Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MANUSCRITS Le patrimoine écrit

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

La notion de « patrimoine écrit » s'applique à l'immense domaine des traces de la culture écrite conservées des origines jusqu'à nos jours. Des tablettes d'argile au papyrus, des stèles aux bois sculptés, des fiches de bambou aux rouleaux de soie, du parchemin au papier chiffon, du papier industriel au CD-ROM ou au réseau, les supports du patrimoine écrit, depuis plus de cinq millénaires, ont connu bien des métamorphoses selon les régions du monde, les civilisations et leurs technologies. Dépositaire du texte sous toutes ses formes, le patrimoine écrit constitue un ensemble gigantesque aux frontières difficiles à préciser : en droit, tout livre, manuscrit, document ou support porteur d'écritures en fait partie. Principal outil de communication à travers l'espace et support de transmission à travers le temps, l'écrit enregistre et interprète les événements, les coutumes, les croyances et les lois, l'évolution des mentalités, des institutions, des connaissances, des techniques, des sciences et des arts : à ce titre, sa conservation et son étude restent indissociables des notions mêmes de connaissance et de culture.

L'effondrement de la « Galaxie Gutenberg », annoncé par McLuhan, n'a pas eu lieu, la substitution au livre de l'écran et du disque dur, non plus. Les technologies informatiques semblent avoir ouvert à la culture écrite et au support papier un nouvel empire, plus vaste encore que celui de l'imprimerie. Mais le numérique et le multimédia ont entamé ce monopole de l'information et de la communication qui avait été, depuis cinq siècles et sans partage, le privilège de la chose imprimée. L'écrit est entré dans une phase de redéfinition qui ne devrait laisser intacts ni le support, ni le médium, ni le message lui-même, et qui modifie déjà les conditions de la lecture, de la communication et de la diffusion des textes.

La conscience de la transmission

Le culte des archives

La fin du xxe siècle, séduite par le CD-ROM et les réseaux, est au même moment fascinée par le monde de l'archive, du document autographe, des bibliothèques. Le patrimoine écrit, ressenti, avec raison, comme le vecteur même de la transmission culturelle, n'est pas seulement valorisé par l'imaginaire social comme garant et dépositaire de culture, il s'est aussi métamorphosé en objet de culte collectif et de recherche scientifique, en bénéficiant de la bienveillance des États et de toutes les faveurs de la mise en scène médiatique. Les instituts de conservation publics et privés se multiplient, de grands centres de recherche se spécialisent dans l'étude des manuscrits, on analyse les brouillons des écrivains pour comprendre la genèse des œuvres, des expositions sont consacrées aux carnets des savants, aux correspondances, aux écritures intimes : notre modernité célèbre dans le papier la conscience de la langue, le support de la création intellectuelle, le médium des découvertes et des chefs-d'œuvre, la substance même de la culture.

Symbole majeur, la bibliothèque centrale de la nation, constitue la monumentalisation sociale et politique de ce culte laïque, et ce n'est pas un hasard si, dans plusieurs pays, les dernières décennies du millénaire ont été consacrées à la construction ou à la rénovation de ces véritables temples de papier que sont les bibliothèques nationales. En Égypte avec la grande bibliothèque d'Alexandrie ; en Grande-Bretagne, avec la nouvelle British Library ; en Allemagne avec la Deutsche Bibliothek de Francfort ; à Caracas avec la bibliothèque nationale du Venezuela ; en France, avec l'édification à Paris des tours du site Tolbiac-François Mitterrand, la notion abstraite de « patrimoine écrit » s'est transformée partout en objet de débat public tout en se dotant, à travers les médias, d'une évidence matérielle éclatante[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de l'Université, docteur en sémiologie, chargé de recherche au CNRS, directeur adjoint de l'Institut des textes et manuscrits modernes

Classification

Pour citer cet article

Pierre-Marc de BIASI. MANUSCRITS - Le patrimoine écrit [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Média

<em>Voyage autour du monde</em>, Bougainville - crédits : AKG-images

Voyage autour du monde, Bougainville

Autres références

  • BROUILLONS D'ÉCRIVAINS (exposition)

    • Écrit par
    • 904 mots

    La Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, a présenté d'avril à juin 2001 une exposition intitulée Brouillons d'écrivains consacrée aux manuscrits « modernes ». En effet, c'est à travers ces pages de notes, scénarios, plans ébauches, brouillons, copies au net ou...

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

    • Écrit par , et
    • 16 566 mots
    • 2 médias
    Ont déjà été évoqués les manuscrits autochtones de l'épopée swahili LyongoFumo. Le cas n'est pas isolé, puisqu'on trouve aussi quelques manuscrits d'usagers relatifs à l'épopée toucouleure d'El Hadj Omar. Ces documents ne sont en fait destinés qu'à des clercs...
  • AIX-LA-CHAPELLE, histoire de l'art et archéologie

    • Écrit par
    • 1 001 mots
    • 2 médias

    Aix connut son apogée quand Charlemagne s'y installa définitivement, en 794. Il entreprit alors la construction d'un vaste palais sur un plan régulier imité de l'Antiquité romaine. L'ensemble a malheureusement disparu, à l'exception de la célèbre chapelle...

  • ANGLO-SAXON ART

    • Écrit par
    • 5 131 mots
    • 4 médias
    Le plus ancien manuscrit enluminé d'origine anglo-saxonne qui soit conservé est le « Livre de Durrow » (seconde moitié du viie s. ; bibliothèque du Trinity College, Dublin). Bien que certains auteurs lui attribuent une origine irlandaise, on le considère généralement aujourd'hui comme un travail...
  • ARMÉNIE

    • Écrit par , , , , , , et
    • 23 765 mots
    • 13 médias
    C'est l'art de la miniature qui nous permet de suivre les différentes étapes de la peinture. Malgré les nombreux désastres et destructions, nous possédons, du ixe siècle à une date tardive, une suite presque ininterrompue de manuscrits illustrés ; l'art de l' enluminure était encore...
  • Afficher les 45 références