GÊNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Héritière d'une puissante république marchande indépendante jusqu'à la fin du xviiie siècle, Gênes est le premier port maritime d'Italie et la cinquième ville du pays (640 000 hab. en 2005). Genuensis, ergo mercator (Génois, donc marchand) : le mot caractérise aussi l'histoire même de Gênes. Cette histoire est celle d'une communauté d'aventuriers et de marchands, quittant un sol ingrat pour créer, dès le xiie siècle, une chaîne de comptoirs le long des grands axes commerciaux méditerranéens, et servir d'intermédiaires entre l'Orient et l'Occident sachant, malgré les rivalités inévitables, acquérir par ces échanges une prodigieuse fortune et devancer les mutations nécessaires aux changements de la situation historique. Marins, négociants, banquiers, explorateurs du monde, les Génois ont manifesté une énergie, un esprit d'entreprise, un sens des affaires exceptionnels.

Italie : carte administrative

Carte : Italie : carte administrative

Carte administrative de l'Italie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Ces succès ont leurs revers. Farouchement individualiste, étranger à la notion d'une discipline collective, ce peuple de marchands n'a pas su assurer à sa ville une stabilité politique. L'histoire de la Commune génoise n'est qu'une suite de complots, de soulèvements, d'exils et de retours, où s'épuisent les factions, où se perd l'indépendance de la ville. Face aux particuliers, l'État, qui leur a aliéné ses ressources, est impuissant. À partir de 1528, le pouvoir passe aux mains de l'aristocratie financière qui donne enfin à l'État des institutions solides. La politique est désormais l'art de sauvegarder un capital investi dans toute l'Europe. L'habileté des grands a été telle que la République aristocratique a su se maintenir, contre ses puissants voisins, jusqu'à l'arrivée de Bonaparte en Italie.

Des origines obscures

Jacques de Voragine, auteur d'une chronique de Gênes jusqu'en 1296, attribue à Janus la fondation de sa ville. La légende a une part de vérité : Genua signifie étymologiquement le débouché, le passage, que symbolise le dieu au double visage.

Le site – une colline dominant une baie en eau profonde – est occupé dès le ve siècle avant J.-C. Des nécropoles révèlent la coexistence de noyaux ethniques différents, Ligures, Étrusques et Grecs peut-être. Gênes entre dans l'alliance romaine au moment des guerres puniques et sert de base de départ aux Romains lors de leur conquête de la Ligurie. Malgré l'ouverture des voies Postumia et Æmilia Scauri, la romanisation est lente et difficile ; elle laisse à Gênes peu de témoignages. La ville paraît s'effacer de l'histoire jusqu'au iiie siècle après J.-C., lorsque se constitue la première communauté chrétienne, sous la conduite d'évêques dont le plus célèbre est san Siro (vers 360).

Les notices concernant le haut Moyen Âge sont rares. Au début du vie siècle, Gênes tombe au pouvoir des Goths de Théodoric, puis en 537 des Byzantins. Elle est conquise par les Lombards vers 640, par les Francs après 774, qui l'englobent au ixe siècle dans la marche de Toscane. Ces dominations successives ne brisent pas la continuité de la vie citadine. Refuge de reliques et de trésors qu'une flotte fatimide pille en 935, Gênes reconstruit ses murs après 950 et obtient du roi d'Italie, Bérenger II, la reconnaissance de ses coutumes (958).

Au xie siècle s'affermit l'indépendance politique de la ville en même temps que se prépare son essor économique. Sous l'autorité théorique des marquis Obertenghi et de leurs délégués, les vicomtes, Gênes passe vite sous la coupe de ses évêques (1056) qui entrent en conflit avec les marchands et les familles vicomtales. La première croisade impose un accord : la Compagna, association jurée de tous les habitants, temporaire mais renouvelable. De la Compagna naît la Commune où les consuls exercent l'autorité que détenait jadis l'évêque.

Avec les excédents de leurs revenus fonciers, les Génois construisent des bateaux qui vont attaquer les Sarrasins en Sardaigne (1016), en Tunisie (1087) et en Espagne (1092-1093). Le butin rapporté de ces expéditions de représailles alimente le commerce et permet d'armer de nouveaux navires. Gênes est ainsi prête à répondre à l'appel d'Urbain II en fournissant aux croisés l'aide de sa flotte.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Italie : carte administrative

Italie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Entrée triomphale de Louis XII dans Gênes, J. Bourdichon

Entrée triomphale de Louis XII dans Gênes, J. Bourdichon
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Gênes

Gênes
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GÊNES  » est également traité dans :

AJACCIO

  • Écrit par 
  • Bernard RAFFALLI
  •  • 895 mots
  •  • 1 média

Chef-lieu de la collectivité territoriale de Corse et du département de la Corse-du-Sud, « cité impériale » ainsi que la nomment ses habitants, Ajaccio (67 007 hab. en 2012) occupe dans la partie sud-ouest de l'île les bords d'un des plus beaux golfes de la Méditerranée . La légende prétendait que la ville avait été fondée par Ajax. En fait, parmi les diverses étymologies proposées pour Ajaccio, l […] Lire la suite

BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

  • Écrit par 
  • Patrice BAUBEAU
  •  • 6 502 mots

Dans le chapitre « L'exemple néerlandais »  : […] L'absence d'institutionnalisation complète, selon les trois critères indiqués, de la banque dans l'Empire romain pourrait expliquer la rareté des sources écrites et des traces archéologiques. Il n'en demeure pas moins que les opérations de banque ne disparaissent pas après 476, ne serait-ce que dans le cadre des activités marchandes ou des transferts effectués par l'Église ou les organisations aff […] Lire la suite

BASTIA

  • Écrit par 
  • Bernard RAFFALLI
  •  • 1 039 mots
  •  • 2 médias

Préfecture du département de la Haute-Corse, Bastia (44 121 hab. dans la commune et 66 717 dans l'agglomération en 2012) jouit au nord-est de l'île, à 55 kilomètres de l'île d'Elbe et à 110 kilomètres de Livourne, d'une position très avantageuse : au nord, le cap Corse avec ses vignobles fameux (Patrimonio), région traditionnellement fertile, en net recul cependant ; au sud, la vaste plaine orient […] Lire la suite

BYZANCE - L'Empire byzantin

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 13 297 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'Occident utile et détesté »  : […] Désormais il ne reste à jouer qu'une seule carte à l'État byzantin, et elle sera jouée, toujours avec les mêmes déceptions, sous Jean V, sous Jean VIII, sous Constantin XI : la carte de l'Occident. Au pape seul Byzance a encore quelque chose à offrir : la fin du schisme et l'union avec Rome, en échange d'un secours sous la forme d'une croisade contre les Turcs organisée par Rome. Malgré des effort […] Lire la suite

CORSE

  • Écrit par 
  • Christian AMBROSI, 
  • Gilbert GIANNONI, 
  • Janine RENUCCI, 
  • André RONDEAU
  •  • 8 398 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La papauté, Gênes et l'Aragon »  : […] Avec l'effondrement du monde romain s'efface aussi ce temps de prospérité. La Corse, comme le reste de l'Europe, voit déferler les Barbares (Vandales). Au début du vi e siècle après J.-C., l'Empire romain centré à Byzance tente de reprendre ses anciennes provinces ; la Corse est conquise sous Justinien, mais la domination byzantine, avec les exactions des collecteurs d'impôts, n'apporte que la mi […] Lire la suite

DORIA ANDREA (1466-1560)

  • Écrit par 
  • Michel BALARD
  •  • 331 mots

Né à Oneglia, Andrea Doria mène longtemps une vie de condottiere, au service d'Innocent VIII, du duc d'Urbino, de Ferdinand I er de Naples, de Giovanni della Rovere, avant de passer en Corse pour y mater une insurrection. À partir de 1512, il lutte aux côtés des Fregoso contre les Français, maîtres de Gênes, puis, après la bataille de Marignan, il change de camp et devient amiral de la flotte gén […] Lire la suite

DYSLEXIE

  • Écrit par 
  • Franck RAMUS
  •  • 1 725 mots

Dans le chapitre « Origines génétiques »  : […] En effet, il a été remarqué depuis plus d’un siècle qu’on retrouve souvent plusieurs personnes dyslexiques dans la même famille. Les études de jumeaux et d’adoption, en dissociant la transmission génétique et la transmission environnementale, ont permis d’étayer l’hypothèse selon laquelle des facteurs génétiques seraient impliqués, à hauteur d’environ 50 p. 100, dans les facteurs de risque de la d […] Lire la suite

ÉCHANGES COMMERCIAUX ENTRE L'OCCIDENT ET BYZANCE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 324 mots

992 En échange du prêt de sa flotte pour transporter des troupes byzantines vers l'Italie, Venise reçoit, par un chrysobulle, un privilège : Basile II abaisse à 2 sous d'or les droits de passage payés par les Vénitiens à la douane d'Abydos. 1054 Schisme de Michel Cérulaire. Premier symptôme de l'incompréhension entre Rome et Byzance, cette crise n'a pas été vécue alors comme une rupture définiti […] Lire la suite

FREGOSO LES

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 287 mots

Famille de marchands génois. Au début du xiv e  siècle, un certain Rolando Fregoso est châtelain de Voltaggio, de Gavi et de Portovenere. En 1370, son fils Domenico (1325-1390) fait déposer le doge Gabriel Adorno et se fait proclamer à sa place, au terme d'un coup d'État. Pendant un siècle et demi, d'inexplicables luttes familiales entre les Fregoso et les Adorno vont désoler Gênes, allant jusqu'à […] Lire la suite

GAGINI ou GAGGINI LES (XVe-XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 315 mots

Famille de sculpteurs originaires de Bissone (Tessin), actifs à Gênes, à Naples et en Sicile dans la seconde moitié du xv e siècle (Giovanni d'Andrea est signalé de 1460 à 1491 à Gênes, notamment pour ses travaux au palais Doria en 1468). Domenico Gagini est la figure la plus intéressante. Né vers 1425, il travaille, entre 1448 et 1456, avec son neveu Elia dans la cathédrale de Gênes, à la chapel […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15 novembre 2019 France – Italie. Remise en liberté de Vincenzo Vecchi.

Elle pointe l’« irrégularité » du mandat d’arrêt européen émis par la justice italienne concernant la participation du militant aux violences qui avaient marqué la réunion du G8 à Gênes en 2001. En octobre, la cour avait déjà rejeté l’autre mandat d’arrêt relatif aux violences perpétrées lors d’une manifestation antifasciste à Milan en 2006, estimant purgée la peine à laquelle Vincenzo Vecchi avait été condamné dans cette affaire. […] Lire la suite

8-23 août 2019 France. Arrestation de Vincent Vecchi.

Vincent Vecchi s’était exilé en France sous une fausse identité, en 2011, après avoir été condamné dans son pays à deux reprises, une première fois, en 2007, à quatre ans de prison pour des violences perpétrées lors d’une manifestation antifasciste à Milan en 2006, et une seconde fois en 2009, à douze ans de prison, pour des violences commises lors des manifestations contre la réunion du G8 à Gênes en 2001. […] Lire la suite

14-18 août 2018 Italie. Effondrement d'un viaduc autoroutier à Gênes.

Le 14, le viaduc autoroutier Morandi, haut de quarante-cinq mètres, qui traverse le fleuve Polcevera à Gênes (Ligurie), s’effondre sur une longueur de plus de deux cents mètres. La catastrophe fait quarante-trois morts. Le gouvernement décrète l’état d’urgence dans la ville pour un an. Les défauts de structure de ce pont construit à la fin des années 1960 étaient connus. […] Lire la suite

2-8 février 2007 Italie. Mort d'un policier lors d'affrontements avec des supporters de football

La mort d'un supporter de Gênes, en janvier 1995, avait déjà entraîné une telle mesure, et celle d'un supporter de Naples, en septembre 2003, avait incité le gouvernement à renforcer les règles de sécurité lors des rencontres. Le 8, le gouvernement annonce que seuls six stades sur trente et un sont conformes aux normes de sécurité et peuvent en conséquence accueillir le public. […] Lire la suite

18-30 mai 2003 France. Début de l'affaire Alègre

Dominique Baudis dénonce une « machination » qu'il attribue aux « milieux liés à l'industrie pornographique » gênés, selon lui, par son action à la tête du C.S.A. Le 22, les deux témoins, qui se sont portés parties civiles, réitèrent leurs accusations devant le juge d'instruction. Les 24 et 25, un travesti toulousain surnommé « Djamel », interrogé par les gendarmes, confirme les dires des deux anciennes prostituées. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BALARD, Jacques GUILLERME, Michel ROUX, « GÊNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/genes/