand nombre, ainsi que l’ont revendiqué les philosophes des Lumières, ou si ce processus n’a pas été plutôt la conséquence d’une sophistication des anciennes techniques de domination. Telle est l’hypothèse iconoclaste défendue par Claude Lévi-Strauss, toujours dans Tristes Tropiques : « La lutte contre l’analphabétisme se confond ainsi avec le renforcement du contrôle des citoyens par le Pouvoir. Car il faut que tous sachent lire pour que ce dernier puisse dire : nul n’est censé ignorer la loi. »

Un autre facteur lié au savoir facilite le processus de domination. Il tient au fait que les connaissances dont disposent les puissants leur permettent de se livrer à une véritable entreprise de camouflage. Il n’est pas impossible que les sciences humaines aient offert aux puissants un vocabulaire et des concepts qui, détournés de leur contexte, ont facilité la construction d’un discours rendant opaques les strates de la domination. On peut dénommer « idéologie » ce discours trompeur en préférant cette approche à celle de Karl Marx (1818-1883) qui réduit excessivement le rôle de la classe dominante dans l’élaboration de l’idéologie. Telles sont les hypothèses qui ont permis à André Glucksmann (1937-2015), en dénonçant le marxisme et les systèmes totalitaires qui se sont réclamés de lui, de démonter la « science des puissants ». Une pseudoscience qui « s’acharne depuis toujours à effacer, dans l’expérience du dominé, toute possibilité de distinguer clairement dominant et dominé » (La Cuisinière et le mangeur d’hommes, 1976).

On peut cependant sérieusement nuancer ces hypothèses, en accordant à Baruch Spinoza (1632-1677) que le savoir, à condition bien entendu qu’il s’agisse d’un savoir authentique et non d’un savoir construit par l’idéologie, donne aux individus les moyens de s’émanciper des pouvoirs qui les dominent. Pour Spinoza, la connaissance est une puissance. C’est même l’unique puissance parce qu’elle prend appui sur les lois de la nature et qu’elle inscrit notre action dans le flux de la causalité naturelle. Ainsi Spinoza nous invite-t-il à identifier le mécanisme de nos passions afin de nous en libérer. Parmi les émotions qui nous paralysent figure la peur que les despotes savent si bien mettre à leur service pour nous maintenir dans l’assujettissement. Après avoir dénoncé, aux troisième et quatrième livres de son Éthique, la « servitude » issue de l’ignorance et de la mauvaise interprétation des événements que les hommes subissent, Spinoza leur permet,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

    • Écrit par Miguel ABENSOUR
    • 7 899 mots
    • 1 média
    ...interne. Le projet légitime de la raison de libérer les hommes de la peur – peur de la mort, peur des dieux – donne lieu à inversion quand il s'inscrit sous le signe de la souveraineté, quand il identifie malencontreusement la libération de la peur à une volonté de souveraineté. C'est dans cette désastreuse...
  • ALAIN ÉMILE CHARTIER, dit (1868-1951)

    • Écrit par Robert BOURGNE
    • 4 560 mots
    ...l'inégalité de fait par la proclamation de la souveraineté du peuple. Mais cela même transforme la République. Si le peuple, qui n'exercera jamais aucun pouvoir, est dit souverain, c'est que le pouvoir a cessé de l'être. La force en s'organisant se règlemente et appelle le droit, mais elle ne peut se valider...
  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...explicatifs, c'est-à-dire les théories totalisantes et les politiques révolutionnaires du passé. Affirmer détenir la vérité ou connaître la réalité des choses, c'est exercer un pouvoir dans la mesure où c'est sa propre voix qui est exposée aux dépens des autres voix. Avec lui (et bien qu'ils ne se soient eux-mêmes...
  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 4 849 mots
    • 3 médias

    L’anarchie en tant que pensée politique émergea vers le milieu du xixe siècle, en même temps que l’anthropologie sociale (ou ethnologie), laquelle fut d’abord livresque, avant de se pratiquer sur le terrain à partir de la fin du même siècle. Pourtant, ces deux domaines, malgré quelques pionniers,...

  • Afficher les 74 références

Voir aussi