INDIVIDU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biologie et collectivité : l'analogie

La métaphore biologique

La critique n'est pas à faire de la démarche hégélienne, si du moins par critique on entend réfutation systématique et scientifique ; mais on peut décrire les procédés de construction philosophique qui permettent à Hegel de faire de l'individuation le ressort d'une similitude entre une totalité organique et une totalité sociale. Cela ne lui est nullement spécifique. Il faudrait pouvoir citer intégralement l'analyse que Georges Canguilhem fait de l'utilisation des modèles sociaux en biologie : c'est la physiologie générale, et plus particulièrement l'usage qu'en fait Claude Bernard, qui règle les relations du tout et de la partie et rend possible l'expérimentation selon la théorie cellulaire. De ce point de vue, Hegel apparaît comme l'un de ces « premiers philosophes qui ont rêvé la théorie cellulaire », au moins en ce qui concerne les analogies réelles entre la façon dont il pense la matière et l'organisme et la façon dont il engendre la société. Canguilhem montre très clairement que la cellule transforme la partie de l'organisme, d'instrumentale qu'elle était dans les modèles technologiques aristotélicien ou cartésien, en individu. Du même coup, elle se trouve liée aux autres cellules par une relation d'intégration : « La physiologie générale, en ramenant à l'échelle de la cellule l'étude de toutes les fonctions, rend compte du fait que la structure de l'organisme total est subordonnée aux fonctions de la partie. Fait de cellules, l'organisme est fait pour les cellules, pour des parties qui sont elles-mêmes des touts de moindre complication. L'utilisation d'un modèle économique et politique a fourni aux biologistes du xixe siècle le moyen de comprendre ce que l'utilisation d'un modèle technologique n'avait pas permis auparavant. La relation des parties au tout est une relation d'intégration – et ce dernier concept a fait fortune en physiologie nerveuse – dont la fin est la partie, car la partie ce n'est plus désormais une pièce ou un instrument, c'est un individu. » On peut faire deux remarques encore à ce sujet. Tout d'abord, il faut constater la réversibilité des modèles et admettre que les modèles organiques retrouvent leur origine sociale par le détour de la métaphore de la naturalité ; ainsi le Parti communiste français a-t-il repris le terme de « cellule » pour qualifier l'élément de base de son organisation. L'utilisation est ici la même que dans la physiologie ; elle tend à lier les individus à l'élément central de façon organique, pour assurer une parfaite coordination des membres de ce tout : les cellules devaient d'abord s'appeler alvéoles, ce qui confirme le caractère « naturel » de l'analogie et de la métaphore. Une seconde remarque introduit à Leibniz : la cellule s'appelait antérieurement monade, note Canguilhem, qui ajoute : « L'influence indirecte mais réelle de la philosophie leibnizienne sur les premiers philosophes et biologistes romantiques qui ont rêvé la théorie cellulaire nous autorise à dire de la cellule ce que Leibniz dit de la monade, elle est pars totalis. Elle n'est pas un instrument, un outil, elle est un individu, un sujet de fonctions. »

C'est presque dans les mêmes termes que Leibniz lui-même définit la substance individuelle, ou plutôt la façon de construire cette notion : « La nature d'une substance individuelle ou d'un être complet est d'avoir une notion si accomplie qu'elle soit suffisante à comprendre et à en faire déduire tous les prédicats du sujet à qui cette notion est attribuée. » Il faut remarquer que l'individu n'est pas ici séparable de sa complétude : celle-ci relève de la totalité indéfinie de tous les possibles qui lui peuvent être attribués ; du même coup est engendrée la notion de la monade comme élément séparé, mais représentatif de tout l'univers. L'originalité de la conception leibnizienne est donc de lier l'individualité à la fois à l'isolement qui la constitue d'office et aux relations qui la définissent par rapport à toute totalité. C'est ainsi que Michel Serres peut écrire très justement que « l'individu est le profil de l'universel ».

L'individu comme l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de l'Université

Classification

Autres références

«  INDIVIDU  » est également traité dans :

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'individu, contre la standardisation »  : […] Par des voies multiples, Adorno parvient au même diagnostic quant à l'individu : en proie à une standardisation sans précédent, la société moderne procède à une liquidation du moi. Mais de par la souffrance qui l'affecte – le moment somatique –, de par le tourment qu'elle éprouve face à une universalité mensongère, l'expérience individuelle n'est-elle pas à même de sortir de la conservation de so […] Lire la suite

CONSENSUS

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 2 712 mots

Dans le chapitre « Solidarité et individualisme »  : […] Le consensus se dessine entre deux types limites de société, entre deux fantasmes inhérents à la sociabilité : celui d'une part, de la société conçue comme communauté indivise, corps-Un ; celui, d'autre part, de la désagrégation du corps social par l'individualisation absolue de ses membres, et qui dit la hantise du corps morcelé. C'est entre ces deux extrêmes que se situe la réalité du consensus, […] Lire la suite

CRAINTE ET TREMBLEMENT, Søren Kierkegaard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 801 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le désir de rupture »  : […] Dans son Journal , Kierkegaard écrit ces lignes qui éclairent le sens de Crainte et tremblement  : « Il y a en moi un côté poétique prépondérant et la mystification tient justement au fait que Crainte et tremblement , au fond, reproduisait ma propre vie. » C'est en octobre 1841, en effet, que Kierkebgaard rompt ses fiançailles avec Régine Olsen, et qu'il commence à jeter frénétiquement les fondeme […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Économie des conventions

  • Écrit par 
  • Philippe BATIFOULIER
  •  • 1 521 mots

Dans le chapitre « Une économie de la pluralité »  : […] Interpréter la règle par une représentation du collectif consiste à évaluer le problème de coordination ou de coopération et à porter un jugement sur l'autre, sur la situation, et sur soi-même dans la situation. Comme il n'y a pas qu'une seule façon de juger mais plusieurs, on ne peut plus se contenter d'une définition univoque et réductrice de l'individu, cantonné à un statut de calculateur oppo […] Lire la suite

ÉTAT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 060 mots

Dans le chapitre « L’individu contre l’État »  : […] Doit-on pour autant souscrire sans nuance à la thèse de Georges Burdeau quand il affirme dans son livre L’État que « les hommes ont inventé l’État pour ne pas obéir aux hommes » ? Qu’on l’accepte ou non, cette formule a le mérite de mettre en avant la problématique majeure des relations entre l’individu et l’État. Lorsque les philosophes raisonnent sur le plan collectif, il leur est difficile de […] Lire la suite

FAMILLE - Évolution contemporaine

  • Écrit par 
  • Abel JEANNIÈRE, 
  • François de SINGLY
  •  • 9 788 mots

Dans le chapitre « Chacun veut être reconnu comme une personne à part entière »  : […] Pour comprendre les transformations autrement que dans la logique de la dégradation du modèle précédent, il faut se poser la question des fonctions de la famille. On oublie souvent que la famille n'a pas pour objectif de se reproduire en tant que telle ; elle doit préparer les individus dont la société d'aujourd'hui et celle de demain ont besoin. Il est impossible d'analyser la famille en se centr […] Lire la suite

FESTINGER LEON (1919-1989)

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 386 mots

Leon Festinger est une figure centrale de la psychologie sociale du xx e  siècle. Originaire de New York, titulaire d’un doctorat de l’université de l’Iowa sous la direction de Kurt Lewin, il a travaillé dans plusieurs universités prestigieuses, dont Stanford. De nombreuses distinctions ont émaillé la carrière de ce chercheur et théoricien hors norme, loué pour son exceptionnelle créativité. Dans […] Lire la suite

FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Universalis
  •  • 2 258 mots

Dans le chapitre « Le sensualisme »  : […] Ce sont les sens, ce « tiers état » tant méprisé jusqu'alors par les philosophes, qui, selon Feuerbach, donnent accès aux vérités philosophiques. Or, l'effort particulier de Feuerbach consiste à donner au sensualisme des dimensions capables de contenir la plénitude humaine. D'où l'importance capitale qu'il attribue à l'amour. Les rapports humains se déduisent en particulier de l'amour sexuel. Le m […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question

  • Écrit par 
  • Theodore ZELDIN
  •  • 12 309 mots

Dans le chapitre « L'individu contre le type »  : […] Être français, en effet, pouvait aussi signifier quelque chose de tout à fait différent, et, au cours du xix e  siècle, c'est cette deuxième interprétation qui prit le dessus. Elle mettait l'accent sur ce qui distingue les Français du reste de l'humanité plutôt que sur ce qui est commun à tous les hommes. Elle se donnait pour idéal de couler tous les Français dans le même moule. Elle se fondait su […] Lire la suite

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 135 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les deux cultures »  : […] Ces considérations ramènent à la question des affinités entre psychanalyse et littérature. La lecture et l'écriture, elles aussi, sont des expériences auto-analytiques, un cheminement du lecteur, guidé par l'auteur, qui fut lui-même lecteur avant de devenir auteur, vers l'auto-interprétation. Pour poser convenablement la question des relations entre littérature et psychanalyse, il est prudent d'éc […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3 septembre 2021 Nouvelle-Zélande. Attaque djihadiste à Auckland.

La Première ministre Jacinda Ardern déclare que le drame est imputable à « un individu, pas une religion, pas une culture, pas une ethnie », tout en reconnaissant qu’il a été motivé par « une idéologie violente et inspirée du groupe État islamique ».  […] Lire la suite

8-10 juin 2021 France. Gifle infligée au président Emmanuel Macron.

Le 8, un individu gifle le président Emmanuel Macron, en déplacement à Tain-l’Hermitage (Drôme), en poussant le cri de guerre royaliste « Montjoie ! Saint-Denis ! ». L’auteur de la gifle est considéré comme proche de l’extrême droite. Le 10, le tribunal correctionnel de Valence (Drôme) condamne l’auteur de la gifle, qui exprime son « dégoût » pour le chef de l’État, à dix-huit mois de prison dont quatre mois ferme pour « violence volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique ». […] Lire la suite

16-22 mars 2021 États-Unis. Tueries de masse.

Le 16, un individu armé tue huit personnes dans trois salons de massage asiatique de la région d’Atlanta (Georgie). La communauté asiatique est victime depuis un an d’une recrudescence du sentiment antichinois, alimenté par la pandémie de Covid-19 et les dénonciations du « virus chinois » par l’ancien président Donald Trump. Dans son premier discours à la nation, le 11, le président Joe Biden a dénoncé les « crimes haineux » dont sont victimes les Américains d’origine asiatique. […] Lire la suite

17 juin 2020 États-Unis – Syrie. Entrée en vigueur de lourdes sanctions américaines contre Damas.

À l’image des lois régissant les sanctions américaines contre l’Iran, la loi César autorise notamment le gouvernement américain à poursuivre tout individu ou toute entité, quelle que soit sa nationalité, qui « apporte un soutien significatif au gouvernement syrien, financier, matériel ou technologique, ou qui conduit des transactions significatives avec celui-ci ». […] Lire la suite

17-18 octobre 2018 Canada. Entrée en vigueur de la légalisation du cannabis.

Mais cela ne veut pas dire qu’une tierce partie ou un individu ne le fera pas ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine CLÉMENT, « INDIVIDU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/individu/