REYKJAVIK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Islande : carte administrative

Islande : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Reykjavik, Islande

Reykjavik, Islande
Crédits : Jon Arnold Images/ hemis.fr

photographie


Située dans le sud-ouest de l’Islande, dans la baie de Faxaflói, à 250 kilomètres du cercle polaire arctique, Reykjavik est la plus nordique des capitales. Elle bénéficie d'un climat subpolaire océanique. La température annuelle moyenne y est de 4,5 0C, en raison de l’influence de la dérive nord-atlantique, un courant chaud qui prolonge le Gulf Stream.

Islande : carte administrative

Islande : carte administrative

Carte

Carte administrative de l'Islande. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le nom littéral de Reykjavik (« baie des fumerolles ») tient à la situation de la ville, sur la dorsale médio-atlantique, relief sous-marin où s’affrontent deux plaques tectoniques majeures. À Reykjavik, le chauffage et le réseau d’eau chaude sont d’origine géothermique. La culture du bain chaud en plein air y est en outre très présente, au cœur de la vie sociale, comme dans l’ensemble du pays.

Selon le Landnámabók (manuscrit décrivant la colonisation de l’Islande), les premiers colons norvégiens seraient arrivés dans la région de Reykjavik à la fin du ixe siècle. Jusqu’au xviiie siècle, Reykjavik s’apparente à un gros village agricole et de pêcheurs. Une petite industrie (construction navale, industrie de la laine, exploitation du soufre) se développe ensuite, sous l’égide des colons danois. En 1845, l'Althing (le Parlement islandais) est rétabli à Reykjavik, qui devient le siège politique du pays. L’Islande passe du statut de colonie danoise à celui d’État souverain en 1918, puis elle devient une république indépendante le 17 juin 1944, avec pour capitale Reykjavik.

Le véritable développement de la capitale, qui démarre au xxe siècle, s’accélère après la Seconde Guerre mondiale. Les effets économiques de l'occupation américaine furent en effet très positifs pour la ville ; l’aéroport international de Keflavík, par exemple, fut construit par les États-Unis. Comme ailleurs en Europe, l’après-guerre en Islande est marquée par un fort exode rural et la croissance rapide de la capitale. Le développement économique s’intensifie : industrie pharmaceutique, informatique, fret maritime [...]

Reykjavik, Islande

Reykjavik, Islande

Photographie

Capitale et seule grande ville de l'Islande, Reykjavik a connu au XXe siècle une croissance rapide. Vue de la ville depuis la Hallgrimskirkja, qui fut le plus haut bâtiment du pays jusqu'en 2008. 

Crédits : Jon Arnold Images/ hemis.fr

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en géographie, aménagement de l'espace et urbanisme à l'université de Paris-IV-Sorbonne, agrégée de géographie

Classification


Autres références

«  REYKJAVIK  » est également traité dans :

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 476 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les grands secteurs d'activité »  : […] L'agriculture ne bénéficie pas de conditions favorables. La côte septentrionale, longée par la dérive orientale du Groenland, est assez froide (limite des neiges éternelles à 400 m). Ailleurs, la dérive nord-atlantique réchauffe l'atmosphère (neiges éternelles à 1 400 m), mais les fortes précipitations entraînent des crues de printemps difficilemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islande/#i_35647

Pour citer l’article

Estelle DUCOM, « REYKJAVIK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reykjavik/