MACÉDOINE DU NORD, anc. MACÉDOINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique de Macédoine du Nord (MK) 1
Note : Le 12 février 2019, la République de Macédoine est officiellement renommée République de Macédoine du Nord
Chef de l'ÉtatStevo Pendarovski (depuis le 12 mai 2019)
Chef du gouvernementOliver Spasovski (depuis le 3 janvier 2020)
CapitaleSkopje
Langues officiellesalbanais, macédonien
Unité monétairedenar (MKD)
Population2 068 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)25 713

La Macédoine du Nord (25 713 km2, population estimée à 2 074 000 hab. en 2017), petit État montagneux situé au cœur des Balkans, est indépendante depuis septembre 1991, au moment où elle s'est séparée de la Yougoslavie, dont elle constituait depuis 1945 l'une des six républiques fédérées, sous le nom de Macédoine. Cette sécession, intervenue quelques mois après celles de la Slovénie et de la Croatie et peu avant celle de la Bosnie-Herzégovine, s'est effectuée sans violence. Toutefois, outre les problèmes liés à la transition postcommuniste (passage à la démocratie pluraliste et à l'économie de marché), la Macédoine du Nord a connu deux types de difficultés, les unes liées à la question de la minorité albanaise, les autres issues de l'environnement géopolitique. Parmi ces dernières figure l'opposition de la Grèce à l'usage par le nouvel État du nom de Macédoine, dont elle considère qu'il fait partie de son propre patrimoine historique.

Macédoine du Nord : carte physique

Carte : Macédoine du Nord : carte physique

Carte physique de la Macédoine du Nord. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Macédoine du Nord : drapeau

Dessin : Macédoine du Nord : drapeau

Macédoine du Nord (oct. 1995). Un an après son accession à l’indépendance,  consécutive à l’éclatement de la Yougoslavie, la Macédoine change de drapeau en 1992 : celui-ci présente, sur fond de gueules, un disque d'or entouré de seize rayons de même, dont huit courts et huit longs... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

 Géographie

Un pays montagneux

La Macédoine du Nord comporte deux ensembles de montagnes. Celles de l'ouest, qui appartiennent au système dinarique, culminent à 2 764 mètres dans le Korab. Elles sont aérées par des bassins d'effondrement où s'inscrivent les plaines du Polog et de Pélagonie, les lacs d'Ohrid et de Prespa. Celles de l'est, relevant du système du Rhodope, s'élèvent à 2 250 mètres dans l'Osogovo et comportent également des dépressions dont les principales sont l'Ovče polje et le bassin de Strumica. Entre ces deux ensembles s'inscrit la vallée du Vardar qui, prolongée au nord, en Serbie, par celle de la Morava, constitue le principal axe de communication routier et ferroviaire reliant l'Europe centrale à la Grèce. Du fait de son relief, le territoire de la Macédoine ne comporte que 23 p. 100 de terres arables.

Le climat allie la rigueur continentale des hivers et la chaleur méditerranéenne des étés : Skopje, à 260 mètres d'altitude, enregistre une température moyenne de 0,5 0C en janvier, 24,8 0C en juillet. Les précipitations, assez faibles, n'atteignent pas 600 mm dans les bassins et ne dépassent 1 200 mm que sur les montagnes occidentales les plus élevées.

Une population composite

La majorité (les deux tiers environ) des habitants de la Macédoine sont des slaves, chrétiens orthodoxes, linguistiquement proches des Bulgares. Ils ont été le dernier groupe ethnique des Balkans à s'affirmer en tant que nation, dynamique identitaire qui fut concurrencée, dans la première moitié du xxe siècle, tantôt par des efforts de serbisation lorsque la région fut rattachée à la Serbie (1912-1915) puis au Royaume de Yougoslavie (1918-1941), tantôt par des efforts de bulgarisation lorsqu'elle fut occupée par la Bulgarie au cours des deux guerres mondiales (1915-1918 ; 1941-1944). Le régime de Tito, soucieux à la fois de contrer les prétentions bulgares et de réduire le volume de la Serbie afin de réaliser une fédération yougoslave plus équilibrée, créa en 1945 une République de Macédoine, reconnut une nation macédonienne et favorisa la mise au point, à partir de la complexité dialectale, d'une langue macédonienne standard qui devint dès lors la principale langue d'enseignement.

Les Albanais, un demi-million de personnes, soit le quart de la population totale, musulmans pour la plupart, constituent la principale minorité. Concentrés dans l'ouest du pays, où ils sont majoritaires, ils forment aussi 20 p. 100 de la population de l'agglomération de Skopje, la capitale. Bien qu'une partie d'entre eux ait émigré en Turquie dans les années 1950 en même temps que des Turcs locaux (en se déclarant eux-mêmes Turcs) en vertu d'accords passés entre la Yougoslavie et la Turquie, leur poids dans la population totale a augmenté à nouveau du fait d'un taux d'accroissement naturel supérieur. Les autres minorités sont les Turcs, les Roms, les Serbes, les Valaques ou Aroumains (de langue latine proche du roumain, autrefois éleveurs transhumants) et les Macédoniens musulmans slavophones, localement nommés Torbeši (littéralement les « porte-besace »), mais recensés en 2002 sous l'étiquette de Bosniaques après l'avoir été, dans la Yougoslavie socialiste, sous celle de Musulmans.

L'indépendance de la Macédoine a soulevé de nouveaux problèmes entre Macédoniens et Albanais, deux communautés dont les relations étaient auparavant paisibles, mais distantes. Les premiers, en effet, redoutaient et surestimaient la prolificité et le séparatisme albanais, tandis que les seconds se plaignaient d'être traités en citoyens de seconde zone, quasi exclus de l'emploi public et des études supérieures. Bien que chaque majorité de gouvernement ait associé un parti à électorat macédonien et un parti à électorat albanais, ces problèmes ne furent pas résolus et entraînèrent l'insurrection albanaise de 2001, à laquelle l'accord d'Ohrid mit fin en août de la même année.

Cet accord débouche sur une réforme de la Constitution : les Albanais sont reconnus comme la seconde nation constitutive de l'État, leur langue est employée officiellement et enseignée dans toutes les collectivités où ils forment au moins 20 p. 100 de la population (même chose pour les autres langues minoritaires), leur part dans l'emploi public (notamment dans la police) devra être proportionnel à leur nombre, le découpage communal est révisé, les compétences et les ressources budgétaires des municipalités sont accrues.

Une transition économique difficile

Dans le cadre de la Yougoslavie socialiste, la Macédoine était officiellement considérée comme attardée et recevait à ce titre l'aide d'un fonds fédéral consacré au développement, au même titre que la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et le Kosovo. Bénéficiaire en outre d'une aide internationale importante à la suite du séisme qui détruisit Skopje en 1963, elle a accru sa part du PIB yougoslave mais non son niveau de PIB/habitant par rapport à la moyenne de la fédération, du fait de sa croissance démographique alors rapide.

La Macédoine a connu à cette époque un exode rural et une croissance urbaine intenses, développé des spécialisations agricoles subtropicales (tabac, riz, coton, sésame), ouvert des mines de plomb et de zinc à Kratovo et Zletovo, de chrome à Raduša, de fer à Tajmište, créé diverses industries : sidérurgie à Skopje, métallurgie non ferreuse, mécanique, textile. D'un développement rapide, elle est toutefois passée à une quasi-stagnation dans les années 1980, du fait de la crise du modèle yougoslave : dette extérieure excessive, division du travail et économies d'échelles insuffisantes entre républiques, investissements peu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Macédoine du Nord : carte physique

Macédoine du Nord : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Macédoine du Nord : drapeau

Macédoine du Nord : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Tremblement de terre à Skopje

Tremblement de terre à Skopje
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : journaliste spécialisée
  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée
  • : professeur, membre de l'Académie macédonienne des sciences et des arts
  • : professeur émérite

Classification

Autres références

«  MACÉDOINE DU NORD, anc. MACÉDOINE  » est également traité dans :

MACÉDOINE DU NORD, anc. MACÉDOINE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La fin des régimes communistes et les perspectives d'intégration européenne »  : […] L'effondrement du pouvoir communiste en Europe du Centre-Est à partir de la fin de 1989, débouchant sur une transition de régime le plus souvent pacifique, a été considéré en général comme une ouverture à la réunification de l'Europe, avec des perspectives de développement de la démocratie, de généralisation de l'économie de marché et d'intégration à une Union européenne élargie. Dans les Balkans, […] Lire la suite

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 979 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Un nationalisme utile »  : […] Malgré une soumission totale à l'Union soviétique, les dirigeants communistes bulgares ont souvent été tentés par le nationalisme ; lorsque Moscou lâchait la bride, le « national-communisme » bulgare reprenait de la vigueur. De 1945 à 1948, Tito est le modèle de l'Europe de l'Est. Ce dernier ayant des visées sur la Macédoine bulgare (Macédoine du Pirin dont la capitale, Gorna Djoumaya, est devenu […] Lire la suite

CHALCIDIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 364 mots

Un système de failles orthogonales explique la configuration de la triple péninsule grecque que constitue la Chalcidique, la répartition de ses masses montagneuses et celle des fossés d'effondrement et des golfes qui l'encadrent ou la pénètrent et, par conséquent, l'étagement d'une végétation souvent dense et assez bien conservée, car cette contrée isolée n'a jamais été très peuplée. Département d […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Intangibilité des frontières et État-nation »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le tracé des frontières en Europe centrale et orientale ne fut nullement établi dans la perspective du règlement de la question nationale. Les frontières nationales recouvrent aujourd'hui davantage qu'avant guerre les frontières ethniques essentiellement en raison de l'extermination de la plupart des quatre millions de juifs qui peuplaient la région dan […] Lire la suite

DINARIDES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 5 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Caractères généraux »  : […] Les Dinarides forment un ensemble montagneux d'une altitude moyenne de 2 000 mètres avec, toutefois, quelques massifs plus élevés, le point culminant étant l'Olympe (2 917 m), en Thessalie grecque. On peut y distinguer trois sortes de montagnes : – Des montagnes calcaires occupent la façade adriatique et ionienne : nombreuses y sont les grottes, comme celles de Postonja en Slovénie, les plus gra […] Lire la suite

ÉCLATEMENT DE LA YOUGOSLAVIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 890 mots

4 mai 1980 Mort du maréchal Tito, président de la République socialiste fédérative de Yougoslavie, après trente-cinq ans de pouvoir sans partage. 1981 Le soulèvement des Albanais du Kosovo, qui réclament un statut de République, est violemment réprimé par Belgrade. 1987 Slobodan Milošević prend le pouvoir et impose un discours ultra-nationaliste visant à préserver la domination serbe. Avril-décemb […] Lire la suite

ÉCLATEMENT DE LA YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 312 mots
  •  • 1 média

Mosaïque de peuples née du règlement de la Première Guerre mondiale, intégrée au bloc communiste à partir de 1945 malgré les tentations sécessionnistes de Tito, la république socialiste fédérale de Yougoslavie ne résiste pas à l'effondrement du bloc de l'Est. Au terme d'élections libres qui, partout sauf en Serbie et au Monténégro, ont donné la victoire aux partis nationalistes, quatre républiques […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2020

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 6 732 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Devant les turbulences du monde »  : […] Particulièrement engagé depuis le début de son mandat dans l’action européenne et internationale, Emmanuel Macron est plongé au cours de l’année 2020 dans de nouvelles turbulences. Le couple franco-allemand est à l’origine d’un plan de relance exceptionnel. Porté par l’Union européenne, celui-ci est destiné à faire face à la crise pandémique et à limiter l’effondrement des économies européennes. […] Lire la suite

GLIGOROV KIRO (1917-2012)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  •  • 378 mots

Président de la Macédoine de 1991 à 1999, Kiro Gligorov fut l'artisan de l'indépendance du pays au moment de l'éclatement de la Yougoslavie. Il géra la difficile transition d'une république appartenant à la Fédération yougoslave à un État indépendant, provisoirement baptisée Ancienne République yougoslave de Macédoine (ARYM ; en anglais FYROM, Former Yugoslav Republic of Macedonia). Cette ancienn […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maria BEZANOVSKA, Christophe CHICLET, Blaze KONESKI, Michel ROUX, « MACÉDOINE DU NORD, anc. MACÉDOINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/macedoine-du-nord-macedoine/