OCÉANOGRAPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Islande : carte ancienne

Islande : carte ancienne
Crédits : Fine Art Photographic Library/ Corbis/ Getty Images

photographie

Spirale d’Ekman

Spirale d’Ekman
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

HMS Challenger, corvette britannique

HMS Challenger, corvette britannique
Crédits : Courtesy of NOAA Photo Library

photographie

Salle des aquariums de la station biologique de Roscoff

Salle des aquariums de la station biologique de Roscoff
Crédits : Ed. Villard/ Collections musée de Bretagne et Ecomusée du Pays de Rennes

photographie

Tous les médias


Des idées nouvelles, des moyens nouveaux

Dans la seconde partie du xxe siècle, notre vision des océans évolue profondément. Un siècle après la découverte des grandes profondeurs, toutes nos idées sur l'histoire de notre globe sont remises en cause en quelques années. C'est du fond des mers qu'est venue cette révolution avec une théorie qui oblige à repenser toutes nos connaissances en géophysique, géologie et biologie. Au cours des années 1960, une compréhension nouvelle de l’origine des océans, née aux États-Unis, s’impose à tous, une version moderne et hautement élaborée de la théorie de la dérive des continents formulée dès 1912 par Alfred Wegener : l’expansion des fonds océaniques. En 1976, au cours d'une expédition océanographique américaine, des photographies prises avec des caméras automatiques remorquées au niveau de l'axe de la dorsale des Galapagos révèlent, sur des fonds de 2 500 à 3 000 mètres, la présence de sources hydrothermales chaudes. En 1977, les plongées du submersible américain Alvin permettent de découvrir, groupées autour des sorties des fluides hydrothermaux chargés de composés métalliques, de surprenantes et riches communautés animales. Les années suivantes, des dépôts hydrothermaux très riches en sulfures sont découverts par l’Alvin (sur la dorsale des Galapagos, à 210 N), et par le submersible français Cyana (sur la dorsale du Pacifique oriental, également à 210 N). De ces « cheminées », parfois hautes de plus d'une dizaine de mètres, s'échappent des fluides à des températures élevées (de quelques degrés à 350 °C) à proximité desquels vivent de nombreux animaux. Ces fluides sont chargés de minéraux qui précipitent au contact de l’eau froide, formant donc des dépôts, en particulier de sulfures. En 1981, un vaste champ hydrothermal, à 2 600 mètres de profondeur, est découvert sur la dorsale du Pacifique oriental (entre 110 N et 130 N) lors d’une campagne du Jean-Charcot. Dès lors, l’ensemble des dorsales fait l’objet de missions de recherche au cours desquelles les submersibles jouent un rôle essentiel.

Fumeur noir

Fumeur noir

Photographie

Cette photographie montre une cheminée hydrothermale (ou fumeur noir) localisée sur la dorsale Juan de Fuca dans le nord-est du Pacifique et émettant un fluide chaud. Malgré des conditions environnementales a priori très hostiles (température et pression élevées, absence de lumière),... 

Crédits : NOAA USDC

Afficher

À la fin du xxe siècle, les recherche [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages



Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick GEISTDOERFER, « OCÉANOGRAPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanographie/