RACINE JEAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'univers racinien

La tragédie racinienne est diverse ; l'unité de la forme et du ton y recouvre une matière multiple. On peut y découvrir dès l'abord une unité négative : le tragique chez Racine s'est détaché de l'héroïsme. Il faut observer que la tragédie héroïque était en déclin dix ans déjà avant les débuts de Racine : Quinault, Thomas Corneille avaient souvent, sur la scène tragique, donné la place principale aux tendresses et aux infortunes de l'amour ; les « mourants » avaient succédé aux « glorieux ». Cette évolution préalable explique en partie le caractère du théâtre de Racine. Cependant, la séparation de la tragédie héroïque et de la tragédie tendre n'était pas toujours très nette. L'amour tendre, conforme à la tradition de la chevalerie et des romans, est fort compatible avec l'héroïsme. Cet amour, à sa façon aussi noble dans ses démarches que la plus haute générosité, fait naître chez le spectateur autant d'admiration que d'attendrissement. En somme, l'ancienne magnanimité héroïque et la tendresse à la mode s'unissaient à des doses variables dans un théâtre dont la fin principale continuait à être la représentation du beau moral. La tragédie développait toujours aux yeux du spectateur la belle humanité.

Racine et la tendresse

Dans quelle mesure en est-il encore ainsi chez Racine ? Sans doute, les personnages sympathiques ou nobles tiennent une grande place dans son théâtre. Trois personnages amoureux, touchants tous les trois, font à eux seuls toute la tragédie de Bérénice. Il n'est guère de pièce où ne figure un couple d'amants tendres et persécutés : Britannicus et Junie dans Britannicus ; Bajazet et Atalide dans Bajazet ; Xipharès et Monime dans Mithridate ; Hippolyte et Aricie dans Phèdre. Ces personnages, irréprochables dans l'amour, dignes dans les épreuves, courageux devant la mort, sont évidemment les héritiers des héros de la tragédie cornélienne. Mais ils en ont perdu le ton et l'allure. La beauté morale est discrète chez eux ; elle n'est pas montrée comme un [...]

Bérénice, de Racine

Bérénice, de Racine

Photographie

Carole Bouquet et Lambert Wilson, qui a également mis en scène la pièce, interprètent Bérénice de Racine. Théâtre des Bouffes du Nord, Paris, 2008. 

Crédits : J. Demarthon/ AFP/ Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire de littérature française à l'université Harvard

Classification


Autres références

«  RACINE JEAN (1639-1699)  » est également traité dans :

RACINE JEAN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 423 mots

22 décembre 1639 Baptême de Jean Racine à La Ferté-Milon.1648-1653 Troubles de la Fronde en France.1649-1653 Après la mort de ses parents et de son grand-père paternel, Racine est élevé aux Petites Écoles du monastère de Port-Royal des Ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/racine-reperes-chronologiques/

ATHALIE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 174 mots

À Versailles, devant Louis XIV et le dauphin, le 5 janvier 1691, on vit pour la première fois Athalie, tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699). Sans costumes ni décor, cette tragédie biblique inspirée du Livre des Rois et du Livre des Chroniques fut repr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/athalie-jean-racine/#i_22234

BAJAZET, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 447 mots

Britannicus (1669) était, selon certains, trop immoral et trop complexe, Bérénice (1670) trop élégiaque et trop simple. Bajazet (1672) sera violent, sans abandonner ni le romanesque ni le goût galant. Racine (1639-1699), adulé par le public mondain, finalement reconnu par les dramaturges, écrit maintenant une pièce par an sur le modèle qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bajazet/#i_22234

BÉRÉNICE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 968 mots
  •  • 1 média

Concurrent de Pierre Corneille – qui, au même moment, écrit Tite et Bérénice –, Jean Racine (1639-1699) signe avec Bérénice (1670) l'un de ses plus grands succès. L'œuvre est une tragédie expérimentale : peu de vers (1 506), p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berenice-jean-racine/#i_22234

BRITANNICUS, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 138 mots

Joué pour la première fois à l'Hôtel de Bourgogne, le 13 décembre 1669, Britannicus, tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699), est une réflexion sur l’histoire, la politique, les calculs de cour, autrement dit un texte qui rencontre directement les questions de légitimité, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/britannicus/#i_22234

PHÈDRE (J. Racine) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 001 mots
  •  • 1 média

Phèdre (1677) est certainement la tragédie la plus célèbre de Jean Racine (1639-1699). Après elle, Racine abandonna le théâtre pour devenir historiographe du roi. Auparavant, il avait dû affronter la querelle qui l'opposa à Pradon, auteur d'une autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phedre-fiche-de-lecture/#i_22234

ANDROMAQUE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 991 mots

Après avoir polémiqué avec Port-Royal en défendant le théâtre dans un pamphlet anonyme (Lettre à l'auteur des « Hérésies imaginaires », 1666), Racine (1639-1699) conquiert la Cour. Henriette d'Angleterre, belle-sœur du roi, assiste aux lectures préliminaires d'Andromaque, les comédiens de l'Hôtel de Bourgogne répète […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andromaque/#i_22234

EDWARDS MICHAEL (1938- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À l’écoute des langues »  : […] D’une manière plus audacieuse encore, il a repris le titre du livre de Stendhal, Racine et Shakespeare , et renouvelé la comparaison que celui-ci avait faite en 1823-1825. Publié en 2004, son essai n’est plus « un pamphlet sur le romantisme dirigé particulièrement contre l’Académie » (c’est ainsi que Delecluse présentait le texte de Stendhal dans sa seconde version), mais le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-edwards/#i_22234

EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Édouard DELEBECQUE
  •  • 4 620 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Euripide en son temps »  : […] Mais ce sont aussi des problèmes éternels, déjà vieux comme le monde. Il ne s'ensuit pas qu'Euripide se désintéresse des questions particulières à son temps. Gardons-nous de l'observer sans mesure avec nos yeux d'aujourd'hui. Le risque est de donner à ses mythes un sens philosophique étranger au réel et de recomposer de lui, avec des traits épars, artificiellement classés, une image trop abstraite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/euripide/#i_22234

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La tragédie »  : […] Le symbole de cette mise aux normes, c’est la célèbre querelle que l’Académie française, fondée par Richelieu en 1635 pour composer un dictionnaire et formuler une poétique, déclenche l’année suivante contre Le   Cid , au nom des principes esthétiques nouveaux. Ceux-ci avaient été définis peu auparavant par un de ses membres, Chapelain , auteur d’une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_22234

PHÈDRE (mises en scène C. Rist et P. Chéreau)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 204 mots
  •  • 1 média

En 2002-2003, le sable de Trézène, trop souvent foulé, a donné lieu à deux nouvelles et grandes mises en scène. À partir d'un dispositif scénique semblable, la perspective bi-frontale, les choix de Christian Rist (Maison de la culture de Bourges et théâtre de la Tempête de la Cartoucherie de Vincennes, 2002) et de Patrice Chéreau (théâtre de l'Odéon-Ateliers Berthier, 2003) se sont opposés terme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phedre-rist-et-chereau/#i_22234

PICARD RAYMOND (1917-1975)

  • Écrit par 
  • Jacques ROBICHEZ
  •  • 1 071 mots

Né à Paris, Raymond Picard était ancien élève du lycée Poincaré à Nancy et de la faculté des lettres de Paris. Après avoir été reçu à l'agrégation des lettres en 1945, il commence sa carrière au lycée de Chartres, où il enseigne pendant deux ans. Il est ensuite détaché à la direction générale des relations culturelles et professeur à l'institut français du Royaume-Uni, à Londres, de 1947 à 1954. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-picard/#i_22234

RACINE LOUIS (1692-1763)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 266 mots

Le plus jeune des deux fils de Jean Racine, Louis, restera toute sa vie hanté par la gloire de son père (il avait, raconte-t-on, sans cesse sous les yeux le vers de Phèdre  : « Et moi, fils inconnu d'un si glorieux père »). Tenté par le théâtre, il se contentera néanmoins de rédiger des Mémoires sur la vie et les ouvrages de Jean Racine (1747) et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-racine/#i_22234

THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 7 281 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une nouvelle idée du classicisme »  : […] La période dont nous parlons met en effet en question, au théâtre comme dans la critique littéraire, une certaine idée du classicisme fondée sur l'autorité des anciens, sur la nation, sur la conscience d'une apogée du Grand Siècle, bref, sur une idée scolaire. À travers tout ce mouvement, le Grand Siècle devenu simplement le xvii e  siècle s'en es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-l-interpretation-des-classiques/#i_22234

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Genèse et évolution »  : […] Quand l'essentiel du théâtre sérieux était représenté en France par les mystères et les moralités, le terme même de tragédie n'évoquait pas autre chose que le récit, sous quelque forme littéraire que ce fût, d' histoires tragiques , consacrées au meurtre, au viol, aux horreurs de la guerre. La tragédie française est née vers 1550 de la conjonction de plusieurs influences : t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tragedie/#i_22234

UNITÉS RÈGLE DES TROIS, histoire littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 516 mots

Observées dans certaines tragédies du xvi e  siècle, les unités d'action, de temps et de lieu sont posées comme règle par Jean de La Taille (1572), sous l'influence de la Poétique de Castelvetro (1570), qui emprunte les deux premières à Aristote. Mais le théâtre baroque fait triompher l'irrégularité dans la tragi-comédie, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regle-des-trois-unites-histoire-litteraire/#i_22234

VITEZ ANTOINE (1930-1990)

  • Écrit par 
  • Georges BANU
  •  • 2 241 mots

Dans le chapitre « La constante de l'écrit »  : […] Vitez, par son goût pour l'école, et encore plus par son goût pour l'écrit, se rattache à la lignée de Jacques Copeau, cofondateur de la N.R.F. avant d'être metteur en scène. Chez tous deux, l'activité théâtrale s'accompagne nécessairement d'une pensée sur le théâtre qui cherche à trouver sa plus parfaite expression écrite. Pour eux, à l'origine de la parole scénique, l'écrit est toujours présent, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-vitez/#i_22234

VRAISEMBLABLE, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 647 mots

La règle de la vraisemblance — l'une des plus importantes et des plus générales de la doctrine classique — trouve sa source dans la Poétique d'Aristote : « Il est évident que l'œuvre du poète n'est pas de dire ce qui est arrivé, mais ce qui aurait pu arriver, ce qui était possible selon la nécessité ou la vraisemblance. » Le vrai est l'objet de l'historien, le possible, celu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vraisemblable-esthetique/#i_22234

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul BÉNICHOU, « RACINE JEAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-racine/