HOMS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

carte : Syrie : carte administrative

Syrie : carte administrative

Carte administrative de la Syrie. 

Afficher

Ville de Syrie, située à l'est de l'Oronte, à l'entrée de la dépression qui sépare les monts du Liban et ceux du djabal ‘Ansāriyya, Homs (en arabe Ḥimṣ) contrôle donc la route qui va de la Méditerranée au golfe Arabique en passant par Palmyre. De nombreuses batailles se sont livrées sous ses murs : en 272, les armées romaines y triomphent de la reine de Palmyre, Zénobie ; en 1281, les Mamelouks y repoussent les Mongols. Bien qu'attestée depuis le ~ IIe millénaire, la ville ne connaît un certain développement qu'au ier siècle, sous le nom d'Émèse. Elle s'agrandit et s'embellit sous la dynastie des Sévères : deux d'entre eux, Héliogabale et Alexandre, en sont originaires. Devenue siège métropolitain sous les Byzantins elle n'offre cependant aucune résistance à l'invasion musulmane et ouvre ses portes en 637. Elle devient alors la capitale de l'une des cinq circonscriptions militaires (djund) de Syrie. Sous les Omeyyades et au début du califat ‘abbāside, sa situation est fort troublée : elle se trouve en effet au cœur des luttes tribales entre Arabes du Nord et Arabes du Sud. À partir de la fin du ixe siècle, les États issus du déclin du califat se disputent la ville : en 883 Ibn Tūlūn, qui gouverne l'Égypte, la place sous son autorité. En 903, elle est attaquée par les Qarmates. Au milieu du xe siècle, les Irshīdides d'Égypte la disputent aux Hamdanides d'Alep. Ces derniers sont défaits par l'empereur d'Orient Nicéphore II Phocas, et, en 969, les Byzantins prennent et incendient Homs. Reprise par les Ḥamdānides, elle est à nouveau incendiée par les Grecs en 983 et 999. Rebâtie et fortifiée, elle résiste aux croisés. Nūr al-Dīn s'y installe en 1149 et en fait une base de départ contre les Francs.

Durant tout le Moyen Âge, elle est un centre agricole prospère (moulins, pressoirs, soie). Elle demeure un important marché et un centre d'industries de transformation agricoles (sucreries, minoteries, pressoirs à huile, filatures). Le passage du pipe-line qui va de Kirkouk à Tripoli, d'une part, à Banyas, de l'autre, a permis la création d'une importante raffinerie, conférant à Homs un rôle économique particulier. Elle est un des lieux symboliques de la révolte contre le régime syrien en 2011.

—  Georges BOHAS

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur de l'Institut français d'études arabes de Damas

Classification

Autres références

«  HOMS  » est également traité dans :

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Villes fortifiées du monde islamique morcelé »  : […] Mais bientôt, de la désagrégation de ces capitales d'empire et du morcellement du monde islamique lui-même, un autre type de ville naquit, sensiblement différent de la métropole abbasside et plus proche de la ville féodale de l'Europe occidentale. Son essor ne se limite pas aux régions syriennes, mais il est tentant d'aller en chercher les exemples dans une province relativement bien étudiée. Là e […] Lire la suite

ORONTE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 589 mots
  •  • 1 média

Rivière du Proche-Orient, l'Oronte (en arabe, Nahr al-‘Asī : « le fleuve rebelle ») est long de 570 kilomètres et présente un débit moyen de 78,5 mètres cubes par seconde. Il naît au Liban, dans la Bekaa (Ain Zerqa : la « Source bleue »), au nord du seuil de Baalbek qui le sépare du bassin du Litani. Il traverse des seuils rocheux et draine d'anciennes cuvettes ; aussi sa vallée, de formation réce […] Lire la suite

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 36 889 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L’aménagement du territoire »  : […] Dès leur arrivée au pouvoir, en 1963, les officiers baathistes nationalisent les grandes entreprises et les banques et lancent une réforme agraire ambitieuse. Les grands domaines sont démantelés et les terres distribuées aux paysans. Le secteur agricole bénéficie d’un fort soutien de l’État, notamment en matière d’irrigation : de grands travaux ont été menés dans le bassin de l’Euphrate (20 p. 100 […] Lire la suite

Les derniers événements

29 juillet - 1er août 2021 Israël – Iran. Attaque d'un pétrolier en mer d'Oman.

De son côté, la chaîne de télévision iranienne Al-Alam présente cette attaque comme une réponse au bombardement par l’aviation israélienne de l’aéroport militaire d’Al-Dabaa, dans la province d’Homs, en Syrie, une semaine plus tôt. Il s’agit de la première opération meurtrière dans la série d’attaques maritimes auxquelles l’Iran et Israël sont soupçonnés de se livrer depuis plusieurs mois. […] Lire la suite

6 mai 2019 Syrie. Offensive contre la province d'Idlib.

Contrôlée par le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham, la province d’Idlib, qui abrite quelque trois millions de personnes, est la dernière enclave occupée par les rebelles au régime de Damas, pour la plupart transférés des autres « zones de désescalade » de Homs, la Ghouta et Deraa lors de leurs démantèlements. Le bilan humain s’élève à la fin du mois à quelque trois cents civils et sept cents combattants tués, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme ; le nombre des déplacés est estimé à trois cent mille. […] Lire la suite

7-21 mai 2018 Syrie. Sécurisation de la Syrie « utile » et de la région de Damas par les forces du régime.

Le 7, les rebelles qui occupaient la ville de Rastan, près de Homs, entament leur évacuation vers Jarablus, à la frontière turque, en application d’un accord de « réconciliation » passé avec le régime et les forces russes. La chute de ce dernier bastion rebelle du centre du pays marque la fin de la reconquête par le régime de la Syrie « utile », qui s’étend de Damas à Alep. […] Lire la suite

7-29 avril 2018 Syrie. Riposte occidentale à l'usage d'armes chimiques.

Le 9, l’aéroport militaire de Tiyas, entre Homs et Palmyre, utilisé par les forces iraniennes et russes, est la cible de plusieurs missiles. Damas et Moscou dénoncent une opération israélienne. Le 10, au Conseil de sécurité des Nations unies, la Russie met son veto à un projet de résolution américain visant à relancer le mécanisme d’enquête conjoint de l’ONU et de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques en Syrie, supprimé sur l’initiative de Moscou en novembre 2017. […] Lire la suite

6-7 septembre 2017 Syrie. Bombardement israélien d'un site de production d'armes chimiques.

Le 6, l’ONU rend public un rapport de la commission d’enquête sur la situation des droits de l’homme en Syrie qui attribue aux forces gouvernementales la responsabilité du bombardement meurtrier à l’arme chimique de Khan Cheikhoun, dans la province d’Idlib, en avril, qui avait entraîné des représailles américaines sur la base aérienne de Shayrat, proche de Homs. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BOHAS, « HOMS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/homs/