RACINE JEAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'univers racinien

La tragédie racinienne est diverse ; l'unité de la forme et du ton y recouvre une matière multiple. On peut y découvrir dès l'abord une unité négative : le tragique chez Racine s'est détaché de l'héroïsme. Il faut observer que la tragédie héroïque était en déclin dix ans déjà avant les débuts de Racine : Quinault, Thomas Corneille avaient souvent, sur la scène tragique, donné la place principale aux tendresses et aux infortunes de l'amour ; les « mourants » avaient succédé aux « glorieux ». Cette évolution préalable explique en partie le caractère du théâtre de Racine. Cependant, la séparation de la tragédie héroïque et de la tragédie tendre n'était pas toujours très nette. L'amour tendre, conforme à la tradition de la chevalerie et des romans, est fort compatible avec l'héroïsme. Cet amour, à sa façon aussi noble dans ses démarches que la plus haute générosité, fait naître chez le spectateur autant d'admiration que d'attendrissement. En somme, l'ancienne magnanimité héroïque et la tendresse à la mode s'unissaient à des doses variables dans un théâtre dont la fin principale continuait à être la représentation du beau moral. La tragédie développait toujours aux yeux du spectateur la belle humanité.

Racine et la tendresse

Dans quelle mesure en est-il encore ainsi chez Racine ? Sans doute, les personnages sympathiques ou nobles tiennent une grande place dans son théâtre. Trois personnages amoureux, touchants tous les trois, font à eux seuls toute la tragédie de Bérénice. Il n'est guère de pièce où ne figure un couple d'amants tendres et persécutés : Britannicus et Junie dans Britannicus ; Bajazet et Atalide dans Bajazet ; Xipharès et Monime dans Mithridate ; Hippolyte et Aricie dans Phèdre. Ces personnages, irréprochables dans l'amour, dignes dans les épreuves, courageux devant la mort, sont évidemment les héritiers des héros de la tragédie cornélienne. Mais ils en ont perdu le ton et l'allure. La beauté morale est discrète chez eux ; elle n'est pas montrée comme un [...]

Bérénice, de Racine

Photographie : Bérénice, de Racine

Carole Bouquet et Lambert Wilson, qui a également mis en scène la pièce, interprètent Bérénice de Racine. Théâtre des Bouffes du Nord, Paris, 2008. 

Crédits : Jacques Demarthon/ AFP

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire de littérature française à l'université Harvard

Classification

Autres références

«  RACINE JEAN (1639-1699)  » est également traité dans :

RACINE JEAN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 423 mots

22 décembre 1639 Baptême de Jean Racine à La Ferté-Milon.1648-1653 Troubles de la Fronde en France.1649-1653 Après la mort de ses parents et de son grand-père paternel, Racine est élevé aux Petites Écoles du monastère de Port-Royal des Ch […] Lire la suite

ATHALIE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 174 mots

À Versailles, devant Louis XIV et le dauphin, le 5 janvier 1691, on vit pour la première fois Athalie, tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699). Sans costumes ni décor, cette tragédie biblique inspirée du Livre des Rois et du Livre des Chroniques fut repr […] Lire la suite

BAJAZET, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 447 mots

Britannicus (1669) était, selon certains, trop immoral et trop complexe, Bérénice (1670) trop élégiaque et trop simple. Bajazet (1672) sera violent, sans abandonner ni le romanesque ni le goût galant. Racine (1639-1699), adulé par le public mondain, finalement reconnu par les dramaturges, écrit maintenant une pièce par an sur le modèle qu […] Lire la suite

BÉRÉNICE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 968 mots
  •  • 1 média

Concurrent de Pierre Corneille – qui, au même moment, écrit Tite et Bérénice –, Jean Racine (1639-1699) signe avec Bérénice (1670) l'un de ses plus grands succès. L'œuvre est une tragédie expérimentale : peu de vers (1 506), p […] Lire la suite

BRITANNICUS, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 138 mots

Joué pour la première fois à l'Hôtel de Bourgogne, le 13 décembre 1669, Britannicus, tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699), est une réflexion sur l’histoire, la politique, les calculs de cour, autrement dit un texte qui rencontre directement les questions de légitimité, d […] Lire la suite

IPHIGÉNIE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 515 mots

En 1674, lorsqu'il créeIphigénie, tragédie en cinq actes et en vers,Jean Racine (1639-1699) est déjà célèbre. Protégé par Mme de Montespan, pensionné par le roi, élu en 1672 à l'Académie française, il est devenu en dix ans, avec Jean-Baptiste Lully, le p […] Lire la suite

PHÈDRE (J. Racine) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 001 mots
  •  • 1 média

Phèdre (1677) est certainement la tragédie la plus célèbre de Jean Racine (1639-1699). Après elle, Racine abandonna le théâtre pour devenir historiographe du roi. Auparavant, il avait dû affronter la querelle qui l'opposa à Pradon, auteur d'une autre […] Lire la suite

ANDROMAQUE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 991 mots

Après avoir polémiqué avec Port-Royal en défendant le théâtre dans un pamphlet anonyme (Lettre à l'auteur des « Hérésies imaginaires », 1666), Racine (1639-1699) conquiert la Cour. Henriette d'Angleterre, belle-sœur du roi, assiste aux lectures préliminaires d'Andromaque, les comédiens de l'Hôtel de Bourgogne répète […] Lire la suite

EDWARDS MICHAEL (1938- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À l’écoute des langues »  : […] D’une manière plus audacieuse encore, il a repris le titre du livre de Stendhal, Racine et Shakespeare , et renouvelé la comparaison que celui-ci avait faite en 1823-1825. Publié en 2004, son essai n’est plus « un pamphlet sur le romantisme dirigé particulièrement contre l’Académie » (c’est ainsi que Delecluse présentait le texte de Stendhal dans sa seconde version), mais le fruit d’une véritable […] Lire la suite

EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Édouard DELEBECQUE
  •  • 4 621 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Euripide en son temps »  : […] Mais ce sont aussi des problèmes éternels, déjà vieux comme le monde. Il ne s'ensuit pas qu'Euripide se désintéresse des questions particulières à son temps. Gardons-nous de l'observer sans mesure avec nos yeux d'aujourd'hui. Le risque est de donner à ses mythes un sens philosophique étranger au réel et de recomposer de lui, avec des traits épars, artificiellement classés, une image trop abstraite […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul BÉNICHOU, « RACINE JEAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-racine/