Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROACH MAX (1924-2007)

Un musicien engagé

C'est en 1952 que Max Roach a rencontré le jeune et brillant trompettiste Clifford Brown. Leur entente est à ce point exceptionnelle qu'ensemble ils fondent en 1954, sous leurs deux noms accolés, un quintette qui entrera dans la légende et qui ne se dissoudra qu'à la mort accidentelle de son talentueux partenaire, en juin 1956. La formation comptera d'abord Teddy Edwards et Carl Perkins, puis se stabilisera avec Harold Land, Richie Powell et George Morrow. Sonny Rollins participe aux derniers enregistrements du groupe. Au fil des concerts et des disques, il s'impose comme une référence absolue du style hard-bop. Max Roach tente de sortir de la profonde dépression où le plonge la mort de son irremplaçable coéquipier et de retrouver les moments rares qu'il vient de vivre en reconstituant une formation avec Ray Bryant, Kenny Dorham et Booker Little, sans pourtant retrouver l'équilibre et la fraîcheur d'inspiration qui marquaient son alliance avec Clifford Brown. Il est le partenaire de Sonny Rollins pour l'album Saxophone Colossus (1956) et fréquente les studios sous son propre nom ou en compagnie du Boston Percussion Ensemble. En 1959, il entreprend des études de composition. Très impliqué dans la lutte des Noirs pour leurs droits civiques, il introduit une dimension délibérément politique dans ses œuvres. Il publie en 1960, pour le label Candid, avec la collaboration de Coleman Hawkins et de Booker Little, sur un texte d'Oscar Brown Jr., un disque manifeste, violente suite antiségrégationniste, We Insist ! Freedom Now Suite (comprenant notamment Driva' Man, Freedom Day, Tears for Johannesburg), qui fait une large place à la voix de sa future épouse, la chanteuse engagée Abbey Lincoln. Il rejoint Charlie Mingus, Roy Eldridge et Eric Dolphy pour un nouvel album contestataire, Newport Rebels (1960). Pour Impulse, il enregistre en 1962 It's Time, album dans lequel il anime une formation où figurent notamment Clifford Jordan, Art Davis et Mal Waldron ainsi qu'un ensemble de 16 choristes. Le 17 septembre 1962, trois géants sont réunis à New York : Max Roach enregistre avec Duke Ellington et Charlie Mingus Money Jungle. Il se découvre de nouveaux partenaires – Freddie Hubbard, Cecil Bridgewater, Billy Harper – et se produit en quartette, parfois accompagné d'un quatuor à cordes. Drums Unlimited, enregistré en 1965 et 1966 pour Atlantic, fait partie de ses enregistrements les plus célèbres, avec trois plages réservées à de purs solos de batterie non accompagnée. Il fonde, en 1970, un ensemble de percussions, M' Boom Re : Percussion, qui enregistrera jusqu'au début des années 1990. Comme Charlie Mingus, mais sans jamais abandonner l'esthétique fondamentale du be-bop, il sera l'un des inspirateurs du free jazz. Démontrant une inépuisable capacité de renouvellement, il pratique alors des duos avec une série de musiciens qui appartiennent à l'avant-garde de son temps : Archie Shepp (Force, 1976), Dollar Brand (Stream of Consciousness, 1977), Anthony Braxton (Birth and Rebirth, 1978), Cecil Taylor (1979). En 1985, il participe au concert donné à la fête de l'Humanité pour célébrer la libération du leader sud-africain Nelson Mandela : il est en compagnie d'Eddy Louiss, de Bernard Lubat, de Manu Dibango et du chanteur malien Salif Keita. Il a composé plusieurs partitions, parmi lesquelles une musique de scène pour batterie et orchestre de chambre destinée au Songe d'une nuit d'été de Shakespeare, dont il assure la création, comme soliste et chef, à Milan en 1988. À partir de 1972, il enseigne la théorie musicale à l'université du Massachusetts, à Amherst. Max Roach meurt à New York le 15 août 2007.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BROWN CLIFFORD (1930-1956)

    • Écrit par Universalis
    • 392 mots

    Trompettiste américain de jazz né le 30 octobre 1930 à Wilmington, dans le Delaware, mort le 26 juin 1956 en Pennsylvanie, Clifford Brown est célèbre pour son lyrisme, la clarté de son timbre et sa technique exceptionnelle. Il est l'un des principaux représentants du style hard bop....

  • DAVIS MILES - (repères chronologiques)

    • Écrit par Pierre BRETON
    • 985 mots

    25 mai 1926 Miles Dewey Davis, III naît à Alton (Illinois), dans une famille noire, mélomane et bourgeoise.

    Septembre 1944 Miles Davis s'installe à New York, officiellement pour préparer son entrée à la Juilliard School of Music, en réalité pour rencontrer Charlie Parker.

    1945-1948 ...

  • JAZZ À MASSEY HALL

    • Écrit par Pierre BRETON
    • 270 mots

    Afin de s'évader d'un art classique porté à sa perfection par les grands orchestres swing et accaparé par les Blancs, afin de protéger l'esprit du jazz de l'invasion rampante des romances commerciales, quelques jeunes musiciens noirs inspirés par les audaces du guitariste...

  • LINCOLN ABBEY (1930-2010)

    • Écrit par Universalis, John LITWEILER
    • 722 mots

    Chanteuse, parolière, actrice, écrivain et poétesse, Abbey Lincoln a manifesté sa vie durant un engagement sans faille en faveur de la culture afro-américaine et des droits civiques.

    Née le 6 août 1930, à Chicago, dans l'Illinois, Anna Maria Wooldridge se produit d'abord dans des clubs du Michigan...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi