ANTI-LIBAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Djābāl al-Charqui (Montagne orientale), l'Anti-Liban, chaîne de montagnes du Moyen-Orient, parallèle à la chaîne du Liban dont elle est séparée par l'étroite plaine de la Bekaa, culmine au Talaat Mūsā (2 629 m) en Syrie. Cette vaste voûte anticlinale, très lourde, affectée de quelques ondulations, est interrompue au nord par la trouée de Tripoli-Homs et séparée au sud de l'Hermon par l'ensellement du Barada qui emprunte la route de Beyrouth à Damas. À l'ouest, le contact avec la Bekaa est brutal (faille) tandis qu'à l'est, l'Anti-Liban est flanqué par le Kalamoun (ou Qalamun), série de plateaux étagés, séparés par des rides montagneuses, dont la dernière surplombe le désert syrien (Hamad).

L'Hermon, ou djābāl al-Chaykh, (2814 m) peut être annexé à l'Anti-Liban qu'il relaie au sud. C'est un pli puissant de calcaires jurassiques qui domine brutalement les régions environnantes.

Le massif de l'Anti-Liban est très médiocrement occupé en raison d'un climat plus aride que celui du Liban (cependant l'Hermon est fortement enneigé) et surtout à cause de sa grande perméabilité. Les eaux s'infiltrent dans le calcaire très karstifié et ressortent en grosses sources à la périphérie en donnant naissance à un certain nombre de rivières importantes : Barada et Litani pour l'Anti-Liban, Nahr al-Awadj et Jourdain avec ses affluents, le Wazzani et le Hasbani, pour l'Hermon. L'activité est essentiellement pastorale ; ces massifs servent de pâturages d'été aux nomades qui passent l'hiver dans le désert syrien. L'ensellement du Barada, entre l'Anti-Liban et l'Hermon, est un peu plus vivant : une plaine intra-montagnarde, où naît le Barada, est bien cultivée ; la vallée du Barada, bien qu'étroite, est jalonnée de jardins irrigués.

—  Jean-Marc PROST-TOURNIER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification


Autres références

«  ANTI-LIBAN  » est également traité dans :

BEKAA ou BEQAA

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 617 mots

Plaine étroite (de 8 à 15 km) et allongée sur 120 kilomètres entre le Liban et l'Anti-Liban, la Bekaa (de l'arabe al-Baq’ , la plaine ; ancienne Koilé Syria, ou Syrie Creuse) est à la fois un synclinal et un fossé-faille prolongeant le fossé du Jourdain. Sa partie centrale est parfaitement plate et assez marécageuse : située à quelque 800 ou 900 mètres d'altitude, elle se relève jusqu'au seuil de […] Lire la suite

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 458 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les contrastes du cadre physique »  : […] La montagne est essentielle pour comprendre les spécificités du Liban. D'ailleurs, le mot Liban, avant d'être appliqué à un État, désigne d'abord une chaîne de montagnes. La disposition générale du relief libanais est très simple : quatre unités topographiques disposées parallèlement à la côte se succèdent d'ouest en est. La bande littorale, étroite et discontinue se compose en fait d’un chapelet […] Lire la suite

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 36 883 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Géographie de la Syrie »  : […] La Syrie possède une superficie de 185 000 kilomètres carrés, dont seuls les deux tiers sont habités en permanence, du fait de l’aridité qui règne dans le centre du pays. La Syrie est née du découpage de l’Empire ottoman par la France et le Royaume-Uni après la Première Guerre mondiale. Le territoire actuel n’est donc pas le fruit d’une construction nationale ou historique ancienne. Au nord, la fr […] Lire la suite

Les derniers événements

4-30 janvier 2002 • Israël - Autorité palestinienne • Rupture de la trêve décrétée par les organisations extrémistes palestiniennes.

d'un poste militaire proche de la bande de Gaza, en territoire israélien, cause la mort de quatre soldats et des deux assaillants palestiniens. Mettant fin à une période de calme, cette opération, revendiquée par le Hamas, rompt la trêve des attaques anti-israéliennes décrétée par l'organisation [...] Lire la suite

16-31 janvier 1991 • Guerre du Golfe • Début de l'opération Tempête du désert.

est désormais autorisée. Le 17, la coalition anti-irakienne engage l'opération « Tempête du désert ». À partir de 2 h 40, heure locale, des objectifs militaires irakiens et koweïtiens sont la cible d'intenses bombardements et de tirs de missiles des forces aériennes américaine, britannique [...] Lire la suite

5-29 janvier 1987 • États-Unis • Records de la Bourse de New York malgré la crise de confiance à l'égard du président Ronald Reagan

pour les affaires de renseignement. Bien qu'il affirme qu'« il n'y a pas de preuve » que le président « ait ordonné » ou « ait été au courant » du détournement de fonds au profit de la guérilla anti-sandiniste, il n'en est pas moins très sévère pour l'administration Reagan. Le rapport estime [...] Lire la suite

1er-31 juillet 1985 • Liban • Plan de sécurité pour Beyrouth-Ouest et l'aéroport, libération partielle des détenus libanais d'Atlit et attentats anti-israéliens

. Les trois cent trente-cinq autres doivent être relâchés en trois étapes séparées par un intervalle d'environ deux semaines. Le 31, a lieu au Liban du Sud, à l'intérieur de la zone de sécurité, le quatrième attentat anti-israélien du mois : l'explosion d'une voiture suicide fait huit morts.  [...] Lire la suite

20 mai 1985 • Israël • Critiques à la suite d'un échange de prisonniers

Jérusalem obtient la libération de trois soldats israéliens faits prisonniers au Liban en 1982 et détenus depuis lors par le Front populaire pour la libération de la Palestine-commandement général (F.P.L.P.-C.G.) d'Ahmed Jibril. En échange, les autorités israéliennes acceptent de rendre [...] Lire la suite

8-29 mai 1985 • France • Remplacement d'Edgard Pisani par Fernand Wibaux comme délégué du gouvernement pour la Nouvelle-Calédonie

Le 8, à Nouméa, des heurts très violents opposent des militants du Palika (Parti de libération kanake) ; tendance dure du F.L.N.K.S., à des anti-indépendantistes. Pour la première fois, des armes à feu sont utilisées. Un Mélanésien d'une vingtaine d'années est tué ; quatre-vingt-quinze personnes [...] Lire la suite

2-29 mars 1985 • Liban • Multiplication des attentats, des raids israéliens et des enlèvements d'étrangers

Le 2, l'armée israélienne effectue une importante opération de ratissage dans le village de Maaraké, à quelques kilomètres de Tyr, dans la région du Liban du Sud qu'elle occupe encore. Dès le départ des soldats israéliens, les membres de la résistance libanaise réapparaissent et les portraits [...] Lire la suite

6-26 février 1985 • Liban - Israël • Retrait israélien d'une partie du Liban-Sud et représailles contre la résistance libanaise

rendent dans le Sud pour y mener des opérations anti-israéliennes le font sous son autorité. Depuis le début de l'année, on assiste à une recrudescence des attentats anti-israéliens au Liban du Sud. Le 10, quatre soldats israéliens meurent des suites d'attentats au Liban du Sud. Plus de six cents [...] Lire la suite

7-24 janvier 1985 • Liban - Israël • Recrudescence des attentats et plan israélien d'évacuation

, ni de Beyrouth, ni de Damas, ce retrait a été décidé pour éviter que le bilan des pertes israéliennes ne continue à s'alourdir : plus de six cents soldats israéliens ont été tués au Liban du Sud depuis le 6 juin 1982 et le rythme des attentats anti-israéliens commis par des commandos chiites s'accroît [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « ANTI-LIBAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anti-liban/