BEYROUTH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de la ville en arabe, Bayrut, a probablement une origine hébraïque : be'erot, qui signifie « puits ». La ville est bâtie à l'abri d'un cap protégeant des vents du sud-ouest un emplacement propice au mouillage. Vers le sud et l'est, ce site se prolonge par une vaste zone de plaines et de collines peu élevées.

Liban : carte administrative

Carte : Liban : carte administrative

Carte administrative du Liban. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Placée sur la voie de passage des invasions, la ville est un enjeu pour les conquérants venus d'Égypte ou de l'Orient. Déjà mentionnée dans les plaquettes de Tell el-Amarna au xive siècle avant J.-C., Beyrouth se développe surtout à partir de l'époque séleucide. Nommée Berytus après la conquête romaine à l'époque d'Auguste, elle devient un centre commercial et culturel célèbre pour son école de droit au iiie siècle. Elle est détruite par le tremblement de terre suivi d'un raz-de-marée en 551 et reste dès lors un petit port. Conquise par les musulmans en 635, elle repasse en 975 aux mains des Byzantins, avant que les Fatimides n'en prennent le contrôle. Les croisés, maîtres des lieux en 1110, cèdent d'abord temporairement la place à Saladin après sa victoire à Hattin (1187), avant d'en être chassés définitivement en 1291 par les mamelouks. Dans les siècles suivants, les marchands génois et vénitiens en font l'une des échelles du commerce entre l'Orient et l'Occident.

La hiérarchie entre les villes levantines se transforme durant le xixe siècle en faveur de Beyrouth. Durant l'occupation égyptienne (1832-1840), un lazaret, le seul de toute la côte levantine, y est construit. Puis les Ottomans y transfèrent le siège de la wilayet auparavant sis à Saïda, tandis que les consulats européens s'y installent. La ville connaît une forte croissance démographique, notamment en raison de l'exode des chrétiens aux lendemains des massacres de la montagne et de Damas en 1860, et de son nouveau rôle économique, stimulé par les aménagements portuaires et la construction de routes. Beyrouth est le siège de la Renaissance arabe, et deux universités y sont fondées, respectivement par des missionnaires protestants américains et par les Jésuites (1866 et 1875).

Le mandat français établi en 1920 puis l'indépendance du Liban après 1945 confirment son statut de capitale et renforcent ses fonctions économiques et administratives. Aux réfugiés arméniens des années 1920 s'ajoutent les Palestiniens en 1948. Les capitaux des bourgeoisies syrienne et égyptienne touchées par les nationalisations sont investis dans l'immobilier et participent à l'essor du secteur bancaire. De nombreux intellectuels arabes en exil contribuent au rayonnement culturel de la ville. Mais l'exode rural en provenance des périphéries libanaises alimente le développement des banlieues et crée des déséquilibres sociaux qui se conjuguent aux tensions politiques entre pro-Palestiniens et « libanistes » pour déclencher la guerre civile en 1975. De 1975 à 1990, les différentes phases du conflit causent de nombreuses destructions, notamment dans le centre-ville, endommagent les infrastructures et entraînent de grandes recompositions de la structure résidentielle de la ville. Le clivage entre l'est chrétien et l'ouest à majorité musulmane est renforcé par le chassé-croisé des réfugiés de part et d'autre d'une ligne de démarcation courant le long de la route de Damas.

La population du Grand Beyrouth, évaluée à 1,1 million d'habitants en 1970, atteint 1,6 million en 1997, dont environ 500 000 en banlieue sud, très majoritairement chiites, et 450 000 dans le municipe (principalement sunnites avec une forte minorité chrétienne). Les banlieues est, majoritairement chrétiennes, s'étendent le long du littoral nord jusqu'à Jounieh et dans la montagne.

Après deux tentatives avortées en 1977 et 1983, le retour à la paix civile sous hégémonie syrienne permet le lancement de nombreux programmes de reconstruction. Celui du centre-ville est lancé dès 1991. Son aménagement est confié en 1994 à une société foncière privée, Solidere, dont le premier actionnaire et l'inspirateur est le président du Conseil Rafic Hariri (assassiné en 2005). Le projet s'étend sur 180 hectares dont 60 en remblai sur la mer. Il prévoit la construction de 4,7 millions de mètres carrés de bureaux, d'hôte [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BEYROUTH  » est également traité dans :

AUTOUR DE GABRIELE BASILICO (livres et exposition)

  • Écrit par 
  • Emmanuel HERMANGE
  •  • 1 070 mots

Lorsque Gabriele Basilico, architecte de formation, réalise une série d'images sur la banlieue de Milan à la fin des années 1970 ( Milano, ritratti di fabbriche , Sugarco, Milan, 1983), la photographie de paysage urbain est un genre étranger au champ de l'art en Europe. Seuls les Américains, dans la continuité d'artistes tels que Charles Sheeler ou Walker Evans, considèrent les développements de […] Lire la suite

ÉCOCHARD MICHEL (1905-1985)

  • Écrit par 
  • Michel TERRASSE
  •  • 737 mots

Architecte et urbaniste, Michel Écochard est né à Paris en 1905. Après des études à l'école des Beaux-Arts de Paris (1925-1931), il est détaché en 1932 au Service des antiquités de Syrie et du Liban, où il découvre la civilisation islamique. Les années 1930, à Damas, sont celles de la réforme de l'Institut français installé au palais Azzhem ; Écochard contribue en 1936 à la construction de ses b […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2020

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 6 732 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Devant les turbulences du monde »  : […] Particulièrement engagé depuis le début de son mandat dans l’action européenne et internationale, Emmanuel Macron est plongé au cours de l’année 2020 dans de nouvelles turbulences. Le couple franco-allemand est à l’origine d’un plan de relance exceptionnel. Porté par l’Union européenne, celui-ci est destiné à faire face à la crise pandémique et à limiter l’effondrement des économies européennes. […] Lire la suite

HAGOPIAN HAGOP (1945 env.-1988)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 1 055 mots

Né Bédros Ovanessian, peut-être en 1945, à Bagdad dans la petite communauté arménienne d'Irak, Hagop Hagopian était marié à une Yougoslave et père d'une petite fille âgée de quelques mois lorsqu'il fut abattu dans la banlieue sud d'Athènes le 28 avril 1988. Dans les années 1960, une partie de sa famille serait venue s'installer à Beyrouth où résidaient de très nombreux Arméniens. À partir de cette […] Lire la suite

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 467 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La « guerre des deux ans » (1975-1976) »  : […] La guerre débute, le 13 avril 1975 , par un accrochage meurtrier entre Kataëb et militants palestiniens radicaux dans la banlieue de Beyrouth. Au mois de février, l'armée avait réprimé à Saïda une manifestation populaire contre la vie chère, à laquelle s'étaient joints des fidayīn en armes ; déjà se dessinait, entre le Mouvement national, les élites musulmanes frustrées par le partage communautair […] Lire la suite

PALESTINIENNE AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Aude SIGNOLES
  • , Universalis
  •  • 28 724 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'invasion israélienne du sud du Liban et le siège de Beyrouth »  : […] L'opération israélienne du 15 mars-13 juin 1978 jusqu'au fleuve Litani permet la création d'enclaves maronites extrémistes armées à l'extrême sud du Liban, qui deviennent l'armée du Liban-Sud (A.L.S.), rebelle à l'armée libanaise et soumise à l'armée israélienne qui l'équipe. Cette A.L.S. règne sur une « ceinture de sécurité » (israélienne), et le retrait israélien s'accompagne de l'installation […] Lire la suite

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 36 889 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Entre Jordanie, Irak et Iran »  : […] L'intervention syrienne au Liban et la permanence de sa présence armée font soupçonner Damas d'avoir des visées hégémoniques. Il est vrai qu'à la même époque la Syrie offre à la Jordanie une intégration politique, économique et militaire qui aurait pu, si le projet avait été conduit à terme, aboutir à une confédération. L'échec de l'entreprise, dû à la prudence du roi Hussein, refroidit singulièr […] Lire la suite

TERRORISME

  • Écrit par 
  • Gérard CHALIAND, 
  • Pierre DABEZIES, 
  • Sylvia PREUSS-LAUSSINOTTE, 
  • Jean SERVIER
  •  • 13 244 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle formule : l'attentat-suicide »  : […] Les Tigres tamouls du Sri Lanka ont formé une des plus redoutables organisations dites terroristes. Il s'agit en fait, comme dans le cas du Hezbollah libanais, d'un mouvement politique menant des opérations militaires de guérilla, mais recourant aussi aux attentats terroristes. Le mouvement indépendantiste des Tigres de la libération de l'Eelam tamoul (Liberation Tigers of Tamil Eelam, L.T.T.E.) […] Lire la suite

WILL ERNEST (1913-1997)

  • Écrit par 
  • Maurice SARTRE
  •  • 776 mots

L'archéologue Ernest Will, est mort le 24 septembre 1997. Né le 25 avril 1913 à Uhrwiller (Haut-Rhin), après ses études secondaires au gymnase protestant de Strasbourg, il entre à l'École normale supérieure (1933), est reçu à l'agrégation de Lettres classiques (1936) et part pour l'École française d'Athènes (1937), où il travaille à Thasos, à Délos et à Delphes. La guerre écourte son séjour : il e […] Lire la suite

Les derniers événements

11-19 octobre 2021 Liban. Entraves à l'enquête sur l'explosion du port de Beyrouth.

Le 14 également, des affrontements opposent des miliciens chiites et chrétiens sur le passage de manifestants marchant vers le palais de justice de Beyrouth pour dénoncer l’enquête du juge Bitar à l’appel des partis chiites Hezbollah et Amal. Six manifestants sont tués. La veille, Samir Geagea, chef du parti chrétien des Forces libanaises, avait appelé ses partisans à ne pas céder à l’« intimidation » des partis chiites. […] Lire la suite

15-26 juillet 2021 Liban. Désignation de Najib Mikati au poste de Premier ministre.

Celle-ci lui avait été confiée en octobre 2020 à la suite de la démission d’Hassan Diab, consécutive à l’explosion du port de Beyrouth en août de la même année. Saad Hariri et le président chrétien Michel Aoun étaient en désaccord sur l’attribution des postes ministériels. Le 26, Michel Aoun charge le milliardaire sunnite Najib Mikati, fondateur d’un holding d’investissement et ancien Premier ministre, de former un gouvernement. […] Lire la suite

18 février 2021 Liban. Récusation du juge chargé du dossier de l'explosion du port de Beyrouth.

La Cour de cassation récuse le juge Fadi Sawan, chargé du dossier de l’explosion dévastatrice d’un dépôt de nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth, en août 2020. Elle estime qu’il « lui sera difficile de rester objectif », ayant lui-même subi des dégâts matériels liés à l’explosion, et que certains de ses propos laissent penser « qu’il n’allait pas tenir compte des lois déterminant les immunités ». […] Lire la suite

10 décembre 2020 Liban. Inculpation du Premier ministre dans l'enquête sur l'explosion du port de Beyrouth.

Le juge chargé de l’enquête sur l’explosion qui a dévasté le port de Beyrouth en août, faisant deux cents morts et provoquant de très lourds dégâts, inculpe le Premier ministre Hassan Diab – qui a démissionné à la suite de l’accident, mais n’a pas été remplacé –, ainsi que l’ancien ministre des Finances Ali Hassan Khalil et les anciens ministres des Travaux publics et des Transports Ghazi Zeaiter et Youssef Fenianos, pour négligence meurtrière. […] Lire la suite

17-22 octobre 2020 Liban. Retour de Saad Hariri à la tête du gouvernement.

Il s’engage à former un gouvernement d’experts non partisans et à engager les réformes figurant sur la feuille de route fixée par le président Emmanuel Macron lors de son déplacement à Beyrouth, en août, à la suite de l’explosion survenue dans le port. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric VERDEIL, « BEYROUTH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/beyrouth/