ATHALIE, Jean RacineFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À Versailles, devant Louis XIV et le dauphin, le 5 janvier 1691, on vit pour la première fois Athalie, tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699). Sans costumes ni décor, cette tragédie biblique inspirée du Livre des Rois et du Livre des Chroniques fut représentée par les demoiselles de Saint-Cyr, chères à madame de Maintenon, l'épouse morganatique et dévote du roi vieillissant. Cependant, malgré le renom de Racine, et sa récente promotion – il est gentilhomme ordinaire de Sa Majesté depuis le 28 septembre 1689 –, malgré les quelques spectateurs enthousiastes et les lecteurs unanimes (la pièce est publiée le 3 mars 1691), malgré la présence de quelques éléments politiques destinés à renforcer l'idée qu'un véritable souverain agit au nom de Dieu en protégeant la Vraie Religion, Athalie ne fut pas jouée plus de trois fois : la religion installée avait alors convaincu la Cour qu'il ne fallait « point de théâtre ».

Si l'on excepte une représentation en 1702, ce n'est que bien plus tard, le 3 mars 1716, sous la Régence et après la mort de Racine, que le public de la Comédie-Française put apprécier cette tragédie spectaculaire, avec chœurs et musique de J.-B. Moreau. Bien plus que Phèdre, Athalie est pour Voltaire le « chef-d'œuvre de l'esprit humain », la pièce véritablement tragique, un extraordinaire spectacle sans amour se référant directement à l'esthétique des Anciens en la prolongeant à travers celle de l'opéra.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  ATHALIE, Jean Racine  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Le merveilleux règne également alors sur un genre nouveau surgi dans la seconde moitié du siècle : l’opéra à la française ou « tragédie lyrique ». Quinault est le librettiste des spectacles chantés et dansés qu’à partir de 1673 Lully va composer chaque année pour la cour et la ville, à grand renfort d’effets visuels : scènes infernales, apparitions des dieux depuis les cintres, orages et tempête […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_28754

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BIET, « ATHALIE, Jean Racine - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/athalie-jean-racine/