OCÉANOGRAPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Spirale d’Ekman

Spirale d’Ekman
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Salle des aquariums de la station biologique de Roscoff

Salle des aquariums de la station biologique de Roscoff
Crédits : Ed. Villard/ Collections musée de Bretagne et Ecomusée du Pays de Rennes

photographie

Bathysphère

Bathysphère
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Fumeur noir

Fumeur noir
Crédits : NOAA USDC

photographie

Tous les médias


Pendant des siècles, les hommes n’ont eu qu’une connaissance de la mer limitée à ses faibles profondeurs, ses eaux superficielles, suffisante pour la navigation et la pêche. L’étude vraiment scientifique de l’océan, l’océanographie, cherchant à comprendre ce qui se passe sous la surface, rendue possible grâce aux progrès de la navigation, n’a réellement commencé qu’à la fin du xixe siècle. Jusqu’au milieu du xxe siècle, les océanographes ont exploré l’ensemble de l’océan mondial, sa physique, sa chimie, ses fonds, sa faune et sa flore. Après la Seconde Guerre mondiale, ils vont plonger dans les grandes profondeurs avec des submersibles et s’attacher à comprendre les mécanismes du monde marin. À partir des années 1960, la découverte de l’expansion des fonds océaniques révolutionne notre vision des océans et de l’histoire de notre planète, tandis que les progrès des techniques et l’utilisation de l’informatique, des satellites d’observation, ainsi que l’emploi de modèles mathématiques offrent aux océanographes de puissants moyens de recherche. Depuis la fin du xxe siècle, les problèmes que pose le changement climatique donnent une nouvelle orientation aux recherches océanographiques. Et celles-ci fournissent une bonne connaissance de l’océan mondial même s’il reste encore beaucoup à comprendre, notamment sur les échanges entre les eaux superficielles et les eaux profondes.

Un océan mondial

L’ensemble des océans et des mers recouvre près de 71 p. 100 de la surface du globe terrestre, soit quelque 361 millions de kilomètres carrés, et correspond à un volume d’eau de 1 370 millions de kilomètres cubes. Il y a continuité de la masse océanique mondiale, c’est-à-dire qu’il n’y a qu’un seul et même océan – l’océan mondial – avec des régions – les océans et les mers – qui possèdent leurs propres caractéristiques. La science de l’océan, l’océanographie, intègre un ensemble de disciplines scientifiques interdépendantes. La géologie, la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

ACCRÉTION géologie    ACOUSTIQUE SOUS-MARINE    HONORÉ CHARLES ALBERT Ier    ALVIN sous-marin    VIE AQUATIQUE    ARCHIMÈDE bathyscaphe    BATHYMÉTRIE    VIE BENTHIQUE    CÂBLES SOUS-MARINS    CARBONIQUE GAZ ou DIOXYDE DE CARBONE    CIRCULATION OCÉANIQUE    CORIOLIS ACCÉLÉRATION ou FORCE DE    COURANTS MARINS    CROÛTE CONTINENTALE    CROÛTE OCÉANIQUE    EAU DE MER    EAU PROFONDE NORD-ATLANTIQUE (E.P.N.A.)    COUCHE D' EKMAN    EXPLORATIONS ET EXPÉDITIONS SCIENTIFIQUES    FOSSES OCÉANIQUES    HYDROSPHÈRE    HYDROTHERMALISME OCÉANIQUE ET SOURCES HYDROTHERMALES SOUS-MARINES    INVERTÉBRÉS    HENRI DE LACAZE-DUTHIERS    LAVE    LOCALISATION PAR SATELLITE    MARÉES OCÉANIQUES    HISTOIRE DE LA MARINE    SYSTÈMES DE NAVIGATION PAR SATELLITE    NAVIRES SCIENTIFIQUES    OCÉANOGRAPHIE CHIMIQUE    VIE PÉLAGIQUE    PLATEAU CONTINENTAL    POPULATIONS ANIMALES & VÉGÉTALES    PROFONDEURS OCÉANIQUES biologie    PYTHÉAS    SALINITÉ    SATELLITES DE NAVIGATION ET DE POSITIONNEMENT    SATELLITES D'OBSERVATION DE LA TERRE    SCAPHANDRES    HISTOIRE DES SCIENCES    SÉDIMENTATION MARINE    SONDAGES géophysique    GÉOLOGIE SOUS-MARINE    TEMPÉRATURE    TOPEX-POSÉIDON satellite    TRIESTE bathyscaphe

Pour citer l’article

Patrick GEISTDOERFER, « OCÉANOGRAPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanographie/