CORPS (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Durant plus de deux millénaires, dans le monde occidental, le corps n’a guère fait l’objet de réflexions philosophiques si ce n’est de façon négative, en tant qu’entité faisant obstacle aux intentions de l’âme. La religion orphique (liée au culte ésotérique d’Orphée), très présente dans la Grèce antique, considérait même le corps comme le « tombeau de l’âme ». Platon (env. 428-env. 347 av. J.-C.) nous fournit de précieuses indications sur cette tradition sans qu’on puisse réellement savoir jusqu’à quel point lui-même y adhérait. Quelle que soit la proximité entre le philosophe et la religion orphique, on retiendra de lui l’idée – affirmée dans le dialogue Phédon – qu’il faut « mourir au sensible », et que la nécessité de rompre le plus possible avec les exigences du corps constitue la condition principale de l’accès de l’âme au Vrai – assertion qu’il développe, entre autres, dans La République.

Dans son dialogue permanent avec Platon, Friedrich Nietzsche (1844-1900) réfute à d’innombrables reprises les thèses platoniciennes en faisant de l’âme la source de toutes nos erreurs. Il ironise ainsi dans Le Crépuscule des idoles (1888) : « Et surtout, que l’on ne vienne pas nous parler du corps – cette pitoyable idée fixe des sens ! – entaché de toutes les fautes logiques imaginables, récusé, et même impossible, malgré l’impertinence qu’il a de se comporter comme s’il était réel !... » Ne peut-on cependant envisager, entre les positions antagonistes de Platon et de Nietzsche, des approches capables de redonner sa place au corps sans nier pour autant l’existence et la valeur de l’esprit ?

Le corps animé

En concevant l’âme comme le « moteur » du corps, comme la source de son « animation » (anima, en latin, qui signifie « âme », a donné le français « animation »), Aristote (env. 385-322 av. J.C.) cherche à réfuter l’idéalisme de son maître Platon. Il fait « éclater » la notion d’âme en la considérant comme plurielle : si l’âme anime le corps vivant dans ses différentes activités, les principes d’animation qu’on regroupe sous ce nom meurent donc avec lui, le cadavre étant l’image même de l’inanimé.

Sans doute une partie de l’âme, qu’Aristote nomme l’« âme intellective », survit-elle au corps. Cette partie éternelle de l’âme, parfaitement anonyme, rejoint la source d’animation de l’Univers, le « premier moteur immobile », qui met en mouvement le cosmos. Mais ses autres parties, l’« âme végétative », qui nous est commune avec les végétaux et qui préside aux fonctions élémentaires du corps, l’« âme sensitive » qui gère nos sensations et l’« âme motrice » par laquelle le corps peut se déplacer, âmes que nous partageons avec les animaux, meurent toutes avec le corps.

Cette conception aristotélicienne des rapports de l’âme et du corps, que le combat de René Descartes (1596-1650) contre la philosophie scolastique, jugée par lui excessivement prisonnière des thèses d’Aristote, va faire un temps sombrer dans l’oubli, nous apparaît aujourd’hui d’une grande modernité. En considérant l’âme comme le moteur du corps, Aristote unifie les corps vivants qui fonctionnent tous de la même manière. C’est précisément cette unité du vivant, qui est niée par Descartes parce qu’elle interdit une approche scientifique des corps.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Voir aussi

Les derniers événements

2-30 avril 2020 France. Annonce du plan de déconfinement.

Didier Raoult est au centre d’une controverse très médiatisée, le traitement qu’il préconise ne faisant pas l’unanimité au sein du corps médical. Le 9 également, la Convention citoyenne pour le climat remet au président de la République et au gouvernement une « contribution à la sortie de crise » liée à la Covid-19 sous forme d’une lettre d’intention accompagnée d’une première série de propositions – ces dernières ne sont pas rendues publiques. […] Lire la suite

2-30 janvier 2013 Syrie. Poursuites des violences et des pressions étrangères

Le 30 également, à Alep, les rebelles découvrent les corps d'une centaine de jeunes hommes exécutés par balles. Le 30 enfin s'ouvre à Koweït la conférence des donateurs pour la Syrie qui espère recueillir 1,5 milliard de dollars, afin de subvenir aux besoins de la population syrienne dont la situation est de plus en plus préoccupante sur le plan humanitaire. […] Lire la suite

16-18 avril 1998 Cambodge. Mort de Pol Pot

Le 18, le corps de Pol Pot est incinéré après avoir été identifié, la veille, par des militaires thaïlandais.  […] Lire la suite

16 avril 1992 France. Poursuite de la restructuration des forces armées

Elles comprennent notamment la dissolution de la 8e division d'infanterie implantée à Amiens (Somme), du 2e corps d'armée basé à Baden (Allemagne), de trois régiments de Pluton, de la base aérienne de Strasbourg-Entzheim, ainsi que des regroupements dans la marine. Ces mesures doivent prendre effet à partir de juillet 1993. Huit mille militaires de carrière et quatre mille sept cent cinquante civils doivent être mutés ou limogés. […] Lire la suite

7-21 octobre 1985 Proche-Orient. Détournement de l'« Achille-Lauro »

Son corps, jeté à la mer, sera retrouvé sur le littoral syrien. Le 9, les quatre terroristes se rendent aux autorités égyptiennes après avoir obtenu l'assurance des négociateurs égyptiens et italiens qu'ils seraient remis à l'O.L.P. Dans la nuit du 10 au 11, le Boeing-737 égyptien transportant vers Tunis les quatre auteurs du détournement de l'Achille-Lauro est intercepté par quatre avions de chasse américains, qui l'obligent à se poser sur les pistes d'une base de l'O. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « CORPS (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-notions-de-base/