MANUSCRITSHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les manuscrits enluminés

Donner à des textes didactiques et narratifs un appui et un commentaire visuels grâce à l'insertion d'images est une pratique attestée dès la fin de l'Antiquité ; mais le développement en est lié à la transformation qui s'est opérée, à partir du ier siècle de notre ère, dans la forme même du livre. La généralisation, à partir du ive siècle, du codex a en effet offert à l'image une surface autonome, la page, ou folio, ainsi qu'un support capable de recevoir une ou plusieurs couches de peinture et, le cas échéant, de l'or en feuille. L'illustration du livre – son enluminure –, conçue en fonction du nouvel espace de la page, est ainsi une invention spécifiquement médiévale.

Formes de l'illustration

Cette illustration présente trois formes essentielles. La plus ancienne, attestée dès la fin du vie siècle, consiste à souligner le début du texte et ses principales articulations par des lettres ornées, agrandies et décorées de motifs abstraits, géométriques, d'entrelacs ou de motifs végétaux, floraux, zoomorphes, etc. Vers le milieu du viiie siècle apparaissent des lettres historiées qui représentent un objet, un personnage, une scène dont le rapport au texte est plus particulièrement signifiant. Avec la lettre historiée s'affirme le caractère narratif de l'image et s'établit, de manière synthétique et condensée, un système de relation entre le texte et son illustration. Lettres ornées et historiées témoignent ainsi des différentes fonctions attribuées dès l'origine à l'illustration du livre manuscrit : sa dimension esthétique et ornementale ; son aspect fonctionnel, qui est d'assurer un repérage de l'écrit, d'en faciliter la lecture littérale ; le rôle enfin de relais, de commentaire visuel, d'interprétation qu'elle peut jouer dans son face-à-face avec le texte.

Notation neumatique

Photographie : Notation neumatique

Première page de la séquence de Pâques Laudes Salvatori de Notker Balbulus (ou le Bègue) figurant dans le recueil manuscrit Liber hymnorum (vers 880). Des neumes figurent en regard du texte, en bas à droite. Manuscrit conservé au monastère d'Einsiedeln (Suisse). 

Crédits : AKG-images

Afficher

La Création d'Adam, Bible d'Étienne Harding

Photographie : La Création d'Adam, Bible d'Étienne Harding

La Création d'Adam. Lettrine enluminée, Bible d'Étienne Harding. XIIe siècle. Bibliothèque de Dijon, France. 

Crédits : M. Seemuller/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

La décoration marginale, qui occupe un ou plusieurs des bords du folio, de l'espace laissé vide autour de la justification, a essentiellement une fonction ornementale. Elle est souvent constituée, à partir du xiiie siècle, de motifs végétaux et floraux entrelacés (de petites feuilles de vigne ou vignettes ou, à partir de 1400, sous l'influence italienne, de feuilles d'acanthe). Mais elle peut aussi intégrer des éléments d'information comme les armes, devises, emblèmes du possesseur du manuscrit. Au xve siècle, elle devient l'espace privilégié des effets de mise en perspective et de trompe-l'œil. À partir du xiiie siècle apparaissent fréquemment dans les marges des figures et des scènes drolatiques, grotesques voire obscènes, qui constituent autant de contrepoints, d'interprétation souvent délicate, au texte sacré ou profane qu'elles accompagnent.

Les enluminures proprement dites, souvent précédées ou suivies de rubriques, qui commentent aussi bien le contenu de l'image que celui du texte dans lequel elle est insérée, sont très généralement situées, dans la période gothique (xiiie-xve s.), à l'intérieur de la justification et dans la proximité du passage qu'elles illustrent. Dans les manuscrits d'origine italienne, en revanche, elles sont souvent disposées dans la marge inférieure du folio. Elles peuvent occuper la largeur d'une ou de plusieurs colonnes du manuscrit, voire du folio entier. Un rôle particulièrement important est dévolu, au seuil du texte, à la lettre initiale et/ou à l'enluminure initiale, chargées d'en illustrer synthétiquement le contenu et d'en orienter la lecture. Ces enluminures initiales représentent très souvent, dans les copies des Évangiles, l'évangéliste au travail recevant son inspiration soit du Saint-Esprit, soit du symbole qui lui est attaché. Un autre scénario particulièrement fréquent dans l'illustration religieuse puis profane est la remise par son auteur du livre achevé à son destinataire. Mais l'image initiale peut aussi proposer en une scène unique, ou plus souvent subdivisée en deux ou plusieurs scènes par le biais d'une construction en carrés ou en médaillons superposés, une vision synoptique de l'ensemble ou des constituants essentiels du récit à venir. Le déroulement des images dans l'espace pictural vient alors recouper et préfigurer le déroulement du récit dans le temps de la lecture. La disposition en médaillons superposés, fréquente au xiiie siècle, s'apparente étroitement à la disposition des scènes dans les vitraux. Dans l'un et l'autre cas est également soulignée la f [...]

Couronnement de Charlemagne en 800, enluminure

Photographie : Couronnement de Charlemagne en 800, enluminure

Couronnement de Charlemagne par le pape Léon III à Rome, le 25 décembre 800. Enluminure du xve siècle, extraite des «Grandes Chroniques de France». Bibliothèque nationale russe, Saint-Pétersbourg. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Livre d'Ésaïe, enluminure

Livre d'Ésaïe, enluminure
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Moine copiste, XVe siècle

Moine copiste, XVe siècle
Crédits : AKG-images

photographie

Notation neumatique

Notation neumatique
Crédits : AKG-images

photographie

La Création d'Adam, Bible d'Étienne Harding

La Création d'Adam, Bible d'Étienne Harding
Crédits : M. Seemuller/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : archiviste-paléolographe, docteur ès- lettres, directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section, sciences historiques et philologiques)

Classification

Autres références

«  MANUSCRITS  » est également traité dans :

MANUSCRITS - La critique génétique

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 13 193 mots

Depuis les années 1970, les études littéraires se sont enrichies d'une nouvelle approche, la « critique génétique », qui se propose de renouveler la connaissance des textes à la lumière de leurs manuscrits, en déplaçant l'interrogation critique de l'auteur vers l'écrivain, de l'écrit vers l'écriture, de la structure ve […] Lire la suite

MANUSCRITS - Le patrimoine écrit

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 7 509 mots
  •  • 1 média

La notion de « patrimoine écrit » s'applique à l'immense domaine des traces de la culture écrite conservées des origines jusqu'à nos jours. Des tablettes d'argile au papyrus, des stèles aux bois sculptés, des fiches de bambou aux rouleaux de soie, du parchemin au papier chiffon, […] Lire la suite

BROUILLONS D'ÉCRIVAINS (exposition)

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 895 mots

La Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, a présenté d'avril à juin 2001 une exposition intitulée Brouillons d'écrivains consacrée aux manuscrits « modernes ». En effet, c'est à travers ces pages de notes, scénarios, plans ébauches, brouillons, copies au net ou épreuves corrigées que les écriv […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les formes écrites de la littérature traditionnelle »  : […] Les littératures traditionnelles écrites constituent certes un domaine quantitativement marginal, comparé à l'immensité de celui des littératures orales. Elles méritent cependant d'être mentionnées car leur existence permet de mieux comprendre les relations de l'écrit et de l'oral dans les cultures africaines. Ont déjà été évoqués les manuscrits autochtones de l'épopée swahili Lyongo Fumo . Le cas […] Lire la suite

AIX-LA-CHAPELLE, histoire de l'art et archéologie

  • Écrit par 
  • Noureddine MEZOUGHI
  •  • 1 004 mots
  •  • 2 médias

Aix connut son apogée quand Charlemagne s'y installa définitivement, en 794. Il entreprit alors la construction d'un vaste palais sur un plan régulier imité de l'Antiquité romaine. L'ensemble a malheureusement disparu, à l'exception de la célèbre chapelle. Les fouilles archéologiques sont impuissantes à en restituer le luxe, conçu à l'image de la cour byzantine, que Charlemagne voulait égaler. Il […] Lire la suite

ANGLO-SAXON ART

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 5 159 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'enluminure »  : […] L'enluminure des livres religieux est sans doute l'expression la plus spectaculaire et la plus connue de l'art anglo-saxon, son remarquable essor ayant été suscité par le dynamisme de la jeune Église insulaire. Comme sir David Wilson, l'un des meilleurs spécialistes de la question, l'a proposé, les enlumineurs anglo-saxons ont puisé à trois sources principales : d'une part le monde méditerranéen, […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 743 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Peinture »  : […] Il nous reste peu d'exemples de la peinture monumentale. L'église d'Aght'amar était aussi somptueusement décorée à l'intérieur qu'à l'extérieur ; le cycle christologique et les portraits des saints qui recouvraient les parois sont conservés en majeure partie, malheureusement les couleurs sont délavées et se détériorent de plus en plus. À Tat'ev, les fragments d'une grande composition du Jugement d […] Lire la suite

ART DE COUR

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 4 811 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'enluminure et son influence sur l'orfèvrerie »  : […] Robert Branner a opposé à la thèse reçue depuis Vitzthum ( Die Pariser Miniaturmalerei , 1907) le point de vue que les manuscrits peints à Paris après le milieu du xiii e  siècle sont en trop grand nombre et d'une qualité trop inégale pour refléter en bloc le goût de la cour. Ils n'ont en commun qu'un maniérisme gothique à divers degrés de raffinement. Des quatre Évangéliaires de la Sainte-Chapel […] Lire la suite

BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN
  •  • 1 093 mots
  •  • 1 média

La Bibliothèque du roi, qui est à l'origine de la Bibliothèque nationale, rebaptisée Bibliothèque nationale de France en 1994, apparut à la Renaissance. Charles VIII en amorça la création lorsqu'il joignit aux manuscrits de ses parents des volumes de la Bibliothèque des rois de Naples. Plus tard, Louis XII réunit à ce fonds primitif la librairie familiale, qui comprenait les livres de son père, le […] Lire la suite

BOURDICHON JEAN (1457 env.-1521)

  • Écrit par 
  • Nicole REYNAUD
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

Peintre de quatre rois (Louis XI, Charles VIII, Louis XII puis François I er ), Bourdichon est le type même de l'artiste officiel, réalisateur avant tout d'ouvrages de luxe d'une exécution raffinée. On n'a conservé aucun des nombreux tableaux dont les archives signalent la commande ; seul un triptyque, La Vierge entre les deux saints Jean (musée de Capodimonte, Naples), rappelle qu'il fut peintre […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuèle BAUMGARTNER, Geneviève HASENOHR, Jean VEZIN, « MANUSCRITS - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/manuscrits-histoire/