Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

POUVOIR (notions de base)

Résister au pouvoir

Mais, quelle que soit sa légitimité, ne doit-on pas admettre que dans tous les cas de figure « tout pouvoir abuse », comme l’affirme sans nuance le philosophe Alain (1868-1951) ? Ces abus ne seraient pas à attribuer à la perversité de dominants trompant sans état d’âme leurs semblables, ils constitueraient la forme même du pouvoir. Pourquoi, s’il en est bien ainsi, ne pas adopter les thèses anarchistes ? Des penseurs ont en effet cherché à mettre en lumière les conflits insurmontables qui opposent les individus au pouvoir et pour le pouvoir : ce sont les utopistes, les théoriciens de la révolte, les anarchistes. Mais leurs constructions et leurs postulats ont une limite  : ils se sont contentés de solutions imaginaires en l’absence d’une réflexion aboutie sur les moyens permettant de parvenir aux fins qu’ils décrivent minutieusement. Chaque fois que les sociétés ont connu des périodes de troubles profonds, on est contraint de reconnaître que c’est la loi du plus fort qui s’est imposée, que c’est le règne de la violence la plus inhumaine qui s’est instauré, et non pas le paradis de relations apaisées et égalitaires entre les hommes.

Si l’on écarte les thèses anarchistes, et s’il semble prudent d’attendre des rares tentatives de démocratie directe qu’elles montrent leur capacité à organiser durablement des sociétés, il nous faut admettre la nécessité de confier le processus décisionnel à une minorité. Selon Alain, le peuple ne rêverait nullement d’exercer le pouvoir, sachant que cet exercice exige des qualités particulières que tous ne possèdent pas. Il entend seulement exercer son droit de « résistance », ayant compris que « l’abus de pouvoir est naturel, et donc continuel, et suppose, si l’on veut s’en protéger, une habile résistance ». Obéir tout en résistant : ce difficile amalgame serait la clé des républiques échappant au double péril de l’anarchie et de la tyrannie. « Résistance et obéissance, voilà les deux vertus des citoyens. Par l’obéissance, il assure l’ordre ; par la résistance, il assure la liberté. » Mais le citoyen a-t-il effectivement les moyens de résister si le système politique dans lequel il vit ignore la séparation des pouvoirs ainsi que les contre-pouvoirs propres aux démocraties ?

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

    • Écrit par Miguel ABENSOUR
    • 7 899 mots
    • 1 média
    ...interne. Le projet légitime de la raison de libérer les hommes de la peur – peur de la mort, peur des dieux – donne lieu à inversion quand il s'inscrit sous le signe de la souveraineté, quand il identifie malencontreusement la libération de la peur à une volonté de souveraineté. C'est dans cette désastreuse...
  • ALAIN ÉMILE CHARTIER, dit (1868-1951)

    • Écrit par Robert BOURGNE
    • 4 560 mots
    ...l'inégalité de fait par la proclamation de la souveraineté du peuple. Mais cela même transforme la République. Si le peuple, qui n'exercera jamais aucun pouvoir, est dit souverain, c'est que le pouvoir a cessé de l'être. La force en s'organisant se règlemente et appelle le droit, mais elle ne peut se valider...
  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 4 849 mots
    • 3 médias

    L’anarchie en tant que pensée politique émergea vers le milieu du xixe siècle, en même temps que l’anthropologie sociale (ou ethnologie), laquelle fut d’abord livresque, avant de se pratiquer sur le terrain à partir de la fin du même siècle. Pourtant, ces deux domaines, malgré quelques pionniers,...

  • ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

    • Écrit par Maurice GODELIER
    • 5 153 mots
    ...les sociétés segmentaires sans statuts héréditaires, un homme, pour s'élever au-dessus des autres et devenir un « leader », doit accumuler un « fonds de pouvoir » (Malinowski), amasser des richesses pour les distribuer avec une générosité calculée. Il crée ainsi, avec l'aide de ses parents puis de tous...
  • Afficher les 74 références

Voir aussi