CHALCIDIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un système de failles orthogonales explique la configuration de la triple péninsule grecque que constitue la Chalcidique, la répartition de ses masses montagneuses et celle des fossés d'effondrement et des golfes qui l'encadrent ou la pénètrent et, par conséquent, l'étagement d'une végétation souvent dense et assez bien conservée, car cette contrée isolée n'a jamais été très peuplée.

Département de la région grecque de Macédoine centrale, la Chalcidique n'a pas tiré profit de sa bonne position maritime, et ses liaisons continentales sont médiocres. C'est une région divisée en petites unités mal reliées entre elles ; sa population était de 104 894 habitants selon le recensement de 2001.

Les vieux villages grecs de la montagne au nord sont installés sur des sols pauvres, aux aptitudes limitées par des hivers froids ; à l'écart des grandes routes de Macédoine et de la mer Égée, ils n'ont connu ni les avantages, ni les dangers du progrès.

Ce sont des clairières de culture aux ressources insuffisantes, mal complétées par l'exploitation de la forêt (bois) et sa culture (châtaignier), puis par l'ouverture des mines (magnésie).

Les zones basses et le littoral ont été occupés, vers 1930, par les réfugiés grecs qui ont bâti leurs villages sur d'anciens tchiftliks ou sur des terres monastiques expropriées : les difficultés de communications freinent le développement économique. L'agriculture de subsistance l'emporte encore souvent sur les cultures commerciales (légumes, raisins de table). Les rivages des péninsules ouest et centre, aux paysages plus verts, aux étés plus tempérés que dans le reste de l'Égée, sont des lieux de villégiature et de tourisme.

C'est dans la péninsule orientale, la plus élevée (2 034 m), que se trouve la république monastique autonome du mont Athos (Áyion Óros) ; elle a perdu plus de la moitié de sa population depuis 1950 et compte 1 300 moines environ. Tant par la beauté de leur site que par leur architecture, les monastères attirent de nombreux touristes.

—  Pierre-Yves PÉCHOUX

Écrit par :

  • : maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail, expert de l'Organisation des Nations unies à Chypre

Classification


Autres références

«  CHALCIDIQUE  » est également traité dans :

MACÉDOINE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 10 526 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La Macédoine avant Philippe II »  : […] La fouille de la grotte de Pétralona, en Chalcidique, a révélé que l'espèce humaine était présente en Macédoine dès l'époque paléolithique (— 50 000 ans). À l'époque néolithique (depuis 6000 av. J.-C.), divers sites attestent maintenant les rapports de la région avec la grande civilisation de Thessalie (Néa Nicomédia, Servia), mais aussi avec cell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macedoine-antique/#i_29790

PHILIPPE II (-382 env.--336) roi de Macédoine (-359--336)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 2 198 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Philippe en Thrace »  : […] C'est en Thrace que nous le retrouvons en 353 et 352 avant J.-C., guerroyant contre le roi Cersebleptès et ses alliés athéniens, en particulier le stratège Charès. Le détail des opérations, terrestres et navales, nous échappe, car nous n'en possédons aucun récit suivi. Il semble que Philippe visait déjà l'Hellespont, afin de couper la route de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-ii/#i_29790

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉCHOUX, « CHALCIDIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chalcidique/