FRUSTRATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le meilleur exemple de frustration est sans doute celui de l'enfant qui cherche à apaiser son désir de savoir en consultant une encyclopédie, et qui se sent frustré par le savoir, pourtant de bon aloi, que cette encyclopédie a pu lui fournir. Qu'est-ce à dire, si ce n'est que la frustration reprend à son compte ce paradoxe qui fait que le savoir n'est en rien le complément du désir de savoir – ni le don de quelque preuve d'amour ce qui suffit à l'amour ?

La série d'exemples du même ordre que l'on pourrait aligner montre à l'évidence qu'on ne saurait en tout cas parler d'un quelconque savoir sur la frustration, mais qu'il est nécessaire de s'interroger sur le type de discours dans lequel elle aurait toute sa pertinence et grâce auquel un exemple de frustration serait quelque chose de reconnu dans une pratique pouvant porter à conséquence.

Car il y a justement un discours qui estime pouvoir s'articuler à partir d'un savoir sur la frustration, et qui n'est autre que le discours du maître. Il est en effet celui qui perpétue un système où le travail de l'esclave est payé à son juste prix en fonction d'un marché qui est celui du travail lui-même, mais où il reste nécessairement du travail non payé que le maître détourne à son avantage, et dont le travailleur, en tant que « je », peut s'estimer frustré, c'est-à-dire la « plus-value ».

On se souviendra donc que le terme de frustration a toujours en arrière-plan une connotation politique, même si le discours du maître est parvenu à le confiner dans la sphère du psychologique.

Aussi, étant bien posé qu'il n'y a pas de savoir sur la frustration, si ce n'est dans l'idéologie qui sous-tend la logique du discours capitaliste, il importe de tenter de distinguer aussi précisément que possible la généalogie de la notion dont le terme a hérité, et la constitution du discours où il affleure comme concept.

C'est en fait chez Freud qu'il a pu accéder à la dignité de concept scientifique, bien que l'idéologie médicale qui sert le discours du maître ait justement sub [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

  • : psychanalyste, ancien élève de l'École normale supérieure, membre fondateur des Cartels constituants de l'analyse freudienne

Classification


Autres références

«  FRUSTRATION  » est également traité dans :

ADOLESCENCE

  • Écrit par 
  • Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI, 
  • Universalis
  •  • 2 657 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Restrictions au mouvement physique »  : […] Les adolescents passent un nombre incalculable d'heures à faire des choses qu'ils préféreraient ne pas faire, que ce soit à travailler pour gagner leur vie dans les pays pauvres et en développement, ou, dans les pays riches, à rester derrière une table d'école à ingérer des informations et des concepts qui leur semblent souvent abstraits ou inutiles. Ce sentiment de frustration peut être accru ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolescence/#i_8316

BION WILFRED R. (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 4 813 mots

Dans le chapitre « La psychose »  : […] Bion a élaboré ses conceptions concernant la psychose pendant les années 1950-1962 et les a explicitées dans Second Thoughts (1967). Il reprend au modèle de l'appareil psychique, présenté par Freud dans l'aporétique chapitre VII de L'Interprétation des rêves (1900), le thème de la conscience comme organe de perception périphérique, en double contact, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilfred-r-bion/#i_8316

INTERPRÉTATION

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA
  •  • 6 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'objet de l'interprétation »  : […] On en vient alors à se poser une dernière question : qu'est-ce qui est interprété ? La réponse n'est sans doute pas facile si l'on veut désigner des contenus précis, par exemple les productions de l'inconscient : rêves, fantasmes, lapsus. En fait, on s'aperçoit bien vite que la définition de l'interprétation en psychanalyse ne peut se satisfaire de la référence exclusive au symbole. Il faut ici re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interpretation/#i_8316

PRIVATION

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 102 mots

Confondre manque et privation revient à occulter la distinction soulignée par Kant dans l' Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative entre opposition logique et opposition réelle. La connexion logique n'a guère de conséquence réelle : elle comporte une négation sans position, le « manque » consistant en un simple « défaut » d'être. Ainsi un corps en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/privation/#i_8316

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques NASSIF, « FRUSTRATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frustration/