AJACCIO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef-lieu de la collectivité territoriale de Corse et du département de la Corse-du-Sud, « cité impériale » ainsi que la nomment ses habitants, Ajaccio (67 007 hab. en 2012) occupe dans la partie sud-ouest de l'île les bords d'un des plus beaux golfes de la Méditerranée. La légende prétendait que la ville avait été fondée par Ajax. En fait, parmi les diverses étymologies proposées pour Ajaccio, la plus vraisemblable est celle qui la rattache au mot grec Agation, c'est-à-dire le bon port : en effet, le site a vu très tôt arriver des colons grecs. Il est aussi vraisemblable, comme certaines trouvailles archéologiques le suggèrent, qu'Ajaccio ait constitué sous les Romains le point d'aboutissement d'une voie transversale entre la côte occidentale et la côte orientale où se trouvait la capitale Aleria (l'Alalia des Grecs). Au viie siècle, le pape saint Grégoire le Grand mentionne plusieurs fois dans ses lettres Ajaccio parmi les évêchés de Corse, alors que l'île était placée sous l'autorité byzantine.

Corse : carte administrative

Corse : carte administrative

Carte

Carte administrative de la région Corse. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville ne prend pourtant d'importance réelle et n'accède vraiment à l'histoire qu'en 1492, date de construction de la citadelle. Sans jamais connaître le développement, voire la prospérité de Bastia, Ajaccio à partir du xvie siècle n'en devient pas moins le centre incontestable de la vie administrative de l'Au-Delà des monts.

En 1553, Ajaccio ouvre ses portes aux troupes corses de Sampiero, et Gênes qui mesure l'importance stratégique de la ville lui donne alors d'autres fortifications (1562). La population, à l'origine ligure, comme toujours dans les villes littorales de Corse, d'« invention » génoise, se voit peu à peu grossir de forts contingents corses venus de l'intérieur. Vers 1665, la population de la ville ne dépasse pas 5 000 habitants. Siège d'une garnison génoise contrôlée par un lieutenant-gouverneur, Ajaccio voit surtout se développer son port, au point qu'au début du xviie siècle son importance dépasse pendant quelques années celle de Bastia. C [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  AJACCIO  » est également traité dans :

BASTIA

  • Écrit par 
  • Bernard RAFFALLI
  •  • 1 038 mots
  •  • 2 médias

Préfecture du département de la Haute-Corse, Bastia (44 121 hab. dans la commune et 66 717 dans l'agglomération en 2012) jouit au nord-est de l'île, à 55 kilomètres de l'île d'Elbe et à 110 kilomètres de Livourne, d'une position très avantageuse : au nord, le cap Corse avec ses vignobles fameux (Patrimonio), région traditionnellement fertile, en net recul cependant ; au sud, la vaste plaine orient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bastia/#i_30221

CORSE

  • Écrit par 
  • Christian AMBROSI, 
  • Gilbert GIANNONI, 
  • Janine RENUCCI, 
  • André RONDEAU
  •  • 8 396 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une population accrue »  : […] Après un siècle de dépérissement, l'évolution régressive s'est inversée pour la Corse au cours de la décennie 1950-1960. L'impulsion est venue du dehors. Pourquoi et avec quels effets ? 176 000 habitants en 1962, 316 250 en 2012 : le gain de 140 500 habitants témoigne de l'arrêt du dépeuplement. L'arrivée de 17 500 rapatriés d'Afrique du Nord, entre 1957 et 1963, en a été la cause initiale. Plus d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corse/#i_30221

Pour citer l’article

Bernard RAFFALLI, « AJACCIO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ajaccio/