Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LIBAN

Nom officiel

République libanaise (LB)

    Chef de l'État

    Najib Mikati (par intérim depuis le 31 octobre 2022)

      Chef du gouvernement

      Nagib Miqati (depuis le 13 juin 2011)

        Capitale

        Beyrouth

          Langue officielle

          Arabe 2

            Unité monétaire

            Livre libanaise (LBP)

              Population (estim.) 5 432 000 (2023)
                Superficie 10 452 km²

                  Le Liban a toujours occupé à l'intérieur du Proche et du Moyen-Orient une place originale, en raison de sa diversité humaine et de ses liens privilégiés avec l'Occident. Aussi a-t-il longtemps joué un rôle important, sans rapport avec son poids démographique (environ 4 millions d'habitants au début du xxie siècle) et ses dimensions restreintes (10 400 km2, soit approximativement la superficie d'un grand département français).

                  Liban : carte physique

                  Liban : carte physique

                  Liban : drapeau

                  Liban : drapeau

                  Au cours des siècles, le Liban a été une « montagne refuge », ce qui explique la mosaïque confessionnelle actuelle et le pluralisme culturel. Ce pays, qui fut longtemps la seule démocratie parlementaire de l'Orient arabe, a connu jusqu'en 1975 une incontestable prospérité, bien qu'inégalement répartie. Grâce au dynamisme de ses entrepreneurs et au développement d'une économie de services, le Liban était devenu le principal relais entre les pays du monde capitaliste et le reste du Proche et du Moyen-Orient.

                  Les clichés habituels, d'ailleurs un peu excessifs, qui vantaient « le miracle libanais » ou « la Suisse du Proche-Orient » ne sont plus de mise, car, depuis 1975, le Liban traverse une crise très profonde qui remet en question son identité même. À l'intérieur d'un Orient arabe toujours en ébullition, le Liban est sans conteste le pays qui a connu, depuis 1975, les bouleversements les plus impressionnants, sous l'effet d'un conflit très complexe aux rebondissements incessants, par suite des multiples dimensions (nationale, régionale et internationale) de la crise qu'il traverse.

                  Quinze ans de guerre ont vu ainsi se succéder toutes les formes d'affrontements internes, entre communautés et à l'intérieur des communautés, dans lesquels sont intervenus directement ou indirectement les principaux acteurs régionaux (les Palestiniens, Israël, la Syrie), sans oublier le jeu des grandes puissances. Les infrastructures ont été détruites, et près d'un quart de la population a émigré. La paix fragile restaurée au début des années 1990 n'est qu'une étape sur la voie de l'indépendance complète du pays et de la participation de toutes ses composantes nationales au nouveau régime, un processus qui se révèle parsemé d'embûches.

                  La géographie du Liban, entre guerres et mondialisation.

                  Bien avant la création du Liban et la fixation de ses frontières en 1920, nombre d’écrivains occidentaux, tels Constantin-François Volney, Lamartine ou Ernest Renan, ont célébré avec fascination la diversité des paysages et des populations de cette région du monde. Les contrastes et les oppositions qui font la personnalité de ce petit pays s’enracinent dans une longue histoire et une géographie physique singulière. Mais son organisation actuelle résulte de profondes transformations, liées à la géopolitique régionale du xxe siècle et du début du xxie, notamment aux intenses mouvements de population et aux guerres destructrices. En outre, l’insertion singulière du Liban dans la mondialisation favorise, à travers les remises de capitaux de ses émigrés et les investissements étrangers, la concentration urbaine sur le littoral et autour de Beyrouth, au détriment du reste du pays.

                  Les contrastes du cadre physique

                  La montagne est essentielle pour comprendre les spécificités du Liban. D'ailleurs, le mot Liban, avant d'être appliqué à un État, désigne d'abord une chaîne de montagnes. La disposition générale du relief libanais est très simple : quatre unités topographiques disposées parallèlement à la côte se succèdent d'ouest en est. La bande littorale, étroite et discontinue se compose en fait d’un chapelet de petites plaines séparées les unes des autres par des caps et des promontoires rocheux. Étirée sur environ 250 kilomètres, elle s'élargit à ses deux extrémités : au nord avec la plaine du Akkar, au sud à partir de [...]

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  • : professeur des Universités en science politique
                  • : chercheur à la Fondation nationale des sciences politiques, docteur en science politique
                  • : chargé de recherches au C.N.R.S.
                  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Liban : carte physique

                  Liban : carte physique

                  Liban : drapeau

                  Liban : drapeau

                  Liban : répartition territoriale des principales communautés

                  Liban : répartition territoriale des principales communautés

                  Autres références

                  • LIBAN, chronologie contemporaine

                    • Écrit par Universalis
                  • AKKAR PLAINE DU

                    • Écrit par Jean-Marc PROST-TOURNIER
                    • 114 mots

                    Vaste plaine située en bordure de la Méditerranée entre le Liban et le djebel Alaouite, le Akkar s'adosse à l'est aux plateaux basaltiques du seuil de Homs. Le Naḥr al-Kābir le traverse en le partageant entre la Syrie (au nord) et le Liban (au sud). Bien que la plus grande partie de...

                  • ANTI-LIBAN

                    • Écrit par Jean-Marc PROST-TOURNIER
                    • 316 mots

                    Djābāl al-Charqui (Montagne orientale), l'Anti-Liban, chaîne de montagnes du Moyen-Orient, parallèle à la chaîne du Liban dont elle est séparée par l'étroite plaine de la Bekaa, culmine au Talaat Mūsā (2 629 m) en Syrie. Cette vaste voûte anticlinale, très lourde, affectée...

                  • ARABIE SAOUDITE

                    • Écrit par Philippe DROZ-VINCENT, Universalis, Ghassan SALAMÉ
                    • 25 169 mots
                    • 10 médias
                    ...des groupes rebelles qu’elle soutenait. Et, à partir de l’intervention russe de septembre 2015, il se met en retrait de ce dossier. Par proximité, les jeux saoudiens d’influence au Liban redoublent de vigueur. Au début de novembre 2017, l’Arabie Saoudite « convoque » à Riyad le Premier ministre libanais...
                  • ARAFAT YASSER (1929-2004)

                    • Écrit par Nadine PICAUDOU
                    • 1 397 mots
                    • 1 média
                    ...parvient pas à éviter pour autant les affrontements sanglants entre l'O.L.P. et l'armée jordanienne au cours du « septembre noir » de 1970, pas plus que les combats du Liban qui l'opposent successivement aux milices conservatrices chrétiennes puis aux forces pro-syriennes. L'expulsion des fedayin palestiniens...
                  • Afficher les 42 références

                  Voir aussi