LIBAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique libanaise (LB)
Chef de l'ÉtatMichel Aoun (depuis le 31 octobre 2016)
Chef du gouvernementNagib Miqati (depuis le 13 juin 2011)
CapitaleBeyrouth
Langue officiellearabe 2
Note : Selon l'article 11 de la Constitution, une loi devra déterminer les cas où il sera fait usage de la langue française. Cette loi n'a toujours pas vu le jour
Unité monétairelivre libanaise (LBP)
Population7 660 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)10 452

Le Liban a toujours occupé à l'intérieur du Proche et du Moyen-Orient une place originale, en raison de sa diversité humaine et de ses liens privilégiés avec l'Occident. Aussi a-t-il longtemps joué un rôle important, sans rapport avec son poids démographique (environ 4 millions d'habitants au début du xxie siècle) et ses dimensions restreintes (10 400 km2, soit approximativement la superficie d'un grand département français).

Liban : carte physique

Carte : Liban : carte physique

Carte physique du Liban. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Liban : drapeau

Dessin : Liban : drapeau

Liban (1943). Sur la bande médiane blanche, de largeur double de celle des deux bandes rouges qui l'encadrent, un cèdre du Liban, symbole de la Montagne pérenne. La loi constitutionnelle du 7 décembre 1943 précise bien que, le drapeau ne comptant que trois couleurs – le rouge, le blanc et... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Au cours des siècles, le Liban a été une « montagne refuge », ce qui explique la mosaïque confessionnelle actuelle et le pluralisme culturel. Ce pays, qui fut longtemps la seule démocratie parlementaire de l'Orient arabe, a connu jusqu'en 1975 une incontestable prospérité, bien qu'inégalement répartie. Grâce au dynamisme de ses entrepreneurs et au développement d'une économie de services, le Liban était devenu le principal relais entre les pays du monde capitaliste et le reste du Proche et du Moyen-Orient.

Les clichés habituels, d'ailleurs un peu excessifs, qui vantaient « le miracle libanais » ou « la Suisse du Proche-Orient » ne sont plus de mise, car, depuis 1975, le Liban traverse une crise très profonde qui remet en question son identité même. À l'intérieur d'un Orient arabe toujours en ébullition, le Liban est sans conteste le pays qui a connu, depuis 1975, les bouleversements les plus impressionnants, sous l'effet d'un conflit très complexe aux rebondissements incessants, par suite des multiples dimensions (nationale, régionale et internationale) de la crise qu'il traverse.

Quinze ans de guerre ont vu ainsi se succéder toutes les formes d'affrontements internes, entre communautés et à l'intérieur des communautés, dans lesquels sont intervenus directement ou indirectement les principaux acteurs régionaux (les Palestiniens, Israël, la Syrie), sans oublier le jeu des grandes puissances. Les infrastructures ont été détruites, et près d'un quart de la population a émigré. La paix fragile restaurée au début des années 1990 n'est qu'une étape sur la voie de l'indépendance complète du pays et de la participation de toutes ses composantes nationales au nouveau régime, un processus qui se révèle parsemé d'embûches.

La géographie du Liban, entre guerres et mondialisation.

Bien avant la création du Liban et la fixation de ses frontières en 1920, nombre d’écrivains occidentaux, tels Constantin-François Volney, Lamartine ou Ernest Renan, ont célébré avec fascination la diversité des paysages et des populations de cette région du monde. Les contrastes et les oppositions qui font la personnalité de ce petit pays s’enracinent dans une longue histoire et une géographie physique singulière. Mais son organisation actuelle résulte de profondes transformations, liées à la géopolitique régionale du xxe siècle et du début du xxie, notamment aux intenses mouvements de population et aux guerres destructrices. En outre, l’insertion singulière du Liban dans la mondialisation favorise, à travers les remises de capitaux de ses émigrés et les investissements étrangers, la concentration urbaine sur le littoral et autour de Beyrouth, au détriment du reste du pays.

Les contrastes du cadre physique

La montagne est essentielle pour comprendre les spécificités du Liban. D'ailleurs, le mot Liban, avant d'être appliqué à un État, désigne d'abord une chaîne de montagnes. La disposition générale du relief libanais est très simple : quatre unités topographiques disposées parallèlement à la côte se succèdent d'ouest en est. La bande littorale, étroite et discontinue se compose en fait d’un chapelet de petites plaines séparées les unes des autres par des caps et des promontoires rocheux. Étirée sur environ 250 kilomètres, elle s'élargit à ses deux extrémités : au nord avec la plaine du Akkar, au sud à partir de Saïda et jusqu'au-delà de Tyr.

Dominant le littoral, le mont Liban est une puissante muraille calcaire, dont le point culminant atteint 3 083 m au Qornet es Saouda, près de Bcharré dans la partie septentrionale de la chaîne. Les sommets sont constitués de hauts plateaux karstifiés. La proximité de la mer a entraîné une profonde dissection de cette masse montagneuse, car les rivières orientées est-ouest ont creusé des gorges profondes, enfoncées parfois de plus de 1 000 m, comme la Qadischa ou le Nahr Ibrahim. Ce cloisonnement du relief, où les vallées isolaient des unités faciles à défendre, a contribué à faire du mont Liban une « montagne refuge », véritable citadelle retombant de façon vertigineuse à l'est sur la plaine intérieure de la Bekaa.

Cette dépression d'une platitude parfaite atteint 1 100 m près de Baalbek, mais seulement dans sa partie méridionale. Elle est parcourue par deux fleuves : l'Oronte (ou Nahr el-Assi) qui coule au nord vers la Syrie, et le Litani qui draine l'essentiel de la Bekaa avant de rejoindre la Méditerranée près de Tyr. Une seconde chaîne montagneuse, l'Anti-Liban, domine à l'est la Bekaa. Cette montagne orientale se prolonge au sud par le massif de l'Hermon qui culmine à 2 814 m.

La disposition du relief explique les contrastes climatiques. Certes, partout règne une longue saison sèche, de la fin d'avril à la fin d'octobre, mais l'analyse des précipitations et des températures révèle d'énormes différences. Ainsi, le caza (district) du Hermel dans le nord de la Bekaa est déjà désertique avec un total pluviométrique annuel de 200 mm, alors qu'à quelques kilomètres le versant occidental du mont Liban totalise des moyennes pluviométriques annuelles de l'ordre de 1 300 mm, qui atteignent encore à Beyrouth. De même, pour les températures, les oppositions régionales sont considérables : par exemple, le gel est inconnu le long du littoral, alors que le nombre de jours de gel est très élevé dans la Bekaa (59 à Baalbek, 49 à Rayak), où existent de très fortes amplitudes thermiques annuelles et journalières. Au climat méditerranéen humide du littoral s'oppose donc le climat méditerranéen continental de la Bekaa, déjà steppique au nord, plus arrosée au sud. Enfin, un climat méditerranéen humide de montagne caractérise le mont Liban avec d'importantes nuances selon l'altitude. La montagne libanaise, par rapport au reste de l'Orient arabe marqué de l'empreinte de l'aridité, est une sorte de château d'eau, et d'une manière générale le Liban apparaît particulièrement favorisé au point de vue climatique. Ce privilège permet à la fois les cultures tempérées et subtropicales. Mais ce potentiel agricole excepti [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 40 pages

Médias de l’article

Liban : carte physique

Liban : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Liban : drapeau

Liban : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Liban : répartition territoriale des principales communautés

Liban : répartition territoriale des principales communautés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Temple de Bacchus, Baalbek, Liban

Temple de Bacchus, Baalbek, Liban
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 18 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités en science politique, Institut d'études politiques, Grenoble
  • : chercheur à la Fondation nationale des sciences politiques, docteur en science politique
  • : chargé de recherches au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  LIBAN  » est également traité dans :

LIBAN, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AKKAR PLAINE DU

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 114 mots

Vaste plaine située en bordure de la Méditerranée entre le Liban et le djebel Alaouite, le Akkar s'adosse à l'est aux plateaux basaltiques du seuil de Homs. Le Naḥr al-Kābir le traverse en le partageant entre la Syrie (au nord) et le Liban (au sud). Bien que la plus grande partie de la plaine soit en territoire syrien, le nom de Akkar tend à être réservé au secteur libanais. Malgré d'incontestable […] Lire la suite

ANTI-LIBAN

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 316 mots

Djābāl al-Charqui (Montagne orientale), l'Anti-Liban, chaîne de montagnes du Moyen-Orient, parallèle à la chaîne du Liban dont elle est séparée par l'étroite plaine de la Bekaa, culmine au Talaat Mūsā (2 629 m) en Syrie. Cette vaste voûte anticlinale, très lourde, affectée de quelques ondulations, est interrompue au nord par la trouée de Tripoli-Homs et séparée au sud de l'Hermon par l'ensellement […] Lire la suite

ARAFAT YASSER (1929-2004)

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU
  •  • 1 390 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps de la lutte armée »  : […] Le Mouvement de libération de la Palestine, communément appelé Fatah (la conquête), naît en réalité de la fusion de plusieurs groupuscules qui ont vu le jour dans le Golfe. Le mouvement, qui obtient le soutien initial de l'Irak et de l'Algérie de Ben Bella, lance sa première opération de commando en janvier 1965 sous l'impulsion de Khalil al-Wazir (le futur Abou Jihad), le seul à avoir déjà fait […] Lire la suite

ASSAD BACHAR AL- (1965- )

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Universalis
  •  • 2 010 mots
  •  • 1 média

Président de la République arabe syrienne depuis 2000, Bachar al-Assad, né en septembre 1965, est resté longtemps à l'écart des cercles de pouvoir. Son père, le président Hafez al-Assad, traumatisé au début des années 1980 par les conflits de succession frisant la guerre civile au cœur même du régime à l'heure de son très grave accident de santé, prépare son fils aîné Bassel pour lui succéder. Le […] Lire la suite

BAALBEK

  • Écrit par 
  • Claude NICOLET
  •  • 718 mots
  •  • 2 médias

Anciennement Héliopolis, Baalbek, ville du Liban, est située au pied du versant occidental de l'Anti-Liban, en bordure de la riche plaine de la Beqaa, où coule l'Oronte dans son cours supérieur. Là se trouvait le célèbre sanctuaire de Jupiter, ou plutôt de la triade héliopolitaine, dont les ruines colossales subsistent aujourd'hui. Le nom de Baalbek remonte à l'époque phénicienne ( Baal Beqaa , le […] Lire la suite

BEKAA ou BEQAA

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 617 mots

Plaine étroite (de 8 à 15 km) et allongée sur 120 kilomètres entre le Liban et l'Anti-Liban, la Bekaa (de l'arabe al-Baq’ , la plaine ; ancienne Koilé Syria, ou Syrie Creuse) est à la fois un synclinal et un fossé-faille prolongeant le fossé du Jourdain. Sa partie centrale est parfaitement plate et assez marécageuse : située à quelque 800 ou 900 mètres d'altitude, elle se relève jusqu'au seuil de […] Lire la suite

BEYROUTH

  • Écrit par 
  • Éric VERDEIL
  •  • 1 022 mots
  •  • 1 média

Le nom de la ville en arabe, Bayrut, a probablement une origine hébraïque : be'erot, qui signifie « puits ». La ville est bâtie à l'abri d'un cap protégeant des vents du sud-ouest un emplacement propice au mouillage. Vers le sud et l'est, ce site se prolonge par une vaste zone de plaines et de collines peu élevées. Placée sur la voie de passage des invasions, la ville est un enjeu pour les conqué […] Lire la suite

CHAMOUN CAMILLE (1900-1987)

  • Écrit par 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 1 027 mots

Le dirigeant libanais Camille Chamoun était né avec le siècle dans une famille politique. À seize ans, il suit son père en Anatolie où viennent de le déporter les autorites ottomanes. Revenu au Liban, Chamoun poursuit des études de droit. Loin de se consacrer au seul barreau, il se lance dans la politique. Il écrit au Réveil , est élu en 1929 député du Mont-Liban. Ministre en 1938, il est en 1943 […] Lire la suite

CHOUF

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 274 mots

Région traditionnelle de la montagne libanaise située au sud-est de Beyrouth, entre le djebel Barouk (1 980 m) et la mer Méditerranée, profondément entaillée par les gorges du Nahr Damour et de ses affluents. Le Chouf est copieusement arrosé et porte une abondante végétation méditerranéenne. Avant la guerre, son originalité tenait à sa population : c'était là le foyer des Druzes, installés depuis […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-6 août 2021 Liban – Israël. Échange de tirs à la frontière entre les deux pays.

Liban sur le plateau du Golan syrien occupé par Israël, en réponse aux tirs de la veille. Israël riposte par de nouveaux tirs d’artillerie sur le Liban. La Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) met en garde contre « une situation très dangereuse ».  […] Lire la suite

15-26 juillet 2021 Liban. Désignation de Najib Mikati au poste de Premier ministre.

Le 15, l’ancien Premier ministre Saad Hariri, chef du camp sunnite, renonce à la mission de former un gouvernement. Celle-ci lui avait été confiée en octobre 2020 à la suite de la démission d’Hassan Diab, consécutive à l’explosion du port de Beyrouth en août de la même année. Saad Hariri et le président chrétien Michel Aoun étaient en désaccord sur […] Lire la suite

5 juin 2021 France. Mise en examen de Michèle Marchand en lien avec l'affaire du financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy.

Liban où il vit en exil, Ziad Takieddine était de nouveau revenu sur ses déclarations, réaffirmant qu’il avait remis 5 millions d’euros à Claude Guéant, alors directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, et assisté à une rencontre entre Brice Hortefeux, alors ministre et proche de l’ancien président, et le directeur du renseignement militaire libyen de […] Lire la suite

18 février 2021 Liban. Récusation du juge chargé du dossier de l'explosion du port de Beyrouth.

La Cour de cassation récuse le juge Fadi Sawan, chargé du dossier de l’explosion dévastatrice d’un dépôt de nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth, en août 2020. Elle estime qu’il « lui sera difficile de rester objectif », ayant lui-même subi des dégâts matériels liés à l’explosion, et que certains de ses propos laissent penser « qu’il n’allait […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DROZ-VINCENT, Elizabeth PICARD, Éric VERDEIL, « LIBAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liban/