PÉRIURBANISATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les facteurs de la périurbanisation

Une multitude de causes, qui relèvent autant du politique et de l'économique que d'une transformation des mentalités, permet de rendre compte de la diffusion périurbaine.

Le développement des moyens de transport

La généralisation de l'automobile individuelle constitue un facteur important d'étalement urbain. En France, depuis les années 1960, le temps de déplacement par personne et par jour n'évolue presque pas. En revanche, la distance parcourue quotidiennement a été multipliée par deux et demi. Ces progrès n'ont pas fait gagner du temps mais de l'espace. La vitesse de déplacement a augmenté par la conjonction de l'effort financier des ménages pour se procurer un voire plusieurs véhicules individuels, des innovations techniques des constructeurs automobiles, du bas coût de l'énergie, du réseau performant fourni et financé par la puissance publique. En raison du maillage dense de voies rapides aménagées dans l'espace périurbain, la durée du déplacement augmente moins vite que sa longueur géographique et facilite l'extension périurbaine, surtout à proximité de ces voies.

La forme des villes résulte donc pour une bonne part d'un système de mobilité qui a tendu à son étalement et à sa fragmentation géographique. Le périurbain est le résultat territorial de la vitesse croissante de déplacement.

Aspirations et représentations

Mais l'émergence des territoires périurbains doit être appréhendée comme résultant également des aspirations culturelles, représentations et imaginaire collectif des populations : rejet de la ville, recherche d'un environnement et d'un cadre de vie, horizon social de l'accession à la propriété. Il y a une demande de terrain, d'espace par les citadins. Les progrès techniques successifs et les gains de vitesse ont peu à peu permis la réalisation de ces aspirations. Les choix résidentiels se construisent par une tension entre des aspirations pour un mode de vie ou des avantages environnementaux et des contraintes induites par la réalité des marchés fonciers, immobiliers et de l'emploi.

Les mécanismes fonciers et immobiliers

La périurbanisation est en effet alimentée, en partie, par la spéculation foncière, entretenue par la perspective d'une croissance urbaine rapide. Les prix pratiqués dans les centres-villes étant trop élevés pour les ménages des classes moyennes, ces derniers font le choix de déménager pour devenir propriétaires d'un bien conforme à leurs attentes. Ce faisant, ils donnent priorité à la localisation de leur nouvelle résidence sur la proximité au travail, repoussant toujours plus loin les franges urbaines. Les dynamiques du marché foncier et immobilier consomment ainsi l'espace agricole aux portes des métropoles. Globalement, il n'y a pas de projet urbain dans les espaces ainsi construits, simple juxtaposition d'infrastructures techniques et économiques, et de modèles bas de gamme reproduits à l'envie par les promoteurs, principaux acteurs de ces territoires. Ce mode d'urbanisation par opportunité génère d'une part de l'enclavement, car il est guidé par une logique commerciale et non par une véritable politique publique visant à l'équité des territoires et, d'autre part, une consommation de l'espace à nulle autre pareil dans l'histoire urbaine.

Mais ce facteur peut se retourner en fonction de la conjoncture. Par exemple, la crise financière de 2007-2008 qui a fortement touché l'Islande a mis fin brutalement à des opérations d'aménagement massives en secteur périurbain. C'est ainsi qu'autour de Reykjavik des lotissements pavillonnaires isolés, qui devaient à l'origine être complétés par des infrastructures routières, des équipements, des commerces, témoignent de la faillite des promoteurs et de l'éclatement de la bulle spéculative immobilière.

Le facteur politique

Enfin, le facteur politique ne doit pas être omis. Par leur rôle dans le développement d'infrastructures et de réseaux, leur aide à l'accès à la propriété individuelle, les États participent au processus de périurbanisation. En France, la politique nationale a été, même indirectement, un moteur de la croissance périurbaine, par la mise en place d'un cadre législatif favorable et l'aide à l'accession à la propriété. Mais elle a aussi freiné les extensions périurbaines par des mesures protectrices de l'environnement (par la loi littorale du 3 janvier 1986 par exemple, qui interdit toute construction et installation nouvelle à moins de 100 mètres du rivage en dehors des zones déjà urbanisées). D'autres États européens, par leurs politiques foncières, ont contribué à limiter l'étalement urbain. Ainsi, en Suède et aux Pays-Bas, le foncier est protégé de toute spéculation par de puissants mécanismes publics de préemption.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Zone périurbaine, Arizona

Zone périurbaine, Arizona
Crédits : Tim Roberts Photography/ Shutterstock

photographie

Agriculture périurbaine, Tōkyō

Agriculture périurbaine, Tōkyō
Crédits : E. Ducom

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en géographie, aménagement de l'espace et urbanisme à l'université de Paris-IV-Sorbonne, agrégée de géographie

Classification

Autres références

«  PÉRIURBANISATION  » est également traité dans :

AGRICULTURE URBAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Xavier LAUREAU
  •  • 6 271 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Un nouvel outil d’aménagement des espaces urbanisés »  : […] De nouvelles approches d’aménagement urbain sont à mettre en relation avec la nécessité de juguler la congestion des grandes métropoles, d’y améliorer la qualité de l’air, de réduire les îlots de chaleur… Les démarches de développement durable présentent l’intérêt, au travers de leurs différentes dimensions (environnementales, économiques, sociales, territoriales, éthiques), de proposer des solu […] Lire la suite

ERFURT

  • Écrit par 
  • Christophe QUÉVA
  •  • 795 mots
  •  • 1 média

Erfurt est la capitale de l’État libre de Thuringe , en Allemagne . Elle comptait 212 000 habitants en 2017, ce qui en fait la ville la plus peuplée du Land, devant Iéna et Gera. Située au cœur de ce territoire, elle a tissé des liens importants avec les villes voisines de Gotha, Weimar et, plus loin, Iéna, ce qui contribue à renforcer sa centralité. La première mention d’Erfurt remonte au viii e […] Lire la suite

ESPACE RURAL

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 7 324 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les campagnes périurbaines ou campagnes citadines »  : […] Mieux intégrés aux développements de la mondialisation, les espaces ruraux périurbains se différencient presque point par point des campagnes « profondes », éloignées ou très éloignées des métropoles. Ils sont en croissance rapide, pratiquement partout dans le monde, sur le plan démographique. Dans les pays émergents et les pays pauvres, ils accueillent, souvent dans des conditions matérielles pr […] Lire la suite

GÉOGRAPHIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Isabelle THOMAS
  •  • 6 605 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Principes de localisation des entreprises à une échelle plus fine »  : […] Chaque localisation économique est unique, mais il existe des ressemblances et des théories pour les expliquer ainsi que des outils d’aide à la décision, tels que les modèles de localisation optimale d’industries ou de commerces. On observe également que la mobilité accrue des personnes et des marchandises et la rareté des espaces intra-urbains ont engendré l’exurbanisation, spontanée ou planifiée […] Lire la suite

KAWASAKI

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 806 mots
  •  • 1 média

Kawasaki est une ville japonaise de 1,49 million d’habitants (2016) située dans le département de Kanagawa, entre Tōkyō au nord-est et Yokohama au sud-ouest. Tout en longueur, elle s'étire d'ouest en est sur 144,35 kilomètres carrés en suivant le cours du fleuve Tama, à l'embouchure duquel le port et la ville-étape historique de Kawasaki ont été aménagés. Si des établissements antérieurs sont att […] Lire la suite

KYŌTO

  • Écrit par 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 4 712 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La ville contemporaine »  : […] Si la ville-centre a été épargnée par les bombardements américains de la Seconde Guerre mondiale, qui n'ont touché que quelques quartiers industriels périphériques, le Kyōto contemporain a pourtant connu de profondes mutations par rapport aux ères Meiji (1868-1912) et Taishō (1912-1926). Trois processus majeurs caractéristiques du passage des logiques urbaines aux logiques métropolitaines ont remo […] Lire la suite

MAGDEBOURG

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 757 mots
  •  • 2 médias

Capitale du Land de Saxe-Anhalt en Allemagne , Magdebourg ( Magdeburg en allemand) se situe dans la vallée de l’Elbe au contact des massifs hercyniens de l’Allemagne moyenne et de la grande plaine germano-polonaise. Sa population était de 245 000 habitants en 2017. Mentionnée dans les cartulaires carolingiens au ix e  siècle, la ville s’établit sur les hautes terrasses de la rive gauche du fleuve […] Lire la suite

MÉTROPOLISATION

  • Écrit par 
  • Dominique RIVIÈRE
  •  • 6 711 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des recompositions sociales métropolitaines pluriscalaires  »  : […] Il faut surtout relever la complexité des échelles – communes, quartiers voire échelle plus fine encore – auxquelles s’opèrent les recompositions sociales. Les franges périurbaines voient la juxtaposition, sur peu de kilomètres de distance, de communes marquées par des phénomènes de relégation et d’autres par des logiques d’entre-soi. La difficulté à analyser de façon cohérente ces dynamiques, à […] Lire la suite

PAPEETE

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 1 028 mots
  •  • 3 médias

Située sur l’île de Tahiti, Papeete est le chef-lieu de la Polynésie française . La ville est née de l’évangélisation et de la colonisation, dans la première moitié du xix e  siècle. Au moment de l’instauration du protectorat français, en 1842, le gouverneur Armand Joseph Bruat en fait la capitale de Tahiti parce qu’il s’agit d’un site portuaire favorable, avec une large passe dans le récif qui p […] Lire la suite

REYKJAVIK

  • Écrit par 
  • Estelle DUCOM
  •  • 784 mots
  •  • 2 médias

Située dans le sud-ouest de l’Islande, dans la baie de Faxaflói, à 250 kilomètres du cercle polaire arctique, Reykjavik est la plus nordique des capitales. Elle bénéficie d'un climat subpolaire océanique. La température annuelle moyenne y est de 4,5  0 C, en raison de l’influence de la dérive nord-atlantique, un courant chaud qui prolonge le Gulf Stream. Le nom littéral de Reykjavik (« baie des fu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Estelle DUCOM, « PÉRIURBANISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/periurbanisation/