BEKAA ou BEQAA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plaine étroite (de 8 à 15 km) et allongée sur 120 kilomètres entre le Liban et l'Anti-Liban, la Bekaa (de l'arabe al-Baq’, la plaine ; ancienne Koilé Syria, ou Syrie Creuse) est à la fois un synclinal et un fossé-faille prolongeant le fossé du Jourdain. Sa partie centrale est parfaitement plate et assez marécageuse : située à quelque 800 ou 900 mètres d'altitude, elle se relève jusqu'au seuil de Baalbek (1 100 m), d'où elle redescend vers la frontière syrienne (550 m). Au sud, la Bekaa perd son caractère de plaine : elle s'accidente de chaînons montagneux (djebel ‘Arabi) et, en se rétrécissant, se résout en une zone de relief confus, dominant la dépression du Jourdain. La Bekaa est drainée au nord par l'Oronte et au sud par le Litani. Son climat est sec et continental : hivers rudes, étés chauds et secs ; les précipitations diminuent du sud (environ 700 mm) au nord, où les zones proches de la frontière syrienne reçoivent moins de 200 millimètres par an.

Dans l'Antiquité, la Bekaa fut un véritable grenier à blé, une région fort prospère, comme en témoignent de nombreux sites archéologiques, notamment ‘Ayn al-Djarr (Chalcis) et surtout Baalbek ; puis la région déclina, à tel point que le Nord devint une zone-refuge pour les populations shī‘ites. Jusque vers 1850, sa mise en valeur restait très limitée : agriculture céréalière traditionnelle. On trouve dans le sud de la plaine une polyculture à base céréalière ; dans le nord, la culture du blé devient très extensive et le nomadisme reste encore important ; des sources donnent naissance à un certain nombre d'oasis (Baalbek) ; l'Oronte, qui coule encaissé dans une gorge, n'est pas utilisé.

Le centre de la Bekaa est en pleine transformation lorsque la guerre éclate en 1975 : la plaine, drainée, est intensément mise en valeur (blé, betterave à sucre, pomme de terre, légumes, pommiers ; élevage bovin et avicole moderne) ; sur les [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification


Autres références

«  BEKAA ou BEQAA  » est également traité dans :

ANTI-LIBAN

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 316 mots

Djābāl al-Charqui (Montagne orientale), l'Anti-Liban, chaîne de montagnes du Moyen-Orient, parallèle à la chaîne du Liban dont elle est séparée par l'étroite plaine de la Bekaa, culmine au Talaat Mūsā (2 629 m) en Syrie. Cette vaste voûte anticlinale, très lourde, affectée de quelques ondulations, est interrompue au nord par la trouée de Tripoli-Homs et séparée au sud de l'Hermon par l'ensellement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anti-liban/#i_49438

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 458 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Mondialisation, urbanisation et inégalités régionales »  : […] Les migrations des Libanais depuis 1975 peuvent s’interpréter tant comme le résultat de la guerre que comme l’indice d’une insertion accrue dans la mondialisation. À cet égard, elles prolongent un mouvement entamé au xix e  siècle. Mais, alors que ces migrations se dirigeaient essentiellement vers le Nouveau Monde (Amérique latine, États-Unis), pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liban/#i_49438

ORONTE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 588 mots
  •  • 1 média

Rivière du Proche-Orient, l'Oronte (en arabe, Nahr al-‘Asī : « le fleuve rebelle ») est long de 570 kilomètres et présente un débit moyen de 78,5 mètres cubes par seconde. Il naît au Liban, dans la Bekaa (Ain Zerqa : la « Source bleue »), au nord du seuil de Baalbek qui le sépare du bassin du Litani. Il traverse des seuils rocheux et draine d'anciennes cuvettes ; aussi sa vallée, de formation réce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oronte/#i_49438

PALESTINIENNE AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Aude SIGNOLES
  • , Universalis
  •  • 28 716 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'invasion israélienne du sud du Liban et le siège de Beyrouth »  : […] L'opération israélienne du 15 mars-13 juin 1978 jusqu'au fleuve Litani permet la création d'enclaves maronites extrémistes armées à l'extrême sud du Liban, qui deviennent l'armée du Liban-Sud (A.L.S.), rebelle à l'armée libanaise et soumise à l'armée israélienne qui l'équipe. Cette A.L.S. règne sur une « ceinture de sécurité » (israélienne), et le retrait israélien s'accompagne de l'installation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autorite-palestinienne/#i_49438

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 34 141 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Paix syrienne au Liban »  : […] Le général Assad n'ambitionne probablement pas d'annexer le Liban mais seulement – plus simplement ? – de l'inclure dans une sphère d'influence au sein de laquelle un État protecteur (la Syrie) désigne à des États protégés leur véritable ennemi et leurs intérêts. Ainsi, la Syrie poursuit-elle, dans ce petit pays, un dessein invariable : maintenir sa liberté d'action face à Israël. Responsable du f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie/#i_49438

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « BEKAA ou BEQAA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bekaa-beqaa/