Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

POUVOIR (notions de base)

Le règne de la surveillance

Un dernier ressort du pouvoir, et peut-être son ressort le plus puissant, n’a été identifié que dans la Modernité : il s’agit de la surveillance. À la fin du xviiie siècle, le philosophe anglais Jeremy Bentham (1748-1832) a imaginé une structure architecturale qui n’a guère retenu l’attention avant que des penseurs du xxe siècle n’en soulignent l’importance : le « panoptique » (panopticon). Il s’agit d’un projet de prison dont l'architecture est telle que les prisonniers sont surveillés nuit et jour par un petit nombre de gardiens. Jeremy Bentham la décrit en ces termes : « La tour d’inspection [...] permet au regard de l’inspecteur de plonger dans les cellules, et l’empêche d’être vu, en sorte que d’un coup d’œil il voit le tiers des prisonniers [...] Mais fut-il absent, l’opinion de sa présence est aussi efficace que sa présence même » (Panopticon, 1780).

Michel Foucault (1926-1984) a considéré ce panoptique comme le paradigme du pouvoir, d’un pouvoir non plus pyramidal mais « sans sommet », d’un système de contrôle d’autant plus inquiétant qu’il gomme les aspects violents des anciennes formes de domination en rendant plus difficile toute résistance. « C’est une machine où tout le monde est pris, aussi bien ceux qui exercent le pouvoir que ceux sur qui ce pouvoir s’exerce », écrit Michel Foucault, « une machinerie dont nul n’est titulaire » (L’Œil du pouvoir, 1977). Écoles, prisons, casernes seraient les trois modalités de ce pouvoir moderne sans sommet auquel le philosophe, dans la dynamique intellectuelle des années 1960, a consacré une partie de son œuvre.

Que l’on partage ou non les analyses de Michel Foucault, il semble difficilement contestable qu’une nouvelle et décisive étape de la surveillance généralisée ait vu le jour. Enserrés dans la toile géante qu’est le Web, englués dans des réseaux sociaux auxquels ils accordent sans en être conscients un gigantesque pouvoir de contrôle, catégorisés toujours plus finement par une intelligence artificielle omnisciente, les individus n’habitent-ils pas sans le savoir un panoptique planétaire ? Sur une Terre globalisée et de plus en plus uniformisée ne sont-ils scrutés jour et nuit par un surveillant auquel rien n’échappe ? « Big Brother iswatchingyou » : la célèbre formule de la dystopie 1984 (publiée en 1949), de George Orwell (1903-1950), en viendrait-elle, désormais, à résumer notre condition ?

— Philippe GRANAROLO

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

    • Écrit par Miguel ABENSOUR
    • 7 899 mots
    • 1 média
    ...interne. Le projet légitime de la raison de libérer les hommes de la peur – peur de la mort, peur des dieux – donne lieu à inversion quand il s'inscrit sous le signe de la souveraineté, quand il identifie malencontreusement la libération de la peur à une volonté de souveraineté. C'est dans cette désastreuse...
  • ALAIN ÉMILE CHARTIER, dit (1868-1951)

    • Écrit par Robert BOURGNE
    • 4 560 mots
    ...l'inégalité de fait par la proclamation de la souveraineté du peuple. Mais cela même transforme la République. Si le peuple, qui n'exercera jamais aucun pouvoir, est dit souverain, c'est que le pouvoir a cessé de l'être. La force en s'organisant se règlemente et appelle le droit, mais elle ne peut se valider...
  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...explicatifs, c'est-à-dire les théories totalisantes et les politiques révolutionnaires du passé. Affirmer détenir la vérité ou connaître la réalité des choses, c'est exercer un pouvoir dans la mesure où c'est sa propre voix qui est exposée aux dépens des autres voix. Avec lui (et bien qu'ils ne se soient eux-mêmes...
  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 4 849 mots
    • 3 médias

    L’anarchie en tant que pensée politique émergea vers le milieu du xixe siècle, en même temps que l’anthropologie sociale (ou ethnologie), laquelle fut d’abord livresque, avant de se pratiquer sur le terrain à partir de la fin du même siècle. Pourtant, ces deux domaines, malgré quelques pionniers,...

  • Afficher les 74 références

Voir aussi