LE BANQUET, PlatonFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Filiations

La postérité du Banquet doit beaucoup à sa traduction latine par le Florentin Marsile Ficin (1433-1499) et surtout au Commentarium in Convivium Platonis de amore qui l'accompagnait, publié en 1484. Le Commentaire fixe les grands thèmes d'une « théologie platonicienne » accordée au christianisme : l'exil des hommes loin du Principe, le beau comme splendeur du bien, la fureur amoureuse comme transport de l'âme, son rapport avec l'enthousiasme ou fureur poétique, l'opposition de cet « amour divin » à toute forme vulgaire – assimilée à une pathologie – d'attrait pour l'autre... L'ouvrage a rencontré un considérable succès à la Renaissance.

Dans Le Pur Amour de Platon à Lacan, l'historien du catholicisme Jacques Le Brun a montré l'importance en Occident du Banquet comme référence permettant de penser le lien profond qui existe entre « éros » et « être-pour-la-mort » ; l'exégèse du texte platonicien par Jacques Lacan (1901-1981), dans son séminaire L'Éthique de la psychanalyse (1959-1960), marquerait ainsi l'aboutissement d'une histoire de plus de deux millénaires. Dès le début du dialogue est formulé un argument de grande portée : « mourir pour autrui, c'est à quoi consentent, seuls, ceux qui aiment » (179b) ; invoquée par Phèdre, la mort d'Alceste chez Euripide, comme ensuite celle de Didon dans l'Énéide, figure l'amour pur. Vers 1700, l'exemple sera repris en particulier par Fénelon (1651-1715), qui voit dans le « témoignage des païens » la preuve d'un total désintéressement : les Anciens acceptaient de quitter la vie sans espoir de Paradis ; un amour purifié pour Dieu doit pouvoir aller jusqu'au mépris de son propre salut – d'où l'expérience de l'abandon, des « ténèbres » et de la dérél [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  LE BANQUET, Platon  » est également traité dans :

ART (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 279 mots

Dans le chapitre « « Une folie venue des dieux » »  : […] Platon , lui, abordait la question de l’art d’une manière toute différente. D’une part, deux millénaires avant le romantisme, il mit en évidence la dimension de l’ inspiration . Ne dit-il pas dans le Phèdre que le contact des artistes avec le Beau est comme « une folie venue des dieux » ? D’autre part, en adéquation avec les théoriciens contemporains de l’esthétique, il condamnait la simple imit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-notions-de-base/#i_36319

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « LE BANQUET, Platon - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-banquet/